Pour les fêtes, rentrer ou ne pas rentrer en France ?

Pour les fêtes, rentrer ou ne pas rentrer en France ?

Telle est la question !

Décembre, mois chéri par certains et honni par d’autres. Un mois délicat pour tous ceux qui vivent à l’étranger. Car oui, la période des fêtes est un moment d’attentes affectives, d’injonctions au bonheur. Tout prend une ampleur parfois démesurée. Pour celles et ceux qui habitent loin de la mère patrie, Noël ou pas, les enjeux sont amplifiés. Les fêtes sont un point d’orgue émotionnel. Petite mise en perspective salutaire et peut-être même inconfortable. Alors rentrer ou ne pas rentrer en France ?

Cela peut commencer insidieusement par un imperceptible froissement dans la voix au téléphone quand, quelques mois en avance, on aura osé enfin évoquer notre envie de ne pas ‘rentrer’ pour les fêtes cette année. Un silence surgit, c’est l’incompréhension. Maman, Beau-Papa, notre cousine, notre frère adoré ou nos amis de toujours ne comprennent pas. ‘ Tu ne peux pas nous faire ça !’ Le couperet est tombé.  Ce pourrait être au sujet des parents (qui se font de plus en plus vieux), de Mamie qui n’attend que nous, des jumeaux qui ont déjà trois ans, des copains de fiesta qui nous ont déjà inclus dans l’organisation du prochain réveillon.

Sortir du convenu, choisir ce qui fait sens pour nous 

Qu’on soit en expatriation, immigrés au Québec ou en vadrouille pour le travail, bref quelle que soit notre situation de vie à l’étranger, vient toujours ce moment où on décide de rester sur notre nouveau territoire pour les fêtes. Une étape importante. Nos motivations se révèlent multiples, mais importantes à écouter. Il peut s’agir du manque de vacances (par exemple en Amérique du Nord, les congés payés sont bien moindres qu’en France), de la fatigue, du défi financier (les billets d’avion peuvent s’avérer un réel gouffre financier). Certains ont envie simplement d’échapper au marathon des fêtes dans les familles respectives ! Haro sur les susceptibilités à gérer pour ne froisser personne, les repas qui se succèdent comme la fatigue et les dépenses. Mais parfois, on a juste envie de vivre cette nouvelle aventure, de profiter de ce que ce pays étranger a à nous offrir comme expérience, à notre rythme. 

Alexandre, Dominique et leurs enfants, au Québec depuis 6 ans, ont rapidement décidé que la qualité de leur intégration impliquait de rester pendant la période des fêtes pour vivre ‘comme des Québécois’ ce temps festif de l’année. Famille et amis sont bienvenus, mais la petite famille reste pour vivre à fond les sports d’hiver, la féérie de l’hiver blanc et de nouvelles traditions qu’ils ont mixées entre la crèche provençale et potlucks avec les voisins anglophones, le ‘carolling’ et la bûche aux marrons. 

Alors comment esquiver élégamment ?

Prévenir, bien à l’avance, pour que nos proches, famille et amis, puissent accuser le coup sans trop de déception. Évoquer les fêtes quelques mois avant, en été par exemple, laisse ainsi à chacun le temps de faire son deuil et de trouver d’autres projets communs à imaginer. On peut également aborder cette envie de rester à l’étranger pour les fêtes et d’un même souffle proposer de revenir en France à un autre moment de l’année, plus adéquat pour nous (moins cher, plus tranquillement, plus longtemps). Ainsi on prend en compte nos besoins, nos désirs… et ceux de nos proches. 

Thomas, au Vietnam pour un contrat de trois ans, a dans la foulée de son départ, prévenu ses proches, qu’il avait l’intention de tirer parti de son emplacement stratégique géographique, pour rayonner en Asie et profiter au maximum de cette aventure sans l’intention de revenir régulièrement en France. Mais, il a choisi un appartement avec une chambres d’amis à dessein, pour recevoir convenablement ses invités qui en sont ravis. 

Si vous n’allez pas en France, faites venir la France à vous

Proposer d’accueillir parents ou amis pour visiter votre nouvel environnement peut être également une stratégie gagnant-gagnant. Ainsi, à vous le plaisir du partage de la culture exotique, à eux le décalage horaire et la gestion du voyage ! Mais ainsi vous aurez la chance de pouvoir partager la magie des fêtes ensemble, en les initiant à de nouvelles traditions, fêtes et coutumes locales !

Caroline, à Francfort pour des raisons professionnelles depuis 5 ans, a invité sa famille dès le premier Noël de sa vie allemande pour goûter aux traditions locales. Depuis, chaque année les membres de sa famille, et parfois des amis, se relayent pour vivre la magie des Noëls germaniques. Et elle rentre en France en été pour profiter des gens, du soleil et de la mer. Chacun y trouve son compte. 

Bons plans pour dégotter des billets d’avion moins chers !

Pour trouver des bons plans de billets d’avion, que ce soit de la France (Paris, Bordeaux, Lille, Marseille, Nantes, Nice, Toulouse), Bruxelles, Londres, du Canada (Montréal, Toronto, Vancouver…) ou même quelques villes aux États-Unis (New-York, Miami, LA, Détroit entre autres) découvrez Flytrippers. Ils vous aident à voyager plus, pour moins !

Vous indiquez votre ville de départ et ils proposent des bons plans selon les meilleures dates possibles. Certes, ce n’est pas toujours à vos dates précises, mais l’offre est actualisée en tout temps et franchement vous devriez trouver votre bonheur pour les fêtes… ou un autre voyage futur.

Auteur

  • Cécile Lazartigues - Chartier

    Consultante en Interculturel, stratégie et développement, Cécile Lazartigues-Chartier, grande voyageuse, a toujours été curieuse de l’Autre. C’est en 1997 qu’elle choisit de quitter la France pour s’installer en famille à Montréal. Une belle aventure qui perdure depuis avec bonheur. C’est après ses études universitaires en Europe (Lettres, Communication et un DESS en commerce international), qu’elle s’est orientée tout naturellement vers des milieux stimulants, créatifs et à l’international.

Laisser un commentaire