Consulaires aux Etats-Unis: espoirs et inquiétudes chez les candidats

Consulaires aux Etats-Unis: espoirs et inquiétudes chez les candidats

Avec 150 000 inscrits, 10 consulats, plusieurs lycées français dont celui de New York , de Washington DC , de Los Angeles , la présence française est massive chez l’oncle Sam.

Les Français des Etats-Unis, comme ceux du reste du monde, seront appelés à voter lors des élections consulaires de mai 2020 Il est à cet égard très important de s’inscrire avant le 10 avril sur les listes de votre consulat pour pouvoir voter .

Aux Etats-Unis, le vote aura lieu le samedi 16 mai, décalage horaire oblige, et non le dimanche 17 mais comme dans la plupart des circonscriptions. Le vote électronique est possible , mais le vote papier demeure une possibilité. L’objectif est d’avoir un taux de participation le plus élevé possible. Ce scrutin a malheureusement largement été boudé par les électeurs en 2014.

Une terre favorable à la majorité présidentielle jusqu’à présent

Les Etats-Unis sont, en tout cas, une terre de prédilection pour Emmanuel Macron et la majorité présidentielle. Le candidat Macron a obtenu 92% des suffrages au deuxième tour en 2017, le candidat Roland Lescure, désormais député LREM, 80%.

Les conseillers consulaires sortants sont majoritairement issus des partis traditionnels de droite et de gauche, soutenus par l’UFE, proche des Républicains, et par l’ADFE, proche de la gauche. Craignent-ils de se faire balayer comme le furent 10 des 11 députés des Français de l’étranger ?

Quid de l’unité de LREM dans la circonscription de Washington ?

Du côté de la majorité, l’unité est annoncée. Ce n’est pas cependant toujours le cas. Des tensions très vives ont émaillé la constitution de la liste pour la circonscription de Washington entre Olivier Piton, élu sortant, et Marine Havel qui a répondu aux questions de notre média. Cette dernière, qui place l’éducation au cœur de son programme et notamment en raison de sa carrière au sein notamment du programme FLAM, qui promeut l’apprentissage du français y compris dans des langues bilingues, souhaite l’unité.

Vivant à Philadelphie, et souhaitant présenter une liste pluraliste mais surtout de « marcheurs » qui se sont impliqués dans la campagne, Mme Havel, a plusieurs priorités qu’elle nous a annoncé. En particulier l’aide aux Français dans le cadre administratif, un encouragement à l’enseignement en français, et la création de synergies avec les écoles locales. Elle vise entre 2 et 3 élus sur les 4 qui le seront.

Cette circonscription très large qui couvre DC, Philadelphie, le Delaware et le Maryland entre autres, est l’objet de tensions. M. Piton, avocat à Washington (et non pas Tanguy chez sa mère à Suresnes contrairement à une rumeur persistante nous a-t-il indiqué), présente lui aussi une liste, qu'il veut résolument apolitique, et diverse en terme d'âge et de régions de la circonscription. Apolitique car M. Piton, qui est élu sortant, nous a indiqué avoir fait le constat que le conseil consulaire, comme un conseil municipal dans une ville de moins de 3 500 habitants, la politique partisane n'a pas sa place. Il n'a d'ailleurs dans ce mandat pas fait de réunions politiques mais des réunions thématiques sur la fiscalité, l'enseignement ...

Une liste LREM unie à New York

Résultat de recherche d'images pour "Pascale Richard new-york"
Photo de Roland Lescure et de sa suppléante - publiée sur le site d'actualités locales dédié aux expatriés https://frenchmorning.com/

A New-York en revanche, Pascale Richard, suppléante de Roland Lescure et candidate tête de liste de cette circonscription a constitué sa liste sans difficulté. Elle ne prend pour autant pas ce scrutin comme acquis, comme elle nous l’a confié :

« Je n'aime pas l'idée d'un "soutien acquis" car alors il n'y aurait plus de raison de faire campagne!  En fait c'est la première fois qu'un(e) candidat(e) LREM se présente aux consulaires donc c'est nouveau dans ce sens. Et puis, ces élections sont locales et non nationales. C' est aussi un vote sur la personne » nous a-t-elle indiqué.

Pour Pascale Richard, New-yorkaise depuis ses études à NYU, l’implantation locale est la clé. La clé de l'élection mais que ce soit chez les sortant ou chez les marcheurs, a-t-elle était réalisée au cours des 6 années du conseiller consulaire ?

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire