Les USA ferment leurs frontières aux voyageurs de l'espace Schengen

Les USA ferment leurs frontières aux voyageurs de l'espace Schengen

Devant une crise qui prend de l'ampleur, Donald Trump s'est adressé mercredi soir aux Américains depuis le bureau ovale, annonçant des mesures d'aide et la suspension des voyages vers les États-Unis « en partance de l'Europe ».

Certaines des actions qu'il a présentées ont semé la confusion, obligeant même le président à revenir sur un élément de son allocution.

La décision de prononcer un discours à la nation, un événement exceptionnel, contraste avec le ton rassurant employé depuis des semaines par le président Trump, qui, contrairement aux membres de son équipe, a minimisé à répétition la crise du coronavirus.

J'ai décidé de mener plusieurs actions fortes, mais nécessaires pour protéger la santé et le bien-être de tous les Américains, afin d'éviter que de nouveaux cas atteignent notre territoire, a-t-il soutenu au fil de son allocution solennelle d'une dizaine de minutes, lue sur un télésouffleur.

La fermeture des frontières, à laquelle échappe le Royaume-Uni, s'appliquera dès vendredi, à minuit, pour 30 jours, a précisé le président Trump.

La mesure, qui cible des personnes ayant séjourné dans la zone visée au cours des 14 jours précédant leur entrée prévue aux États-Unis, s'apparente à celle prise en janvier dernier relativement aux non-Américains s'étant rendus en Chine.

Ces interdictions s'appliqueront non seulement aux énormes échanges commerciaux et au fret, mais aussi à plusieurs autres choses au fur et à mesure que nous obtiendrons l'autorisation, a-t-il indiqué, son annonce tirant aussitôt les marchés boursiers asiatiques vers le bas et faisant chuter les prix du pétrole de plus de 2 %.

Dans un tweet envoyé quelques minutes après son allocution, le président a semblé corriger le tir. Il est très important que tous les pays et les entreprises sachent que le commerce ne sera en aucun cas touché par la restriction de 30 jours sur les voyages en provenance d'Europe. La restriction arrête les personnes, pas les marchandises, a-t-il écrit.

Accusant au cours de son discours l'Union européenne d'avoir tardé à agir, il a affirmé qu'un nombre important de lieux où se concentraient les cas de COVID-19 avaient été ensemencés par des voyageurs venant d'Europe.

Le département d'État a par ailleurs conseillé aux Américains de reconsidérer les voyages à l'étranger.

Ces annonces surviennent dans un contexte où le nombre de cas de COVID-19 recensés sur le territoire américain a doublé en quelques jours à peine, passant selon l'Université Johns Hopkins à plus de 1300, le virus n'épargnant plus que huit États et faisant au moins 38 morts.

L'état d'urgence a été déclaré dans une quinzaine d'États américains, dont Washington, New York et la Californie, qui cumulent à eux trois près de 800 cas et la quasi-totalité des victimes. Dans l'État de Washington, la ville de Seattle, principal foyer du virus, a fermé ses écoles publiques pour au moins 14 jours.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire