Un expatrié parmi les victimes à Beyrouth

Un expatrié parmi les victimes à Beyrouth

Un architecte français figure parmi les victimes des explosions du port de Beyrouth. Expatrié depuis la fin de la guerre, il s’était installé au Liban pour fonder le cabinet d’architecture East Village .

 

Un architecte français soufflé par l’explosion

Un mort français a été identifié parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth a appris l’AFP par ses collaborateurs.

Il s’agit de l’architecte Jean-Marc Bonfils, installé à Beyrouth, où il avait pris part notamment à des projets de restauration de bâtiments détruits par la guerre, a annoncé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot tard dans la soirée.

Ne trouvant pas son ami, Ghassan Haajar, un binational, proche de l’architecte, s’est rendu avec plusieurs personnes dans son appartement. Ils retrouvent le ressortissant français qui est amené dans un ambulance à l’hôpital où il décèdera de ses blessures.

 

« Aux urgences, on ne laisse personne rentrer. C’est seulement au bout de trois heures qu’on me dit d’aller peut-être vers la morgue. Je vais vers la morgue et j’identifie le corps », raconte Gassan Haajar

Auteur

  • L'AFP est, avec l'Associated Press et Reuters, une des trois agences de presse qui se partagent un quasi-monopole de l'information dans le monde. Elles ont en commun, à la différence de son prédécesseur Havas, de ne pas avoir d'actionnaire mais un conseil d'administration composé majoritairement d'éditeurs de presse.

Laisser un commentaire