L'euro souffle ses 20 bougies

L'euro souffle ses 20 bougies

Le 1er janvier 2002, les Français disaient adieu au franc au profit de l’euro. En 20 ans, comment a évolué la perception de la monnaie européenne ? L’euro a-t-il fait grimper le prix de la baguette de pain ? Quels Etats européens ne l’utilisent pas ?  Alors que la monnaie unique souffle ses 20 bougies en 2022, on répond aux grandes questions sur l’un des principaux symboles de l’intégration européenne.

En 1999, onze Etats membres de l’Union européenne lançaient une monnaie commune sous la houlette de la Banque centrale européenne (BCE). D’abord utilisé sur les marchés financiers, l’euro s’est incarné dans les pièces et billets trois ans plus tard, en 2002.

Une protection contre la hausse des prix

Depuis l’apparition de l’euro dans le portefeuille des Français en janvier 2002, les prix se seraient envolés. L’affirmation est en tout cas souvent reprise, utilisant par exemple l’image de la baguette de pain.

En réponse à une étude – dont la méthodologie a sérieusement été remise en cause – affirmant que les Français avaient été plus perdants que leurs voisins avec le passage à l’euro, la Banque de France déclarait en mars 2019 : “N’attribuons pas à l’euro les bénéfices qu’il n’a pas créés, et ne l’affublons pas des maux dont il n’est pas responsable”. Si la baguette et d’autres produits du quotidien ont bien vu leurs prix augmenter depuis 2002, ces hausses ne sont pas particulièrement dues au passage à la monnaie unique.

Dans une autre étude menée par l’Insee entre 2002 et 2016, le constat est similaire : l’inflation “n’a pas été atypique” depuis 2002. En d’autres termes, la “hausse depuis quinze ans n’est pas plus prononcée qu’au cours de la décennie précédant le passage à l’euro”, précise l’institut. En effet, entre 1986 et 2001, le prix de la baguette a augmenté de 2,1 % par an, alors qu’il n’a augmenté “que” de 1,4 % de 2002 à 2016.

Plus récemment, l’inflation dans la zone euro a atteint 4,9 % au mois de novembre 2021. Son plus haut niveau depuis trente ans. Mais là encore, pas grand-chose à voir avec l’euro. Au contraire, la monnaie unique a plutôt joué un rôle de stabilisateur durant les récentes crises. De plus, le phénomène actuel d’inflation touche l’ensemble de la planète, en raison notamment de la forte hausse des prix de l’énergie et des moyens engagés dans les plans de relance pour lutter contre les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19. Sur la même période, les Etats-Unis affichaient par exemple une inflation de 6,8 %, du jamais-vu depuis 1982.

L’euro sur toute l’Europe ?

A ce jour, 8 Etats membres de l’UE ne sont pas membres de la zone euro : le Danemark, la Suède, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, la Croatie, la Roumanie et la Bulgarie. Leurs raisons sont cependant différentes. 

Le Danemark utilise ainsi toujours la couronne comme monnaie nationale. En 1992, un referendum organisé dans le pays balaie le traité de Maastricht d’une courte majorité, alors même que cet acte pose les fondements d’une monnaie commune. Les accords d’Edimbourg permettent ensuite à Copenhague d’obtenir plusieurs options de retrait (opt-out), dont une concernant l’Union économique et monétaire (UEM).

En 2003, c’est également un referendum qui rejette l’adoption de l’euro dans un Etat européen. Avec plus de 56 % des suffrages exprimés, les citoyens suédois refusent clairement l’entrée de leur pays dans l’Union économique et monétaire. Avec une économie prospère, “les Suédois hésitent à remettre en cause leur mode de fonctionnement et à perdre le contrôle de leur politique monétaire”, écrit l’Observatoire des élections en Europe. Contrairement au Danemark, le pays reste toutefois lié à l’obligation d’intégrer la zone euro lorsqu’il remplira les conditions économiques prévues par le traité de Maastricht… qu’il s’efforce donc de ne pas respecter. 

Car selon la législation européenne, l’ensemble des Etats membres de l’UE a vocation à rejoindre la zone euro. Le traité de Maastricht de 1992 avait institué une série de critères de convergence afin de rapprocher les économies européennes, dans l’optique de partager une seule et même monnaie. Or les six autres pays dépourvus de l’euro au sein de l’UE l’ont rejointe à partir de 2004, c’est-à-dire après la mise en circulation de la monnaie unique. Et ces nouveaux entrants ne sont pas tout à fait dans les clous.

Enfin, certains Etats utilisent l’euro sans pour autant faire partie de l’Union européenne. Le Kosovo et le Monténégro ont ainsi adopté la monnaie unique de façon unilatérale. Cela signifie qu’ils ne participent pas à la définition de la politique monétaire européenne et n’ont pas l’autorisation de frapper de monnaie.

Une monnaie internationale ?

L’euro est-elle une monnaie de rang international, à l’image du fameux billet vert américain ? Elle se place aujourd’hui comme la deuxième monnaie la plus importante du système monétaire international. Une position qui se vérifie à travers trois grands critères.

D’abord, l’euro constitue un moyen de paiement entre les entreprises ou les particuliers qui résident dans des Etats différents. En 2020, 60 % des exports de marchandises issues de la zone euro sont libellés dans cette monnaie. Ensuite, il est utilisé comme unité de compte sur le marché mondial, pour déterminer la valeur de certains biens, de services ou d’actifs financiers échangés hors de la zone euro, ce qui en fait une monnaie “internationale”. Référence en la matière, le dollar américain est largement dominant dans cette catégorie.

Pour acquérir une dimension mondiale, une monnaie “doit enfin faire office de réserve de valeur”, explique l’économiste Michel Dévoluy (1). En d’autres termes, il faut que les particuliers aient suffisamment confiance en elle pour détenir une épargne ou des titres en euro, ou des réserves de change – les stocks en monnaie étrangère détenus par une banque centrale – concernant les acteurs publics. En 2020, plus de 21 % des réserves de change mondiales sont libellées en euros, contre 59 % pour le dollar.

Plus largement, “la part de l’euro s’élève à environ 20 %, quel que soit l’indicateur choisi : […] 22 % du stock international de titres de dette, 15 % des prêts transfrontaliers et 18 % des dépôts”, résume Sylvie Goulard dans un article de juin 2020 pour la Banque de France.

La monnaie commune tient son rang mondial non seulement grâce à la puissance économique des pays qui l’ont adoptée, mais aussi parce que ces derniers entretiennent des liens économiques forts avec les Etats membres de l’UE qui utilisent d’autres monnaies (Danemark, Suède, République tchèque…), tout comme il existe des relations d’interdépendance avec son voisinage proche (Norvège, Suisse, Balkans…). Tous ces Etats ont une certaine confiance en l’euro et s’en servent notamment pour leurs réserves de change : en 2020, près de l’intégralité des réserves bulgares et 87 % de celles en Croatie étaient par exemple des euros. A l’échelon régional, la monnaie européenne est enfin dominante dans certaines parties de l’Afrique, notamment dans la zone franc CFA liée à la France.

Auteur

  • redactionafp

    L'AFP est, avec l'Associated Press et Reuters, une des trois agences de presse qui se partagent un quasi-monopole de l'information dans le monde. Elles ont en commun, à la différence de son prédécesseur Havas, de ne pas avoir d'actionnaire mais un conseil d'administration composé majoritairement d'éditeurs de presse.

Laisser un commentaire

1 Comment