Rencontre britannico-irlandaise en pleine impasse nord-irlandaise

Rencontre britannico-irlandaise en pleine impasse nord-irlandaise

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a reçu jeudi 10 novembre son homologue irlandais Micheal Martin et a affiché sa volonté de mettre fin aux différends commerciaux post-Brexit en Irlande du Nord au moment où la province est en pleine impasse politique.

Les deux dirigeants se sont rencontrés à l’occasion du Conseil britannico-irlandais à Blackpool dans le nord-ouest de l’Angleterre. Signe de la volonté de résoudre ces différends, Rishi Sunak est le premier chef de gouvernement britannique à ouvrir ce sommet depuis 2007.

Selon un porte-parole de Downing Street, le Premier ministre a répété sa préférence « pour une solution négociée avec l’Union européenne » en espérant « flexibilité et pragmatisme » de la part de toutes les parties.

Impasse politique

La province britannique d’Irlande du Nord est plongée depuis des mois dans une impasse politique sur fond de discorde sur son statut post-Brexit. Au coeur des désaccords, le protocole nord-irlandais, qui a été négocié au moment de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

L’Irlande du Nord possède la seule frontière terrestre du Royaume-Uni avec l’UE, mais celle-ci doit rester ouverte en vertu de l’accord de paix de 1998 qui a mis fin à trois décennies de violences.

Le protocole maintient ainsi l’Irlande du Nord au sein du marché unique européen mais crée donc une frontière douanière avec l’île de Grande-Bretagne, inacceptable pour les unionistes d’Irlande du Nord attachés à l’ancrage de la province au sein du Royaume-Uni.

Les unionistes du DUP réclament l’abandon du protocole en bloquant la formation d’un exécutif avec le parti nationaliste Sinn Fein arrivé en tête aux dernières élections, conduisant à la paralysie de l’assemblée locale.

© AFP

Espoir

Le gouvernement britannique, qui risque des représailles commerciales de l’UE s’il revient unilatéralement sur le protocole nord-irlandais comme il en a affiché la volonté, a menacé d’organiser un nouveau vote en Irlande du Nord. Mais il a repoussé mercredi la date butoir avant de convoquer un tel scrutin.

De son côté Micheal Martin a estimé jeudi, dans un communiqué publié par ses services, qu’il était désormais temps de trouver « des solutions au protocole » car « les gens et les entreprises en Irlande du Nord ont été très clairs sur le fait qu’ils voulaient un accord ». Il a aussi affirmé espérer la formation d’un exécutif dans la province.

Pour le ministre britannique chargé de l’Irlande du Nord Chris Heaton-Harris, le protocole reste « un des principaux obstacles » à la résolution de la crise politique dans la province, mais il appelle toutefois à montrer confiance et respect envers l’UE pour une solution négociée.

Le Conseil britannico-irlandais réunit le Royaume-Uni, l’Irlande et les représentants des gouvernements écossais et gallois, ainsi que les gouvernements de l’Ile de Man, Jersey et Guernesey.

À Blackpool, Rishi Sunak a ainsi effectué ses premiers tête-à-tête avec la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, et son homologue gallois Mark Drakeford.

Selon un porte-parole du gouvernement écossais, Mme Sturgeon et M. Sunak ont eu des échanges « constructifs et cordiaux », mais la Première ministre a répété son intention d’organiser un référendum d’indépendance.

La cheffe du Sinn Fein Michelle O’Neill – qui devrait devenir la Première ministre d’Irlande du Nord si un gouvernement pouvait être constitué – a elle regretté jeudi sur Twitter que l’impasse politique dans la province prive le sommet de représentants de l’assemblée nord-irlandaise, accusant le DUP « d’empêcher que nos voix soient entendues ».

Laisser un commentaire