Réforme des Retraites : faible mobilisation dans les établissements français à l'étranger

Réforme des Retraites : faible mobilisation dans les établissements français à l'étranger

Ce 9 janvier fut l’occasion d’une nouvelle journée de mobilisation dans l'éducation nationale contre la réforme des retraites. Mobilisation en baisse, en France, mais aussi chez les Français de l’étranger.

Comme nous l’avons constaté que ce soit auprès des syndicats SNES et UNSA ou auprès des lycées des Français de l’étranger, la mobilisation fut particulièrement faible. 4% de participation gréviste à La Haye selon la direction, un taux également faible annoncé en Allemagne, en Belgique et à Lisbonne.

« Nous voulons donner une chance à la négociation » - Stéphane Crochet, secrétaire général de l'UNSA

Une plus forte participation fut, selon l’UNSA, enregistrée dans les établissements français au Maroc.

Aucune mobilisation en revanche dans les établissements qui ne sont ni en « gestion directe », ni en convention, et notamment les très nombreux lycées en Amérique du nord.

En effet, certaines organisations enseignantes ont choisi de ne pas appeler à la grève, comme le Sgen-CFDT et le SE-UNSA. « Nous voulons donner une chance à la négociation », justifie son secrétaire général Stéphane Crochet, en évoquant les discussions prévues cette semaine autour des fins de carrière dans la fonction publique et celles programmées à partir du 13 janvier avec le ministère de l’éducation autour de la revalorisation des revenus des enseignants.

Une revalorisation progressive pour atteindre les 10 milliards

Lors de premières rencontres bilatérales avec les syndicats, mi-décembre, Jean-Michel Blanquer , le Ministre de l'Education Nationale, avait laissé entendre que l’ensemble des revenus des professeurs pourrait bénéficier progressivement, année après année, de 400 à 500 millions d’euros supplémentaires pour que la hausse atteigne, au bout d’une vingtaine d’années, les 10 milliards d’euros évoqués par le premier ministre Édouard Philippe lors d’un déplacement à Nancy.

Le mouvement est-il en baisse ou une simple pause?.

le syndicat SNES nous a bien indiqué que le préavis durait jusqu’au 17 janvier .  Et si à Lisbonne, La Haye et en Allemagne la mobilisation fut faible, cela ne veut pas dire pour autant que cela a disparu.

Mais ces discussions doivent s’étaler jusqu’à l’été avant que ne soit adoptée une loi de programmation censée prendre effet en janvier 2021. Aussi, il y a peu de chances que la mobilisation enseignante se maintienne jusqu’à la fin de l’année scolaire.

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire