Passons l’été avec d’épatants expats #6 Jean-Baptiste Bernadotte, le Roi de Suède

Quel étonnant destin que celui de ce modeste Palois, qui finira par fonder une dynastie qui règne encore à ce jour sur le Royaume de Suède.  Devenu jeune sergent en 1780 à une époque ou les carrières étaient rapides, il deviendra lieutenant puis général, il vécu aux premières loges la Révolution française.

Jean-Baptiste Bernadotte

C’est en 1797 lors de la campagne d’Italie que commença sa coopération avec Bonaparte. Brièvement ambassadeur à Vienne puis ministre de la guerre, il se rallie en 1804 à Bonaparte devenu Napoléon et Empereur. C’est au grès des batailles que Bernadotte parcourra l’Europe.

Un allié puis un opposant à Napoléon

En semi-disgrâce auprès de l’Empereur, Jean-Baptiste Bernadotte obtint à la surprise générale et après d’habiles manœuvres et des relais locaux la position de prince héritier du Royaume de Suède. Adopté par le souverain suédois Charles XIII, qui sera bientôt incapable de continuer à diriger les affaires de l’Etat, Jean-Baptiste Bernadotte sera d’abord un allié peu enthousiaste de son ancien Empereur.

Celui-ci, ulcéré de la mollesse que les Suédois avaient à appliquer le blocus contre l’Angleterre, tentera d’envahir le Royaume nordique. Devenu allié du Tsar Alexandre I, il participera initialement à la coalition contre la France mais la Suède resta neutre pendant la campagne des cent jours.

Un ancien révolutionnaire devenu roi de Suède

Charles XVI Gustave à Pau avec le maire François Bayrou sur les traces de son aïeul

Issu d’un milieu simple, sans particule ni possessions quand débute la révolution, il initia une famille régnante dont l’actuel souverain, Carl XVI Gustaf, est le descendant.

Resté 26 ans sur le trône, Grand Maitre de l’ordre suédois des francs-maçons, il marqua durablement l’histoire de sa nouvelle patrie.

Le Comte Folke Bernadotte

Parmi ses descendants, le Comte Folke Bernadotte, entra également dans l’histoire, d’abord en sauvant 15 000 personnes des camps de concentration puis, médiateur de l’ONU, quand il proposa le partage de la Palestine avant de mourir assassiné par un extrémiste de la cause sioniste.

La Suède de nos jours, monarchie parlementaire apaisée et prospère, doit une partie de sa stabilité à l’action des Bernadotte depuis qu’un palois pris le contrôle du géant scandinave.

Laisser un commentaire