Et si en 2022 on remettait la culture à l'honneur ?

Et si en 2022 on remettait la culture à l'honneur ?

L‘année achevée a été douloureuse pour le spectacle vivant avec son lot de pièces annulées et de troupes réduites à l’inactivité. Le secteur culturel a souffert malgré les aides étatiques. Certaines décisions ont parfois dérouté comme le non classement en commerce essentiel des librairies. 2022 est donc attendue comme l’année du réveil culturel, l’occasion de déconfiner son esprit et de se divertir intelligemment si possible. 

Au théâtre avec Molière ! 

Et cela commence bien avec la célébration du plus illustre des auteurs de théâtre français : le grand Molière dont nous marquons le quadricentenaire de la naissance !

L’occasion pour la Comédie Française, la Maison de Molière, de faire une programmation cinq étoiles qui débutera dès le mois de janvier avec le célèbre Tartuffe et verra s’enchaîner plusieurs dizaines de pièces de son répertoire pour une magnifique rétrospective de l’œuvre. 

https://www.comedie-francaise.fr/www/comedie/media/document/brochure-Moliere2022.pdf

Marcel Proust à l’honneur

Autre pièce maîtresse du panthéon culturel national, 2022 nous incitera à visiter ou revisiter l’œuvre de Marcel Proust avec un agenda marqué par le centenaire de la mort du grand écrivain. 

La Bibliothèque Nationale de France proposera du 11 octobre 2022 au 22 janvier 2023 une exposition riche de plus de 350 manuscrits, gravures ou costumes pour voyager au sein de l’univers singulier de l’auteur. La vie de ce Parisien à la santé fragile est connue : Proust après des années de dandysme passa le reste de son existence reclus dans sa chambre du boulevard Haussmann. Il y composa ce qui allait devenir « À la recherche du temps perdu », sa grande œuvre publiée de 1913 à 1927 en sept tomes. L’année 2022 sera-t-elle celle de votre entrée dans l’univers des lecteurs heureux de Proust ?

Michel Houellebecq plus grand écrivain français vivant ?

Le 7 janvier verra débarquer dans les rayons  des librairies « Anéantir », le dernier roman de Michel Houellebecq. Un authentique événement littéraire puisque Flammarion en a tiré 300 000 exemplaires, ce qui donne la mesure des attentes du public d’aficionados de l’écrivain. 

L’auteur de 65 ans, qui sort là son 8ème roman, ne laisse aucun lecteur insensible ou indifférent. Entre ceux qui le trouvent parfaitement déprimant et qui le boudent et ceux qui lui vouent un culte pour son univers romanesque parfaitement  cohérent, polémiques et débats font souvent rage. Il est vrai que depuis la parution d' »Extension du domaine de la lutte » en 1994, l’auteur n’a pas ménagé les déclarations fracassantes en s’attelant à des thèmes de société brûlants ou sulfureux dans ses romans : décadence du monde moderne sur fond de souffrance en entreprise, dépression de l’homme d’âge mûr guetté par l’impuissance sexuelle, risque d’islamisation de la France ou vie future faite de silence et d’isolement à l’heure du clonage.  

Il y a fort à parier que la lecture de ce nouveau roman fera débat. Nous ne vous spoilerons pas son thème et même si le roman a hélas fuité fin décembre sur le Net nous vous invitons à aller l’acheter en librairie. 

Le come back de Stromae

L’artiste belge aura mis sept ans à sortir du silence. Sept ans pour accoucher de ce nouvel album nommé « Multitude » qui sera disponible dès le 4 mars. Cette traversée du désert créative on l’imagine peuplée de doutes et de moments difficiles pour celui qu’on présentait alors comme le « nouveau Brel » avant la chute. Son album « Racine carré » (2005) l’avait propulsé au premier rang de la scène mondiale, lui qui était alors l’artiste francophone le plus écouté à l’étranger et qui s’était illustré par des tubes rassembleurs comme « Papaoutai » ou « Formidable ». Puis vint ce lourd burn-out et une période de retrait de la vie publique. Stromae a dit s’être consacré à sa famille et ses amis et avoir eu besoin de souffler. Certains virent cependant dans cette absence le crépuscule de sa carrière. Autant dire que l’impatience est grande face à ce nouvel opus annoncé et que nous espérons tous retrouver l’artiste doué d’un grand sens du tempo et d’une finesse d’écriture qui nous a enchantés jusque là. Un titre inédit nommé comme un clin d’œil « Santé » est déjà sorti en novembre pour annoncer sans doute ce que sera l’album. On l’imagine rythmé mais aussi engagé dans la description des réalités sociales et de l’état de la société vu par les plus humbles.

