100 000 expatriés sont rentrés en France en 2020 !

100 000 expatriés sont rentrés en France en 2020 !

Chaque année, le nombre de Français de l’étranger est fixé par décret. Le dernier décret paru est le décret n° 2021-43 du 19 janvier 2021 authentifiant la population des Français hors de France inscrite au code électoral au 1er janvier 2021.

La Covid-19 frappe les Français de l’étranger

Le nombre de Français de l’étranger est de 1 685 638 au 1er janvier 2021. Ce nombre s’est réduit d’environ 110 000 personnes par rapport à l’an dernier (1 705 875).

Les aides au maintien dans le pays de résidence mises en place par le gouvernement n’auront pas suffit. Les expatriés sont nombreux à faire face aux conséquences de la Covid-19 et se retrouvent, parfois, totalement démunis. Dans ces situations, une seule solution le retour en France. Surtout qu’au « pays », les autorités ont facilité la réinsertion des expatriés.

En effet, les Français expatriés rentrés en France entre le 1er octobre 2020 et le 1er avril 2021 et n’exerçant pas d’activité professionnelle peuvent être affiliés à l’assurance maladie et de maternité sans délai de carence. Les personnes concernées peuvent ainsi bénéficier d’une prise en charge de leurs soins dès leur arrivée sur le sol français. Les accès aux aides à la réinsertion mais aussi au RSA, aux APL, etc ont été aussi simplifiés.

C’est ainsi que 7% des Français d’Amérique du Sud et 6% de ceux résidant au Maghreb et en Afrique de l’Ouest ont pris le chemin du retour.

L’Asie résiste

Seulement 4% des Français installés dans la 11ème circonscription, l’Asie et l’Océanie, ont quitté leurs pays de résidence. Au coeur de la pandémie et des accusations en 2020, cette région du monde, au prix d’un isolement, a rapidement repris le contrôle sur la Covid-19 et relancer son économie.

Si l’éloignement et la privation de contacts avec sa famille sont, souvent, mal vécus, les expatriés de ces pays, ont largement fait le choix de rester.

L' »Est » a moins la cote !

Tandis que 10 000 Français ont quitté l’Europe centrale et de l’Est. Après une décennie, où ces pays, fraîchement, intégrés à l’Union européenne, bénéficiaient d’une image d’Eldorado, la pandémie a mis fin aux rêves. Faiblesse des aides pour les chômeurs Covid-19, comme pour les entreprises, replis identitaires, état de droit remis en cause, sanctions européennes, les raisons ne manquent pour expliquer la désillusion. Seule exception, l’Allemagne où les chiffres restent stables.

Les frontaliers ont choisi les Municipales

En Europe de l’ouest, les chiffres sont aussi importants. En particulier, dans les circonscriptions frontalières comme au Benelux d’où 16 000 Français sont partis. C’est surtout en Belgique que les départs furent comptabilisés. Pourquoi ? Les frontaliers ont choisi en masse de s’inscrire sur les listes électorales de leurs communes d’origine.

Deux raisons à cette migration électorale :

  • La modification du code électoral, rentrée en application en 2019, ne permet plus d’être inscrit sur le registre consulaire et de conserver son droit de vote dans une commune à laquelle l’électeur était lié (commune de naissance, commune de dernière résidence en France).
  • La candidature de Gérald Darmanin a la mairie de Tourcoing alors Ministre du Budget, en charge de la réforme fiscale des Français hors de France.

Les groupes de contribuables présents sur les réseaux sociaux avaient appelé à s’inscrire sur les listes pour voter aux élections municipales de 2020. En cette année électorale pour les Français de l’étranger, combien feront le chemin inverse ? Réponse le 23 avril 2021, date limite pour s’inscrire sur la liste électorale via le registre consulaire.

Laisser un commentaire