Odyssey : nouvel acteur de l’enseignement français à l’étranger

Odyssey : nouvel acteur de l’enseignement français à l’étranger

juillet 9, 2019 0 Par Redaction

Malgré son nom anglais, Odyssey ambitionne de créer un réseau éducatif d’excellence en français dans le monde. Un projet particulièrement exigeant d’atteindre à terme 10.000 élèves ainsi que 1.300 enseignants et collaborateurs et ce dans une dizaine de pays.

Présidé par Bernard Delesalle, ancien Président de la Fédération des Écoles Laïques Privées, le groupe Odyssey compte également l’ancien Ministre de l’Education Nationale Luc Chatel dans ses rangs.

Trois écoles au Maroc, Roumanie et Belgique

L’école de Casablanca

Le réseau compte pour le moment trois établissements, à Casablanca, Bucarest et depuis récemment Bruxelles. Installé au cœur de Casablanca, le premier établissement propose un enseignement trilingue français, anglais, arabe, avec en tête le brevet, le baccalauréat et aux certifications de référence en langue anglaise, notamment le Cambridge exam.

L’école de Bucarest, qui ouvrira ses portes en septembre 2019 et propose également un enseignement trilingue propose également un cursus de l’Education Nationale française. Celle de Bruxelles, qui ouvrira à la même période, offrira le même cursus et un enseignement bilingue français-anglais. Elle complètera l’offre du lycée français Jean Monnet, créée en 1907 et forte de 2800 élèves. L’école bruxelloise n’aura pas immédiatement une formation jusque 18 ans mais l’ambitionne et même de créer une classe préparatoire. Elle est située sur le campus du domaine de Latour dans la chic commune d’Uccle qui compte déjà la Bogaerts International School et l’antenne bruxelloise de l’école de codage de Xavier Niel.

Soutien financier de la famille Mulliez

Gérard Mulliez

La famille Mulliez, propriétaire d’un holding tentaculaire qui comprend notamment Auchan et Décathlon, est devenue en février actionnaire minoritaire du groupe éducatif à hauteur de 11 millions d’Euros.

Une façon, tout comme pour Xavier Niel et ses écoles de codages, de confirmer que l’enseignement, et notamment l’enseignement français à l’étranger, passe et passera de plus en plus par la participation de personnes privées et de fondations. C’est également le cas dans d’autres réseaux, y compris le réseau de l’AEFE.

Publicités