À la recherche d’un nouveau souffle

À la  recherche  d’un  nouveau  souffle

La  disparition  de  Jean-Paul  Belmondo,  par  l’émotion  publique  qu’elle  entraîne,  dépasse sa  seule  personne.  Elle  semble  clore  définitivement  une  époque.  Pour  une  large  majorité des  Français,  l’acteur  était  le  représentant  des  Trente  Glorieuses,  de  l’insouciance,  de  la légèreté.  Campant  des  personnages  faisant  fi  des  règles  de  la  bienséance,  de  la hiérarchie  et  des  codes  du  passé,  il  incarnait  tout  à  la  fois  l’esprit  français  et  celui  d’une époque  où  il  était  possible  de  rouler  vite,  de  se  moquer  des  voyous  comme  des  flics,  des puissants  et  des  faibles,  d’être  vulgaire  ou  spirituel.  Enfant  gâté,  il  donnait  l’impression que  la  vie  était  un  jeu. 

Même  la  défaite  de  la  France  en  1940,  dans  le  cadre  du  film  «  Un week-end  à  Zuydcoote  »,  devenait  presque  une  farce.  Jean-Paul  Belmondo  a  eu  le  talent de  transcender  la  population  en  faisant  le  lien  entre  le  théâtre,  le  milieu  élitiste  de  Saint Germain  et  le  cinéma  populaire.  S’il  exigeait  que  son  nom  figure  en  grosses  lettres  en haut  de  l’affiche,  il  n’oubliait  jamais  de  faire  travailler  ses  amis  et  sa  famille.  Son indéniable  soif  de  reconnaissance  n’excluait  pas  une  réelle  générosité.

Porte-drapeau des classes moyennes. 

Capable  de rassembler  plus  de  deux  Français  sur  trois,  il  est  devenu,  sans  en  être  membre,  le  porte-drapeau  des  classes  moyennes  qui  émergeaient,  à  compter  des  années  1950,  en France,.  Les  Français  aiment  à  s’identifier  à  des  personnalités  quasi  divinisées. Napoléon,  le  Général  de  Gaulle,  Johnny  Halliday  ou  Jean-Paul  Belmondo  ont  eu  cette capacité,  à  un  moment  de  leur  existence,  chacun  dans  leur  champ  d’activité,  de transcender  la  population. 

Après  plusieurs  décennies  de  difficultés  économiques,  après dix-huit  mois  de  crise  sanitaire  et  face  aux  menaces  du  réchauffement  climatique  et  de la  disparition  des  espèces,  le  temps  de  Jean-Paul  Belmondo  semble  bien  lointain.  Les films  français,  à  l’image  de  la  société,  retranscrivent  désormais  la  violence  de  la  société, les  drames  sociaux  et  l’isolement  des  individus.

Redonner un sens au mot «  aventure » 

En  pleurant  le  décès  de  Jean-Paul Belmondo,  les  Français  pleurent  la  dictature  de  la  banalité,  de  l’histoire  contrainte,  sans possibilité  d’échappement  d’un  quotidien  jugé  de  plus  en  plus  pesant.  L’Europe,  et  en particulier  la  France,  ont  besoin  de  redonner  un  sens  au  mot  «  aventure  »  tout  comme  à l’expression  «  joie  de  vivre  ». 

Les  Français  craignent  l’attrition,  le  rétrécissement  de  leur horizon,  le  déclassement  social.  Ils  ne  comprennent  pas  pourquoi  les  logements  sont  de plus  en  plus  petits  et  de  moins  bonne  qualité  en  2021  que  dans  les  années  1980,  que  les voitures  sont  de  plus  en  plus  coûteuses,  que  les  salaires  de  jeunes  diplômés  ne progressent  plus.

Manque de héros et de perspectives 

Derrière  l’émotion  légitime  de  la  disparition  d’un  monstre  sacré  du cinéma  français  se  masque  une  évidente  nostalgie  et  un  manque  de  héros  et  de perspectives.  Si  les  artistes  disparus  participent  naturellement  à  la  constitution  de  la communauté  de  destin,  ils  ne  sauraient  suffire  pour  en  assurer  sa  pérennité.  Il  est nécessaire  de  répondre  au  besoin  d’identification  à  de  nouvelles  personnalités.  En France,  les  stars  du  football  ou  du  rap  y  contribuent  mais  elles  sont  de  plus  en  plus  hors-sol,  de  moins  en  moins  liées  à  la  culture  française  proprement  dite. 

Aux  États-Unis,  si l’industrie  cinématographique  a  encore  quelques  monstres  sacrés  à  son  service,  les superhéros  sont  de  plus  en  plus  les  dirigeants  des  entreprises  de  la  haute  technologie qui  se  battent,  notamment,  pour  conquérir  l’espace  ou  repousser  les  limites  de l’espérance  de  vie  de  l’espèce  humaine.  À  l’Est,  la  Chine  se  rêve  de  devenir  la  première puissance  économique mondiale  d’ici  2049  et  travaille  à  la  création  de trains  à  très grande vitesse  et  d’avions  supersoniques.

Laisser un commentaire