Stromae sera en tournée en 2023 et il faudra regarder l’agenda des concerts de près pour bondir sur les billets car les premières dates à Bruxelles affichent hélas déjà complet. 

Et un petit tour par la biennale, ça vous dit ?

L’annonce a été solennelle car faite au moment où l’on sortait tout juste d’une période de confinement pénible en Europe : le 9 juin dernier, le directeur et la directrice artistique de la Biennale de Venise, Roberto Cicutto et Cecilia Alemani, ont annoncé le thème de l’édition 2022. 

Il s’agira de « The Milk of Dreams » (« Le lait des rêves » en français). Ce titre provient 

d’un livre surréaliste destiné aux enfants que l’on doit à l’artiste britannique Leonora Carrington. Il intrigue autant qu’il attire. 

Oeuvre exposée pour la biennale reportée en 2022

L’univers onirique de l’artiste est peuplé de créatures fantastiques et inquiétantes et on imagine donc que la 59e édition de la Biennale, qui aura lieu du 23 avril au 27 novembre 2022, fera la part belle à l’imaginaire, aux métamorphoses, de quoi captiver un public cultivé et amateur d’art et, pourquoi pas, un plus large public qui aime la littérature fantastique et l’héroic fantasy à la Harry Potter.  

Le pavillon français sera représenté par l’artiste Zineb Sedira qui développe depuis plusieurs années un travail mêlant influences algériennes, réflexion post coloniale et ouverture sur les grandes mégalopoles modernes comme Londres à travers des œuvres alliant poésie et originalité plastique. 

https://www.if.institutfrancais.com/fr/actualite/les-resonances-autour-du-pavillon-francais-a-la-biennale-di-venezia-2022

Et pour finir, une année croisée France-Portugal

Décidée en juillet 2018 par le Président de la République française et le Premier ministre portugais, M. António Costa, lors de la visite officielle de M. Emmanuel Macron à Lisbonne, la Saison France-Portugal se tiendra simultanément dans les deux pays entre mi-février et octobre 2022.

La Covid n’a pas eu raison de cet événement qui aurait néanmoins dû débuter en juillet dernier et à dû être reporté de plusieurs mois.

Cette saison se veut un symbole européen fort. Elle se tiendra dans la continuité des présidences portugaise et française de l’Union européenne (la présidence tournante a été exercée par le Portugal au 1er semestre 2021 et le sera par la France au 1er semestre 2022). Les valeurs mises en avant sont donc l’illustration des liens étoffés entre deux pays amis de longue date qui partagent l’attachement à la paix et à la démocratie. Les événements culturels sont destinés à valoriser la promotion d’une Europe plus inclusive et égalitaire. Plus de deux cent projets ont été co-construits et émailleront l’agenda de ces célébrations avec notamment une splendide exposition du Louvre consacrée à l’âge d’or de la renaissance portugaise et des forums consacrés aux océans ou à la problématique du genre à Paris et à Angers (cf le programme plus détaillé ci dessous)

https://www.ifp-lisboa.com/saison-croisee/?lang=fr

L’ouverture de la Saison se tiendra le 12 février avec un concert de la pianiste portugaise Maria João Pires et l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian à la Philharmonie de Paris, suivie le 13 février d’un concert consacré aux Voix lusophones au Théâtre du Châtelet. 

De nombreuses réjouissances en perspective pour l’année 2022 et un secteur culturel qui aura retrouvé toutes ses couleurs ou presque ! 

Auteur

  • Boris Faure est l'ex 1er Secrétaire de la fédération des expatriés du Parti socialiste, mais c'est surtout un expert de la culture française à l'étranger. Il travaille depuis 20 ans dans le réseau des Instituts Français, et a été secrétaire général de celui de l'île Maurice, avant de travailler auprès des Instituts de Pologne et d'Ukraine. Il a été la plume d'une ministre de la Francophonie. Aujourd'hui, il collabore avec Sud Radio et Lesfrancais.press, tout en étant auteur et représentant syndical dans le réseau des Lycées français à l'étranger.

Laisser un commentaire