Olivier Minne : "J'avais besoin d'aller le plus loin possible de Paris"

Olivier Minne : "J'avais besoin d'aller le plus loin possible de Paris"

Lors de cette rencontre avec Olivier Minne à La Montgolfière à Paris, nous sommes revenus sur sa carrière d’artiste et d’expatrié californien.

Dans le magnifique lieu de La Montgolfière à Paris, social club dédié au sport, à la culture et à toutes formes de créativité, notre journaliste Boris Faure a rencontré l’un des présentateurs les plus connus du panorama médiatique français, Olivier Minne.

Connu essentiellement pour porter l’émission France 2 « Fort Boyard » depuis 2003, Olivier Minne est moins réputé pour sa carrière d’artiste. Et pourtant, c’est en tant que comédien qu’il est arrivé à Paris à la fin des années 1980. Au fil du temps, il a abandonné les planches pour se consacrer aux plateau télé et plus spécifiquement aux cachots, aux salles cachées et aux ponts du Fort au large de la Charente-Maritime.

Le besoin de s’envoler loin de Paris

En 2002, Olivier Minne ressent le besoin de s’exiler « le plus loin possible de Paris », dans un fuseau horaire où il serait en décalage complet avec la capitale, pour s’éloigner des personnes lui ayant tourné le dos. Pour maintes raisons, la Californie et plus spécifiquement Los Angeles lui apparaissent comme une évidence. Terre du cinéma hollywoodien et de l’Actor Studio, il s’est réfugié sous le soleil californien qui lui a également offert le luxe de l’anonymat. S’il n’avait pas de projet précis à son arrivée, il a rapidement renoué avec le théâtre, son domaine de prédilection. Au cœur de l’iconique Actor Studio, Olivier Minne prend des « workshop » avec certains des plus grands noms du cinéma, comme Al Pacino ou Denzel Washington, tout en se formant à la célèbre méthode Strasberg. Créée par Lee Strasberg dans les années 1950, cette méthode demande aux acteurs de se recentrer sur soi pour incarner leurs personnages et non pas de les jouer. Un travail exigeant et éprouvant qui lui a permis de renaitre et de se retrouver.

Olivier Minne

Du théâtre à l’écriture

« J’ai bien le sentiment que ce sera pour toujours [que j’arrête le théâtre] ». Après des années à donner de soi pour le 6ème art, Olivier Minne ne veut plus simplement incarner des personnages, il souhaite les créer. L’écriture est à ses yeux, un merveilleux moyen pour incarner différents caractères et les mettre en scène. Grâce à l’enseignement retenu du théâtre, il peut les faire parler vocalement, trouver le ton juste.

Après Un château pour Hollywood, l’artiste franco-belge prépare aujourd’hui un deuxième roman. Il se questionne et nous questionne d’ailleurs sur « qu’est-ce qu’écrire, si ce n’est traduire notre pensée sur du papier ? »

Une rencontre décisive

En 2010, Olivier Minne rencontre Louis Jourdan. Comptant parmi l’un des derniers French Lover d’Hollywood, ce Marseillais d’origine a débarqué à Hollywood en 1946 poursuivre sa carrière d’acteur suspendue en France en raison de l’occupation. S’il n’a jamais atteint les sommets d’Hollywood, Louis Jourdan a tout de même tourner pour des géants du cinéma tels Hitchcock. A la fin de sa vie, il vivait reclus dans sa maison de Los Angeles avec sa femme, mais le jour où Olivier Minne a toqué à sa porte il l’a ouverte. De là, cinq années de profonde amitié sont nées, transposées plus tard sur un livre biographique écrit par le franco-belge.

« C’est lui qui m’a donné l’envie, ou du moins redonner l’envie d’écrire »

Au terme de la rencontre, Olivier Minne revient sur ses ambitions en cours. En-dehors de son second roman évoqué plus haut, il nous fait part d’un projet faramineux se positionnant à la croisée de plusieurs arts et divertissements. S’il ne nous en dit pas plus par superstition, nous ne pouvons que lui souhaiter « d’aller toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus Fort ».

Auteur

  • Boris Faure

    Boris Faure est l'ex 1er Secrétaire de la fédération des expatriés du Parti socialiste, mais c'est surtout un expert de la culture française à l'étranger. Il travaille depuis 20 ans dans le réseau des Instituts Français, et a été secrétaire général de celui de l'île Maurice, avant de travailler auprès des Instituts de Pologne et d'Ukraine. Il a été la plume d'une ministre de la Francophonie. Aujourd'hui, il collabore avec Sud Radio et Lesfrancais.press, tout en étant auteur et représentant syndical dans le réseau des Lycées français à l'étranger.

Laisser un commentaire

1 Comment