En Iran, les Français appelés à la prudence.

En Iran, les Français appelés à la prudence.

Expatrié en Iran ? Limitez vos déplacements, sécurisez vos domiciles - si votre présence n'est pas indispensable il est conseillé de quitter l'Iran.

 « L’Ambassade de France en Iran recommande aux ressortissants français en Iran de se tenir à l’écart de tout rassemblement dans le contexte de la mort du général Soleimani, tué par une frappe américaine », a communiqué l’Ambassade.

Deux Français, Farida Adelkhak, et Roland Marchal, sont toujours incarcérés en Iran.

Beaucoup  de chancelleries s’attendent à des représailles et des attentats, en Iran, dans les autres pays de la région, voire en Europe ou ailleurs contre des intérêts américains.

Le Général Qassem Souleimani, le commandant de la force al Qods des Gardiens de la Révolution, la première unité d’élite de l’Armée iranienne, a été tué par un drone américain, à l’Aéroport International de Bagdad. L'avion de Souleimani était arrivé du Liban ou de Syrie. La frappe aérienne a eu lieu dès qu'il est descendu de l'appareil. La décision a été prise par le Président Trump lui-même.

Souleimani recevait ses ordres directement du Guide suprême Ali Khameneï et commandait les fronts syrien et irakien. Officier supérieur principal de l’Armée iranienne, il était considéré comme le n°2 du régime.

Le n°2 des «Forces de Mobilisation Populaire »,  Abu Mahdi al-Muhandis, principale milice chiite irakienne liée à l’Iran, a également péri lors du raid. Il était venu accueillir Souleimani à l’aéroport. Deux chefs d’autres milices irakiennes chiites liées à l'Iran ont perdu la vie lors de l’opération, dont un responsable du Kataëb Hezbollah, impliqué dans l'attaque contre l’ambassade des Etats-Unis cette semaine. (Le Kataëb Hezbollah, est une milice chiite irakienne qui n’a rien à voir avec le Hezbollah libanais.)

Cette opération intervient suite à l’attaque de l’ambassade américaine le weekend dernier, orchestrée par les alliés de l’Iran en réaction aux frappes aériennes qui avaient tué 25 combattants des Kataëb Hezbollah. Les Etats-Unis avaient déclaré que les frappes étaient des représailles au meurtre, la semaine dernière, d'un entrepreneur américain lors d'une attaque à la roquette sur une base militaire irakienne conduite par la milice.

Les gardiens de la Révolution, dont le général Souleimani, sont partisans d’une escalade face aux Etats-Unis, considérant soit que ces derniers n’oseront pas aller jusqu’au conflit, soit qu’un conflit leur serait profitable, du moins pour consolider encore leur emprise en Iran, comme cela avait été écrit dans lesfrancais.press. Il serait étonnant que la disparition du responsable de cette politique y mette fin.

On peut s’attendre, au contraire, à ce que l’escalade se poursuive. D’où l’appel à la prudence de l’Ambassade de France.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire