Retour sur un quiproquo à la frontière franco-belge ! Rappel des règles

Ce vendredi 29 mai, le gouvernement belge a annoncé la réouverture des frontières du royaume. Précisant aussi, que les citoyens français résidant sur son territoire, comme ses nationaux, vont pouvoir franchir la frontière afin d'aller voir leurs proches ou tout simplement aller s'approvisionner.

Au cours de cette même journée, les réseaux sociaux se sont enflammés.. Associations, groupes sur Facebook, élus consulaires, tout le monde se félicita de cette grande nouvelle. Cette mesure semblait répondre aux attentes des citoyens et des entreprises des deux pays. En effet, ces deux dernières semaines, des initiatives citoyennes, des pétitions mais aussi des actions d'élus du département du Nord, se sont multipliées pour réclamer le rétablissement de la libre circulation aux frontières terrestres.

Sur la route vers la France...

Le samedi matin, Français et Belges se retrouvèrent donc sur le chemin de la France, pour retrouver des proches, effectuer ses courses alimentaires (les prix en France sont nettement plus intéressants), ou tout simplement pour retrouver le plaisir des routes et paysages français.  La surprise fut grande pour ces nombreux automobilistes, la police et la gendarmerie les attendaient..de pied ferme.

Attestations, justificatifs, les règles misent en place par la France le 20 mars n'ont pas évolué. Incompréhension, colère, files d'attente, rien ne fut épargner aux résidents belges. La plupart, sans les documents adéquats, furent contraint au demi-tour.

Information capitale que le consulat essaya de propager le plus rapidement possible ! Dès samedi matin à travers, l'équipe technique du consulat effectua une publication sur son site et sur Facebook. Elles furent largement relayées par les acteurs locaux. Cependant, c'était déjà trop tard.. L'envie de France avait pris le dessus, dès 8h les premiers embouteillages ont été signalés. Et c'est donc une très grande majorité qui repris la route retour vers Bruxelles et les autres grandes villes, créant, ainsi, une cohorte de citoyens déçus et désormais pris dans les bouchons.

Que s'est il passé ?

Le gouvernement belge a annoncé sa décision de ne plus procéder à des contrôles à ses frontières, le vendredi 29 Mai. Décision, qu'a prise aussi le Luxembourg, le samedi 30 mai au matin.  Il est donc désormais possible, à nouveau, de traverser librement le Benelux.

Le même jour que la Première Ministre belge, vendredi 29 mai, Edouard Philippe annonce une série de mesures d'assouplissements des contrôles aux frontières françaises. Mais celles-ci n'entreront en vigueur que le 2 juin et elles faciliteront, uniquement, la circulation sur le territoire national et dans le cadre de conditions bien spécifiques.

Pour bénéficier des mesures qui seront effectives le 2 juin, à la frontière franco-belge, Il faut donc être un ressortissant français domicilié en Belgique (ainsi que son conjoint, même d'une autre nationalité). Et le citoyen ainsi que sa famille pourront se rendre n'importe où en France, la contrainte des 100 km ayant été levée à la même date, et revenir en Belgique où ils ont leur résidence principale. 

A retenir, qu'il faudra toujours se munir de l'attestation de déplacement international dérogatoire (cocher la première case). Il semblerait, donc, que la concomitance des deux annonces est créée ce quiproquo à la frontière ce samedi 30 mai 2020.

Ce qu'il faut donc retenir de ces 24h belges !

La Belgique n'effectue plus de contrôles à ses frontières terrestres avec les autres pays de l'espace Schengen.

La France maintient un contrôle. Il faut donc être muni, dans tous les cas, d'une attestation et être citoyen français ou marié(e) à ce(tte) dernier(ère) ou avoir une raison impérieuse.

A partir du 2 juin, Les citoyens français et leur famille directe (conjoint, enfants) pourront circuler librement sur le territoire du fait de la levée pour les Français de la mesure des 100km. (les autres nationalités devront se contraindre à respecter le motif impérieux qui a été indiqué lors de l'entrée sur le territoire et inscrit sur l'attestation. Celle ci est toujours obligatoire pour tous)

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire