Taux de participation en progression pour le vote en ligne des expatriés

Taux de participation en progression pour le vote en ligne des expatriés

Ce fut chaotique, complexe, mais les Français de l’étranger sont restés pugnaces et ont voté en ligne pour ces élections législatives via le dispositif du Ministère des Affaires étrangères. Si le taux de participation reste modeste avec 21,60% de participants, c’est une bonne progression par rapport à 2017 et il reste encore la possibilité de voter dans les urnes ce dimanche.

Bureau de vote à Miami pour l’élection présidentielle du 24 avril 2022 ©AFP/Lesechos

Un vote en ligne qui a mal commencé

On évoquait dès le 23 mai sur notre site le premier bug. Lors de la présidentielle, les électeurs avaient reçu des convocations avec de mauvais bureaux de vote. Prise sur le fait, l’administration avait réagi rapidement renvoyant des convocations, ce qui n’a pas empêché la cohue et le chaos de s’installer aux abords des bureaux de vote. Ils furent nombreux parmi nos compatriotes à abandonner et à ne pas voter au premier tour de l’élection présidentielle. L’origine de l’erreur : un fichier non à jour.

Pour les législatives, l’administration a poursuivi dans son erreur, envoyant des logins et des mots de passe erronés car issus du même mauvais fichier. 2 jours après la réception d’un premier jeu de codes, les électeurs, qui étaient inscrits sur la liste électorale et dont les coordonnées étaient à jour, recevaient un deuxième jeu. Ce qui n’a pas manqué de troubler nombres d’expatriés, en particulier chez les personnes de plus de 60 ans.

Et qui a continué difficilement pour bien finir

Une fois les urnes électroniques ouvertes, un nouvel écueil s’est présenté. La procédure prévoit en effet, qu’une fois identifié et le choix du candidat effectif, il faut valider ce dernier via un troisième code envoyé par mail. Et là patatras, tous ceux qui détenaient un compte Yahoo ou Aol ne recevaient pas le mail final.

Finalement, après 3 jours, une solution fut mise en place par Docapost, le prestataire, filiale du groupe La Poste, lundi 30 mai au soir. Les électeurs concernés furent inviter à retenter l’aventure. Un mail qui a boosté dans les dernières heures les votes et dont l’idée revient à la président de l’Assemblée des Français de l’étranger, Hélène Degryse.

Une bonne nouvelle pour les expatriés

Ce rebond final est une bonne nouvelle pour la démocratie et pour les expatriés. le taux de 23,50 %, soit une progression de plus de 4 points par rapport à 2017, éloigne le spectre des recours des candidats et ancre les Français de l’étranger dans la vie électorale de notre pays.

Surtout qu’avec le vote à l’urne, rien n’empêche d’espérer atteindre les 30% de participation. Un taux, même si encore trop bas, peut commencer à être rapproché de la participation des circonscriptions de la métropole.

Et les résultats ?

Pour l’instant, la répartition des voix entre les candidats est secrète. A 20h dimanche (heure de Paris), les bulletins enregistrés en ligne seront joints à ceux collectés dans les urnes. C’est le bureau centralisateur et vérificateur basé à Paris, composé d’élus de tous bords et de représentants du Conseil d’Etat, qui procéderont aux calculs.

Normalement, ils seront connus le soir même et au pire le lendemain matin. Soit une semaine avant les résultats en France. Pourquoi ? Car les candidats doivent arpenter pour faire campagne des circonscriptions aux larges territoires englobant plusieurs pays, quand certaines circonscriptions en France font la taille d’un quartier de ville ou au pire d’un département. Nos expatriés-candidats ont donc besoin de plus de temps pour aller au contact des Français installés dans tous ces pays.

Le second tour

Le second tour commencera le vendredi 10 juin à 12h (heure de Paris) pour se terminer en ligne le mercredi 15 juin, toujours à midi (heure de Paris), tandis que les urnes physiques seront accessibles, comme en France, le dimanche 19 juin dès 08h (heure locale). Les expatriés installés dans les Amériques et aux Caraïbes, comme toujours seront appelés à l’urne la veille, du fait du décalage horaire.

Auteur

  • Paul Herikso est franco-norvégien né à Paris d'une maman française et d'un papa norvégien. Après des études de tourisme, il retrouva sa famille paternelle en Norvège où il participa au développement des croisières. Il est aussi correspondant pour lesfrancais.press

Laisser un commentaire