Rapport de l’INSEE sur les transfrontaliers France – Belgique

Le nombre de transfrontaliers entre la France et la Belgique est en baisse. Alors que la mobilisation contre le projet de réforme de la fiscalité des non-résidents ne faiblit pas, ceux qui sont concernés sont moins nombreux qu’auparavant dans le cas de la frontière franco-belge mais la situation est très variable selon que l’on soit transfrontalier d’un côté ou de l’autre.

Ainsi, en 2017, 23 700 salariés résidant en France traversaient la frontière pour travailler en Belgique. Un chiffre en baisse de 10,5% en 4 ans.

A l’inverse, 10 500 résidents belges travaillaient la même année dans les Hauts-de-France. Il s’agissait en l’occurrence d’une hausse de 14,2% en 4 ans également.

Cette différence s’explique notamment en raison de la fiscalité qui touche les non-résidents mais qui est amenée à fortement évoluer

Autre donnée importante : le nombre d’actifs en Belgique baisse plus rapidement que dans les Hauts-de-France. Il y aura d’ici 2030 63 000 actifs en moins outre-Quiévrain contre 17 000 pour la région française. À l’horizon 2030, les besoins en main d’œuvre devraient donc encore augmenter en Flandre belge, en raison des nombreux départs à la retraite des générations du baby-boom.

Des échanges très nombreux et de longue date

Dans les faits, les relations et les échanges entre les deux pays sont anciens. La construction européenne a ouvert les frontières, il est extrêmement facile pour un citoyen français de s’établir en Belgique et vice-versa.

De nos jours, environ 150 000 Français sont enregistrés sur les listes consulaires en Belgique. Beaucoup sont cependant présents dans le royaume : beaucoup sont des binationaux et ne prennent pas la peine de s’inscrire, l’inscription n’est de toute façon pas obligatoire.

L'immense CHU de Lille compte parmi son personnel de très nombreuses personnes vivant en Belgique

Une part très importante de la communauté vit dans la région bruxelloise. Pour autant, une large communauté est aussi à la frontière et en particulier dans l’eurométropole Lille-Courtrai-Tournai.

A cheval entre les deux pays, bassin industriel et où siègent plusieurs grandes entreprises, la métropole a aussi, à Lille, un immense CHU dont une partie non négligeable du personnel hospitalier vit de l’autre côté de la frontière.

Quel avenir alors que la majorité actuelle a mis en place un plan pour une nouvelle fiscalité des non-résidents qui risque de mettre pour beaucoup très sérieusement à mal les avantages de vivre en Belgique ? Le rapport d’étude, qui devrait être publié durant la seconde moitié de 2020, apportera peut-être des réponses.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire