Pâques dans le monde

Pâques dans le monde

La fête de Pâques existe depuis des millénaires. Pour beaucoup d’entre nous, sa symbolique religieuse a perdu de son importance, mais nous continuons quand même de la célébrer. Cependant, si votre enfant vous demandait d’où provient cette fête ou pourquoi nous avons l’habitude de s’échanger des œufs en chocolat à Pâques, sauriez-vous quoi lui répondre? Si vous avez répondu non ou que l’histoire vous intéresse, nous avons des explications pour vous : de l’origine de la fête jusqu’aux différentes manières de la célébrer dans le monde!

L’origine de Pâques

Une tradition païenne

Dans l’antiquité, il y avait une tradition païenne qui consistait à célébrer l’arrivée du renouveau, des beaux jours et du printemps. Les gens fêtaient chaque année l’équinoxe du printemps en offrant des oeufs peints, qui symbolisaient la création et la fécondité, à la déesse de la fertilité dont le nom change selon les régions : Ishtar en Babylonie, Astarté chez les Phéniciens, Eostre ou Ostara pour les Anglo-Saxons. Cela ne vous rappelle rien? Eh oui, le nom anglais pour Pâques (Easter) provient directement du nom de cette déesse païenne de la fertilité. Comme c’est le cas pour beaucoup de fêtes à consonance religieuse (comme Noël ou Halloween, par exemple), l’implantation de l’Église catholique a conservé les pratiques ancestrales en lui attribuant de nouveaux symboles. Ainsi, le lapin et les poules de Pâques, la chasse aux œufs et les quarante jours du carême sont des traditions qui étaient à la base purement païennes.

Une fête religieuse

D’après la tradition, Jésus-Christ aurait été capturé, condamné et crucifié pendant les célébrations de la Pâque juive (aussi connue sous le nom de Pessah). C’est pour cette raison que la fête a ensuite été reprise par les chrétiens. Les premiers chrétiens étaient donc tous juifs et ils continuèrent de célébrer la fête traditionnelle Pessah en suivant la coutume de leurs ancêtres, mais en lui attribuant une symbolique qui correspondait à leurs nouvelles convictions. D’ailleurs, l’agneau que l’on retrouve souvent sur nos tables pascales représente le Christ, parfois appelé « l’agneau de Dieu immolé », et le « renouveau » dont parlaient les légendes païennes pour célébrer l’arrivée du printemps correspond à celui symbolisé par la résurrection du Christ.

Les différentes façons de célébrer Pâques dans le monde

Bien que les coutumes que nous mettons en pratique chaque année proviennent presque toutes des mêmes croyances, nous ne célébrons pas tous Pâques de la même manière. En effet, les symboles, les mets et les activités qui y sont liés varient d’une région à l’autre dans le monde.

Voici quelques-unes des coutumes les plus pittoresques, histoire de peut-être changer vos traditions et de vous amuser!

En France

En France, on raconte que toutes les cloches du pays se taisent entre le jeudi et le samedi saint parce qu’elles partent à Rome se faire bénir. Lorsqu’elles reviennent, elles laissent tomber les oeufs, les poules et les lapins en chocolat dans les prés et les jardins pour les enfants sages.

Dans ce pays, on sert de l’agneau rôti et des légumes du jardin fraîchement cueillis pour Pâques.

En Allemagne

En Allemagne, les enfants décorent un cep de vigne ou un arbre sans feuilles avec des oeufs peints. Ils fabriquent aussi des petits nids de paille et ils les cachent dans la maison en espérant que le lapin de Pâques y dépose des oeufs pendant la nuit. Selon les régions, le lapin est parfois remplacé par une poule, un coq ou même un renard.

À table, on mange des plats « verts » le jeudi (crème d’épinards ou soupe aux poireaux, par exemple), du poisson le vendredi, et du gigot d’agneau le samedi.

En Corse

Le président de la société éditrice de notre site, Laurent Dominati, est corse, on lui fait ce clin d’œil !
En Corse, il est de coutume de manger une soupe aux pois chiches et à l’ail ou un ragoût
de morue le jeudi et le vendredi avant Pâques. Pour la grande fête, on sert un beau cabri rôti (une jeune chèvre) comme plat principal. Ensuite, pour le dessert, on se délecte d’un campanile, une grosse couronne briochée dans laquelle on glisse quelques œufs durs avant la cuisson pour porter chance.

Au Mexique

Les rues sont décorées de guirlandes au moins deux semaines avant la fête au Mexique. La veille de Pâques, les gens descendent dans les rues et ils brûlent des images représentant Judas ou ils détruisent des piñatas à son effigie pour se régaler des sucreries qui en tombent. Cette coutume a pour but de punir Judas d’avoir trahi le Christ. Du côté de la table, ce sont le poisson et les fruits de mer qui sont à l’honneur durant toute la période du carême ainsi que pendant la fin de semaine de célébration.

En Angleterre

En Angleterre, les enfants font du porte-à-porte, un peu comme pour Halloween, pour collecter des œufs en chocolat et d’autres sucreries. Là-bas, le repas traditionnel consiste en un rôti d’agneau avec une sauce à la menthe, des pommes de terre et des petits pois. Pour dessert, on sert ce qu’on appelle des hot cross buns, soit des petites brioches sucrées aux fruits confits qui sont décorées d’une croix.

Dans les pays scandinaves

La Norvège, la Suède et la Finlande proposent un très grand nombre de coutumes culinaires et de rituels associés à la fête de Pâques, dont la plupart proviennent d’anciennes pratiques païennes :

  • Selon la croyance, le soleil danserait le matin de Pâques. Pour cette raison, bien des gens se lèvent très tôt et se déplacent vers un point en altitude afin d’assister au spectacle.
  • Là-bas, on allume parfois de grands feux afin d’éloigner les trolls et les sorcières qui se réveillent pendant la fête de Pâques.
  • Les enfants se déguisent en sorcières ou en mauvais génie et ils frappent aux portes en brandissant des rameaux et en disant des formules « magiques » afin d’appeler la santé sur la demeure des gens en échange de sucreries.
  • Dans ces pays, on utilise des œufs durs colorés pour un jeu original qui consiste à se placer deux par deux et à taper les œufs l’un contre l’autre. Le premier qui fait craquer son œuf perd et l’autre devient porteur de chance pour le reste de l’année. Pour le repas, on sert de l’agneau, du hareng, du saumon sous diverses formes, une sorte de gruau presque noir fait de farine de seigle et de malt (le mämmi en Finlande) et servi avec de la crème et du sucre, un gâteau de lait caillé aux fruits confits, des brioches et, bien sûr, des œufs en chocolat.

En Russie

La fête de Pâques est la plus importante du calendrier pour les Russes. Le jour de la célébration, les gens saluent chaque personne en échangeant des oeufs décorés et trois baisers. Pour le repas, les Russes mangent habituellement de l’agneau au beurre et du jambon au four. Pour dessert, ils se délectent d’un gâteau au fromage blanc et aux fruits confits, parfumé de safran qu’on appelle kulish. Fait important à noter : le gâteau doit être béni par un prêtre avant d’être consommé.

De plus, la tradition veut que les gens se rendent sur la tombe de leurs proches pour y manger des oeufs durs et en laisser quelques-uns aux défunts. Cela aurait pour but d’apaiser l’esprit des morts.

En Grèce

En Grèce, les gens jeûnent le vendredi. La samedi, ils font durcir des oeufs qu’ils teignent ensuite en rouge pour symboliser le sang du Christ. Les œufs sont ensuite mangés avec une soupe aux tripes et un pain traditionnel. Pour le dimanche de Pâques, les Grecs se régalent d’agneau rôti à la broche, de riz, de salades et de boulettes de foie.

Pâques est une fête riche en coutumes et en traditions. Quelles que soient vos croyances, il est toujours agréable de se rassembler et de passer du bon temps avec son entourage. Alors, que vous célébriez l’arrivée du printemps ou la résurrection du Christ, profitez-en pour créer des moments inoubliables avec les gens que vous aimez.

N’hésitez pas à nous écrire à info@lesfrancais.press pour nous communiquer d’autres traditions et nous en parlerons l’année prochaine.

Belles fêtes de Pâques à tous.

Auteur

  • Paul Herikso est franco-norvégien né à Paris d'une maman française et d'un papa norvégien. Après des études de tourisme, il retrouva sa famille paternelle en Norvège où il participa au développement des croisières. Il est aussi correspondant pour lesfrancais.press

Laisser un commentaire