Facebook : les nouvelles dérives

Facebook : les nouvelles dérives

Facebook compte aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde entier. Véritable créateur de lien social, il permet aux personnes d’échanger des photos, des informations ou encore de discuter entre eux. Mais le réseau social est aussi l’occasion pour les plus malhonnêtes de développer de nouvelles formes d’arnaques envers les moins vigilants. L’usurpation d’identité ou encore le système MLM se propagent à grande vitesse. Découvrez quelles sont les nouvelles dérives sur Facebook qui touchent les expats et comment les éviter.

L’usurpation d’identité 

Comment l’arnaque est-elle mise en place ? 

Le principe est simple, une personne contacte ses « amis » avec un nouveau compte et un message alarmant. 

Récurrents parmi les voyageurs, ces faux profils profitent du fait que les expats soient à l’autre bout du monde pour inquiéter leurs proches et tenter de leur extorquer de l’argent. Généralement, les arnaqueurs sont dans les groupes Facebook de voyageurs et pistent les comptes afin de se créer une nouvelle identité. Photo de profil, nom similaire, ils préviennent les proches de la victime par messages privés. Ils profitent de la distance géographique et donc la situation d’urgence devient d’autant plus angoissante pour les proches. C’est un cas classique de phishing.

Que faire pour éviter cela ? 

Pour éviter ce type d’arnaque, il est important de faire de la prévention en amont. Dans un premier temps, en prévenant l’entourage afin d’éviter les envois précipités d’argent. De plus, il faut établir une sorte de code avant le départ, par exemple des mots clés que les deux parties connaissent et doivent utiliser en cas de doute. Le faux profil sera mis en difficulté et les proches seront ainsi prévenus. 

Pour lutter également contre cela, Facebook a développé une intelligence artificielle capable de détecter les faux comptes. 

Le système des MLM

En quoi cela consiste ? 

Le système MLM, ou Multi Level Marketing, n’est pas considéré comme une arnaque en France, contrairement au système pyramidal (ou système de Ponzi). Il s’agit de distribuer un produit ou un service avec le moins d’intermédiaires possible et ainsi de réduire le prix final.

Il n’est donc pas évident de comprendre en quoi il s’agit d’une dérive de Facebook car le système est bien ficelé. 

Dans les groupes de voyageurs sur Facebook, il n’est pas rare de voir ce genre de message :

Le fonctionnement est toujours le même. Une personne invite les autres à rejoindre « son équipe » en vantant les mérites d’un travail qui ne serait fait que de voyages, de commissions et de revenus fixes, etc. À première vue, l’annonce semble alléchante mais il faut pourtant bien comprendre ce que cela sous-entend. 

Pourquoi il faut se méfier du système MLM ?

Bien que l’offre soit intéressante, ce genre d’annonce n’est pas aussi avantageuse qu’elle n’y parait. En effet, cela implique dans un premier temps un investissement financier qui n’est pas annoncé lors du démarchage. Le principe est de proposer des réductions plus ou moins importantes sur des réservations d’hôtels mais plus rarement sur les billets d’avion ou encore les services annexes (transfert depuis l’aéroport par exemple). Il faut donc prendre en compte le fait qu’il faut débourser de l’argent, le voyage n’est pas totalement gratuit. De plus, les membres sont incités à voyager vers des destinations qu’ils n’avaient pas forcément envie de voir. Ainsi,  attiré par la réduction, il faudra payer pour des hôtels qui n’auraient pas naturellement été choisis en premier lieu.

De plus, pour bénéficier de ces réductions, il faut généralement payer un abonnement mensuel. À nouveau, il faut débourser de l’argent pour obtenir des réductions. Le principe est de pousser à la consommation pour des choses non nécessaires. 

Le système MLM profite ainsi de Facebook pour se propager. En effet, nombreux sont ceux qui rêvent de devenir « digital nomad » et ces offres sont très intéressantes au premier abord. 

Les différentes dérives liées au PVT en Alie

Une autre forme de dérive concerne l’Australie. Le pays accueille chaque année des milliers de PVTistes en quête d’aventure et de dépaysement. Dans le cadre de leur PVT (Permis Vacances Travail), les jeunes peuvent ainsi travailler et l’un des emplois les plus récurrents est cueilleur de fruits. Cette masse de travailleurs du monde entier donne des idées aux plus malhonnêtes des Australiens. Mai Loan, qui accompagne chaque année les jeunes dans leurs démarches PVT Australie, nous raconte : 

« Il y a de plus en plus d’arnaques en Australie ! Pour valider sa 2ème année de PVT, il faut faire 88 jours de fermes et certains fermiers australiens profitent de cette précarité de l’emploi. Je vois de plus en plus de personnes signaler les mauvaises adresses de ferme dans les groupes Facebook pour prévenir les autres backpackers. »

Il existe différentes dérives : 

Payer pour travailler

Cette dérive passe généralement par l’intermédiaire d’un « contractor » (sous-contractant). Il s’agit d’une personne qui va promettre du travail et un logement aux backpackers. Tous les contractors ne sont pas des arnaqueurs cependant certains vont « placer » des backpackers dans des fermes qui n’ont pas de travail pour eux, mais un logement par exemple. Ainsi, les jeunes doivent payer pour le logement en attendant d’avoir une place pour travailler. De plus, certains contractors vont jusqu’à demander de l’argent en amont pour leur trouver du travail, mais finiront par les placer dans des logements en attendant. Ces sous-contractants recrutent généralement de nouvelles personnes via les groupes Facebook directement. 

Heureusement, il n’y a pas que des arnaques de ce type et Mai Lo dresse un bilan des bonnes et des mauvaises adresses de fermes en Australie dans un article complet qui reprend l’ensemble des mauvaises pratiques. 

Les recrutements racistes 

Une autre forme de dérive est celle liée aux annonces pour trouver un certain type de travailleurs. Des annonces vont ainsi être postées dans des groupes Facebook et les personnes qui arrivent à recruter des asiatiques auront une prime sur leur salaire. Une pratique abjecte et de plus en plus critiquée. Une fois de plus, Facebook est utilisé à des fins malhonnêtes. 

Voici un aperçu des dérives du réseau social mais il en existe beaucoup d’autres. La plate-forme compte le plus de membres au monde, elle attire ainsi facilement les arnaqueurs. Il est nécessaire et important de connaître ces différentes dérives afin de les prévenir et de se protéger. En prenant conscience des dangers du réseau social, on peut ainsi signaler les comportements suspects sur la plateforme. Les expatriés sont souvent pris pour cible. À l’autre bout du monde, chaque situation est accentuée et les repères ne sont plus les mêmes. Les arnaqueurs peuvent ainsi s’en donner à coeur joie et faire preuve d’inventivité pour piéger les internautes. 

Laisser un commentaire