Les restrictions de voyage et les couvre-feux ont eu un « effet tsunami » en Espagne

Les restrictions de voyage et les couvre-feux ont eu un « effet tsunami » en Espagne

Les retombées de la pandémie de Covid-19 en Espagne ont été dévastatrices pour le marché du travail, puisque près de 623 000 personnes ont perdu leur emploi l’année dernière, selon des données récentes publiées mardi (26 janvier) par l’Institut national espagnol de la statistique (INE).

Le secteur du tourisme ravagé

Selon les données de l’enquête sur la main-d’œuvre publiée par l’INE, les restrictions de voyage et les couvre-feux dans tout le pays ont eu un « effet tsunami » sur le marché du travail, touchant en particulier les travailleurs du secteur touristique. Près de neuf emplois sur dix supprimés en Espagne en 2020 appartenaient au secteur des services et du tourisme.

Le taux de chômage du pays a atteint 16,13 % en 2020, bien que le problème du chômage et en particulier du chômage chez les jeunes ne soit pas nouveau. Certains experts qualifient le taux élevé (historique) de chômage structurel en Espagne comme un « Tasa de Paro Insoportable (TPI) », un « taux de chômage insoutenable ».

Après la publication des chiffres jeudi 28 janvier, les analystes ont déclaré que 2020 avait été la « pire année » en matière d’emploi en Espagne depuis 2012.

Un chômage Covid plafonné à 70% du salaire

L’enquête considère cependant que les 800 000 travailleurs bénéficiant actuellement des régimes de licenciement temporaire (Expedientes de Regulación Temporal de Empleo, ERTE en espagnol), ont un emploi, ce qui signifie qu’ils ne sont pas comptés comme « chômeurs ».

Dans le cadre des ERTE, l’État espagnol verse aux travailleurs environ 70 % de leur salaire et interdit aux entreprises de les limoger. En cas de fraude ou de licenciement, les entreprises doivent restituer les exonérations de cotisations au système de sécurité sociale et risquent de lourdes sanctions, selon des sources du ministère espagnol du travail.

Les ERTE devaient expirer le 31 janvier, mais la coalition gouvernementale a lancé plusieurs actions afin de les prolonger jusqu’au 31 mai, le jour où l’état d’alerte espagnol devrait être levé.

Par ailleurs, le déclin du marché du travail espagnol en 2020 a touché presque exclusivement le secteur privé puisque 125 800 emplois du secteur public ont été créés l’année dernière. Selon les chercheurs, la croissance du secteur public est probablement due à la nécessité de renforcer les services de santé et d’éducation pour lutter contre la pandémie.

Un article de notre partenaire

euractiv
euractiv
Laisser un commentaire