Elections à l'Assemblée des Français de l'étranger

Elections à l'Assemblée des Français de l'étranger

Les élus consulaires sont appelés à désigner leurs représentants à l’Assemblée des Français de l’étranger, le week-end du 5 et 6 décembre 2021. Les listes devaient être déposées avant ce lundi 22 novembre 18h.

Une assemblée pour quoi faire ?

Les 90 conseillers qui siègent à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) sont élus pour 6 ans, exceptionnellement 5 ans pour les conseillers élus cette année du fait de la pandémie. En effet, les élections consulaires ont du être décalées d’une année, empêchant le renouvellement prévu en 2020. Afin de rétablir le rythme « normal », le gouvernement a décidé de réduire le mandat des nouveaux élus d’un an.

L’AFE est la porte-parole des Français résidant hors de France et défend leurs droits et intérêts. Ses élus sont les interlocuteurs du gouvernement sur les questions relatives à la protection sociale, à l’emploi, à la formation professionnelle, à l’enseignement français à l’étranger et à la sécurité.

L’AFE peut être consultée par les présidents de l’Assemblée nationale ou du Sénat sur toute question touchant à la situation des expatriés. Elle est aussi sollicitée lorsqu’un projet de loi de finances ou de financement de la sécurité sociale comporte des dispositions relatives aux Français de l’étranger.

Source Vie-publique.fr

Une élection indirecte

Ce sont donc les 442 conseillers des Français de l’étranger qui sont appelés, le samedi 04 décembre pour ceux résidant en Amérique et le dimanche 05 décembre pour les autres, à désigner leurs 90 représentants.

Ces conseillers AFE auront donc en charge de porter les problématiques des expatriés auprès des autorités et des parlementaires. Ils se répartiront dans des commissions aux thèmes spécifiques comme l’aide sociale, la fiscalité ou l’éducation.

Pour certains, il est donc impératif de bien connaitre sa circonscription pour effectuer correctement son mandat, pour d’autres, une fois à l’Assemblée des Français de l’étranger, l’élu travaille pour tous les expatriés sans distinction de résidence.

Des listes difficiles à constituer

Pour construire leur liste, la plupart des formations politiques ont adopté la vision « universaliste » du mandat de Conseiller à l’assemblée des Français de l’étranger. Un parti pris qui arrange bien les états-majors pour constituer les listes qui se soumettront au suffrage de leurs pairs.

En effet, c’est le jeu des chaises musicales qui s’est mis en place pour constituer les listes AFE. Les élus ont été dispatchés dans les circonscriptions sans prendre en compte leur lieu de résidence. Une situation qui n’a pas manqué de révolter certains observateurs comme le vice-président de Français du Monde.

« Alors qu’il n’y avait pas de problème de parité ou de manque d’élus locaux, cette élection AFE 2021 se résume à un concours de parachutages.« 

Mehdi Benlahcen, Vice-Président de Français du Monde (ancien élu AFE PS)

Afin de garantir des places éligibles à certains acteurs politiques, c’est donc un vrai mic-mac qui s’est mis en place. Le responsable EELV des Français établis hors de France, Alexandre Chateau-Ducos, élu au Benelux, se voit donc en bonne place dans la circonscription voisine pour l’Allemagne tandis que c’est une élue du Chili qui vient compléter la liste qui essayera de récolter les suffrages des élus de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-bas.

Les exemples ne manquent pas. Mais c’est souvent la seule solution pour proposer des listes dans toutes les circonscriptions.

Des listes peu transparentes

Car les partis, qui n’ont pas pris cette option ou qui ne disposaient pas de suffisamment d’élus prêts à relever le défi, n’ont pas pu présenter des listes dans toutes les circonscriptions.

Comme LREM qui, le plus souvent, a constitué des listes avec des candidats issus des circonscriptions. Pour, au final, n’en présenter que 7 ! Et encore, parmi ces listes du parti présidentiel, on retrouve de nombreux indépendants qui ne sont pas encartés LREM. D’ailleurs, ils furent nombreux à réagir à notre article présentant ces listes adoubées par la commission d’investiture de la majorité présidentielle.

Les LR en difficulté

Si la gauche, victorieuse aux élections consulaires de mai 2021, est arrivée à présenter des listes, le plus souvent d’union, dans toutes les circonscriptions, on le voit à droite les difficultés sont plus importantes. Que 7 listes pour LREM, et encore moins pour les Républicains.

En effet, laminés en Europe, les membres des LR ont dû renoncer à se présenter dans de nombreuses circonscriptions comme le Benelux où ils étaient pourtant bien implantés avant 2021. En Asie, ils ont été contraints pour boucler leur liste d’aller chercher un ancien UDI, lui même réélu au Luxembourg au mois de mai.

Qu’attendre de ces élections ?

L’AFE se réunit au moins deux fois par an en session plénière et travaille en six commissions selon les thèmes abordés. Un secrétariat général composé d’agents du ministère de l’Europe et des affaires étrangères en assure le bon fonctionnement. Mais quelle est sa mission ?

Créée en 1945 sous le nom de Conseil supérieur des Français de l’étranger (CSFE), l’Assemblée des Français de l’étranger tirait sa légitimité de l’absence de parlementaires dans la représentation nationale. Depuis, des sénateurs ont été créés et en 2012 avec la réforme initiée par Nicolas Sarkozy, les expatriés sont aussi représentés à l’Assemblée nationale. Alors à quoi sert l’Assemblée des Français de l’étranger ?

C’est une question qui est posée depuis une décennie. L’absence de sessions à Paris avec les 90 élus pour cause de pandémie n’a pas empêché le bon fonctionnement des institutions. La Députée Anne Genetet évoquait la possibilité d’une réforme qui serait inscrite au programme d’Emmanuel Macron pour 2022. Réforme, évolution, suppression, toutes les hypothèses sont sur la table. Ça sera aux nouveaux élus de défendre l’AFE et peut-être lui donner un nouveau souffle.

Laisser un commentaire