Burkina Faso : la fin pour la force française Sabre

Burkina Faso : la fin pour la force française Sabre

La France et le Burkina Faso ont officiellement marqué la fin des opérations militaires françaises dans cette nation d’Afrique de l’Ouest, ont déclaré dimanche les forces armées burkinabées, après une cérémonie de descente du drapeau au camp des forces spéciales françaises un jour plus tôt.

En janvier, le Burkina Faso a donné à la France un mois pour retirer ses troupes alors qu’il mettait fin à un accord militaire qui permettait aux troupes françaises de combattre les insurgés sur son territoire, invoquant le souhait du pays de se défendre lui-même. Leur départ marque un nouveau chapitre dans la lutte du Burkina contre les groupes islamistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique, qui se sont emparés de vastes étendues de terres et ont déplacé des millions de personnes dans la région élargie du Sahel, juste au sud du Sahara. Dans un communiqué, l’état-major général des forces armées burkinabées a déclaré avoir participé avec les responsables des forces spéciales françaises Sabre à « une cérémonie solennelle de descente du drapeau marquant la fin officielle des opérations de la Task Force sur le sol burkinabé ».

Le départ des quelque 400 forces spéciales françaises du Burkina Faso fait suite à une forte détérioration des relations qui a vu Ouagadougou demander à la France de rappeler son ambassadeur.

L’année dernière, les protestations des opposants à la présence militaire française ont fortement augmenté, en partie à cause de l’impression que la France n’avait pas fait assez pour endiguer l’insurrection.

Sentiment anti-français

Au cours de la semaine dernière, un petit groupe de manifestants anti-français s’est réuni chaque soir à Ouagadougou pour surveiller les signes de retrait français.

« Nous ne voulons pas que la moindre seconde soit ajoutée à la date prévue (du départ). Qu’ils partent et nous laissent notre Faso », a déclaré Amadé Maiga, qui faisait partie de ceux qui étaient parés de drapeaux burkinabés et qui agitaient un tricolore français barré d’une croix rouge.

Certains membres du groupe tenaient également des drapeaux russes – un signe des courants politiques sous-jacents compliqués qui façonnent la région.

Le Burkina Faso et le Mali voisin sont tous deux dirigés par des juntes militaires qui ont pris le pouvoir par la force au cours des deux dernières années, promettant d’améliorer la sécurité et de chercher du soutien au-delà de leurs alliés traditionnels.

La France a retiré ses forces du Mali l’année dernière après que la junte sur place ait commencé à travailler avec des entrepreneurs militaires russes. Le Ghana a accusé le Burkina Faso d’engager des mercenaires du groupe russe Wagner, ce qui a incité le président intérimaire du Burkina à nier la présence de telles forces dans le pays.

Le président français Emmanuel Macron a qualifié de « prédatrice » l’influence de la Russie dans les pays africains en difficulté, alors que la France a vu sa propre influence diminuer dans ses anciennes colonies.

« Marcher avec la Russie n’est pas un péché … La Russie est la solution », a déclaré Amadé Compaoré, un manifestant de 58 ans.

Regardez le reportage de TV5MONDE

Auteur/Autrice

  • TV5 Monde

    TV5 Monde est l'un des trois plus grands réseaux mondiaux de télévision. Elle diffuse huit signaux régionalisés distincts, ainsi que deux chaînes thématiques dédiées à l'Art de vivre (Style HD) et à la Jeunesse (Tivi5monde). TV5 Québec Canada fait également partie du réseau, mais est la propriété du Consortium de télévision Québec-Canada. En tant qu'opérateur de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), TV5 Monde met à disposition un portail multimédia gratuit et interactif pour apprendre et enseigner le français.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire