Français d'Andorre - En crise économique

Français d'Andorre - En crise économique

Un glissement de terrain survenu fin avril a engendré la fermeture de l’unique route pour accéder au Pas de la Case, véritable hub du tourisme fiscal en Andorre. Des travaux difficiles ont été engagés pour une durée indéterminée.

Entre France et Andorre, la route nationale 22 (RN22) est coupée depuis le vendredi 26 avril: un important éboulement a eu lieu entre le carrefour dit de «La Croisade» et le Pas de la Case, ce haut lieu du commerce détaxé prisé des habitants de la région et des touristes. Au départ, il devait simplement s’agir d’un léger glissement de terrain. Puis de grosses tranchées se sont creusées, obligeant les autorités à fermer totalement cette voie essentielle. Essentielle car désormais, le seul moyen pour un automobiliste français de rallier la principauté est de prendre une déviation par l’Espagne de 170 kilomètres... au lieu d’une vingtaine.

"Il est impossible de savoir quand la liaison routière entre l’Andorre et la France pourra être rouverte", a déclaré le gouvernement ce lundi

Chute des ventes

Le seul itinéraire de remplacement passe par l’Espagne, imposant aux usagers français un détour d’une centaine de kilomètres pour rallier le Pas de la Case, station de ski et haut-lieu du commerce détaxé très prisés des habitants de la région.

Selon M. Cinca, les travaux de consolidation s’avèrent "d’une très grande complexité", avec un risque de nouveaux éboulements. Il a imputé le glissement de terrain à une fonte accélérée par les hautes températures du manteau neigeux et à des orages récents. Pour Gérard Cadena, président du patronat andorran, cet imprévu, avant l’afflux attendu des vacanciers français de la région, constitue une "catastrophe économique".

Outre les retombées sur le secteur du transport des marchandises et la desserte de la capitale, Andorre la Vieille, l’effet a été immédiat sur le Pas de la Case, où les Français viennent se ravitailler en produits détaxés. Par rapport à la même période de 2018, une chute des ventes de 98% a ainsi été enregistrée dimanche par l’enseigne Grands magasins Pyrénées, selon son représentant, Albert Sabi.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire