Tunisie : Quel avenir pour les Français sur place ? – Podcast audio des responsables associatifs

Tunisie : Quel avenir pour les Français sur place ? – Podcast audio des responsables associatifs

30 juin 2020 0 Par Francois Lestanguet

La Tunisie, comme le reste du monde, sort peu à peu du cauchemar de la pandémie.

Relativement peu touché par la crise liée à la Covid-19 en termes d’hospitalisation et de décès, 1.096 infections et 49 décès dus au coronavirus selon les statistiques officielles, le pays, ou le secteur touristique est particulièrement important, a malgré tout subit de plein fouet le confinement et se prépare à la crise économique.

Roselyne Cordin, de l’UFE Sousse , candidate aux élections consulaires et Laurent Caizergues, de l’UFE Côtes de Carthage conseiller consulaire sortant et également candidat aux élections de mai 2021, les deux se présentant sur des listes différentes, ont répondu à nos questions.

Ecoutez l’interview de Mme Cordinv- UFE Sousse

Ecoutez l’interview de Mr Caizergues - UFE Côtes de Carthage 

3 profils d'expatriés en Tunisie 

Laurent Caizergues, conseiller consulaire sortant et à nouveau candidat a répondu aux francais.press

Environ 22 000 de nos compatriotes sont inscrits au Consulat, mais l’inscription au Consulat n’est pas obligatoire, tandis que la communauté compte une très importante présence de binationaux. De très nombreux retraités profitent également du climat dans le pays et de sa stabilité politique retrouvée, et enfin de nombreux entrepreneurs tentent leur chance, notamment dans le tourisme et dans des industries comme le textile. 

Ces derniers ont particulièrement souffert. Le tourisme a été totalement à l’arrêt et ne reprend que maintenant. Les autres secteurs sont également fortement touchés, et en particulier l’industrie textile, très importante également. Usines en partie à l’arrêt, production focalisée sur les masques, exportations compliquées voire impossible, c’est toute une industrie qui a été gelée pendant ce confinement, et ce d’autant plus que les marchés d’exportation, Europe en tête, avaient fermé l’ensemble de leurs magasins.

Les aides pour les parents d’élèves des lycées français au cœur des débats

Comme nous l’a indiqué M. Caizergues, le nombre d’élèves dans les établissements français en Tunisie a augmenté de manière très importante comme les homologations des établissements sous label AEFE : « il faut aller vite, la société évolue et les processus doivent s’adapter à la vitesse de l’information » selon M. Caizergues. La demande est toujours croissante selon lui, malgré une baisse de 25% des demandes par rapport à l’année dernière, le réseau serait toujours en sous capacité.

« les établissements partenaires ont été beaucoup plus réactifs dans le cadre de cette crise » Laurent Caizergues

Le lycée français de Tunis

Au sein des établissements, une distinction doit être faite entre les établissements partenaires et les établissements en gestion directe pour Laurent Caizergues : « les établissements partenaires ont été beaucoup plus réactifs dans le cadre de cette crise

Mme Cordin nous a fait part de sa satisfaction de voir la députée Samantha Cazebonne, des Français de la péninsule ibérique, l'une des spécialistes de la question de l’enseignement français à l’étranger, comme le député de la circonscription, M'jid El Guerrab, soutenir les dispositions mettant en place les aides supplémentaires concernant les parents d’élèves des lycées français hors de France.

Roselyne Cordin de l'UFE Sousse

En attendant, la situation reste complexe. Dans le service de bus vers le lycée français de Tunis dont Mme Cordin a notamment la charge dans le cadre de ses activités associatives, elle nous a indiqué que 8 parents, sur 75, ont décidé de rentrer en France, préférant partir que de devoir continuer à assumer les frais scolaires.

Une saison touristique qui pourrait grandement aider l’économie

« Dès le mois d’avril le secteur touristique a souffert » nous a indiqué Mme Cordin. En revanche, nous indique-t-elle, « la Tunisie a besoin du tourisme et les frontières s’ouvrent » malgré une certaine inquiétude de la population à voir arriver massivement des populations de régions, d’Europe et de France notamment, qui ont été durement touchées par la pandémie.

Pour ceux qui rentrent en France, le confinement est strict, 14 jours avec possibilité en cas de confirmation médicale préalable, de sortir de chez soi préalablement.

Une situation compliquée en somme, une économie qui redémarre, et qui espère grandement de la saison touristique. La Tunisie, phare du monde arabe à bien des égards, saura-t-elle tirer son épingle du jeu du fait de sa bonne gestion de la Covid-19 ? La réponse, pas avant plusieurs mois sans doute…