S'expatrier facilement au Royaume-Uni, encore 10 mois...

Près de 150 000 Français sont inscrits sur les registres consulaires au Royaume-Uni, en grande majorité en Angleterre, pour une population réelle estimée à 300 000.

Depuis le référendum sur le Brexit en 2016, l'ambassade de France n'a noté aucune dynamique spécifique dans les arrivées et les départs des Français au Royaume-Uni, qui accueille depuis longtemps tant les cadres dynamiques et les auto-entrepreneurs que les jeunes en quête d'un petit boulot et de l'opportunité de d'apprendre la langue.

Après la consternation, les Français sont nombreux à vouloir continuer l'expérience britannique.

"Nous avons eu plus d'inscriptions en 2019 qu'en 2018, confie Fabien Maero, responsable du centre Charles-Péguy de Londres à France 24
Surtout qu'ils peuvent encore profiter de Londres comme avant pendant un an. En effet, les premiers effets du Brexit n'auront lieu qu'après décembre 2020. Les rounds de négociation devront définir les possibilités d'installation après cette date.

Quel statut après décembre 2020 ? Settled status ?

Depuis le 6 décembre 2018, le gouvernement britannique a commencé à mettre en place le "settled status" (statut de résident permanent), équivalent d'un droit de résidence à durée illimitée, pour les ressortissants européens et les membres de leur famille résidant au Royaume-Uni. Ce "super-visa" nécessitant une inscription rapide en ligne doit leur permettre de continuer à travailler, étudier et accéder aux prestations sociales et services du pays dans les mêmes conditions qu'avant le Brexit.

Tous les citoyens européens installés dans le pays avant le 31 décembre 2020 pourront en bénéficier mais au delà on ne connait les conditions qui seront nécéssaires pour obtenir ce fameux statut.

L'absence de pièce d'identité physique au Royaume-Uni entraine, aussi, un risque devoir justifier de son "settled status" par voie numérique ce qui pourrait entraîner des discriminations. C'est pourquoi les européens réunis dans le collectif THE 3 MILLIONS, dirigé par un Français, veulent voir le gouvernement émettre une preuve physique du statut. La peur de connaitre un changement brusque du statut en 2021 et de se retrouver désuni.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire