Les réseaux scolaires français à l'étranger

Les réseaux scolaires français à l'étranger

Quand on s’expatrie en famille, l’Education est une problématique qui peut inquiéter les parents. Heureusement, nombreux sont les pays qui proposent désormais une éducation de qualité à leurs concitoyens et de facto à tous leurs résidents. Mais dans d’autres cas ce n’est pas vraiment la situation rencontrée par les famille, ou tout simplement certains préfèrent que leurs enfants continuent leur scolarité française. La solution c’est évidemment de rejoindre une des écoles du réseau français à l’étranger. Mais comment fonctionne-t-il ? Il existe plusieurs types d’établissements, certains en gestion directe, d’autres portés par des entreprises ou de simples particuliers réunis en association. On fait le point pour les Français de l’étranger à quelques jours de la rentrée scolaire.

Aussi, il ne faut pas oublier que le développement de l’enseignement français à l’étranger s’inscrit dans la dynamique initiée par le Plan langue française et plurilinguisme qui fixe comme objectif le doublement des effectifs à l’horizon 2030 dans les écoles et établissements d’enseignement français homologués. C’est donc un outil pratique pour les familles mais aussi un outil de rayonnement pour la France.

Un réseau, 3 types de relations avec l’Education nationale

Pour scolariser ses enfants à l’étranger, choisir un établissement d’enseignement français n’est bien entendu pas une obligation. Toutefois, il s’agit d’un bon moyen de vous assurer que vos enfants bénéficieront d’une scolarité similaire à celle qu’ils auraient reçue s’ils étaient restés en France. Ils sont ainsi amenés à passer le Brevet des collèges ainsi que le Baccalauréat. Vous partez 2 ans à Séoul puis vous bouclerez à nouveau vos valises pour vous installer dans un autre pays ? Vous désirez faciliter le retour d’expatriation ? En optant pour des établissements français, la scolarité de votre progéniture sera homogène, malgré l’expatriation.

Autre atout des établissements français à l’étranger : le brassage culturel. Loin de n’accueillir que des élèves français, ils ouvrent également leurs portes à des enfants de différentes nationalités. En effet, 60 % des élèves ne sont pas français. La caractéristique qui réunit ces établissements c’est qu’ils sont tous liés à l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger ou AEFE.

Les établissements scolaires français (écoles primaires, collèges, lycées) établis hors de l’Hexagone doivent respecter les programmes applicables en France et préparer aux examens et diplômes français. Ils sont ainsi homologués par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il existe 3 types d’établissements :

  • les établissements gérés par l’AEFE,
  • les établissements qui ont signé une convention avec l’AEFE (gérés par des associations de droit privé français ou étranger),
  • les établissements qui ont conclu un partenariat avec l’AEFE (gérés par des associations de droit privé français ou étranger).
©AEFE

Les établissements en gestion directe

Ces écoles, collèges et lycées sont dotés d’un chef ou d’une cheffe d’établissement nommé par Paris, et d’un ou une comptable secondaire. Ils sont des composantes de l’établissement public et leur budget est agrégé chaque année à celui de l’AEFE. L’Agence leur accorde des subventions et rémunère les personnels titulaires qui y exercent. Le fonctionnement se rapproche d’un établissement en France.

Les établissements conventionnés

Ces établissements sont gérés par des associations ou fondations de droit privé, français ou étranger, et ont passé une convention administrative, financière et pédagogique avec l’AEFE. Cette convention porte notamment sur les conditions d’affectation et de rémunération d’agents titulaires de l’Éducation nationale et sur l’attribution de subventions. Ces établissements entretiennent avec l’AEFE un dialogue de gestion constant.

Les établissements partenaires

Ces établissements sont également gérés par des organismes de droit privé, français ou étranger, et ont signé un accord de partenariat avec l’Agence. Les personnels de ces établissements ont accès aux dispositifs de formation continue mis en place par l’AEFE. Un protocole d’entente a été signé avec la Mission laïque française (MLF) concernant les établissements partenaires de ladite MLF. Le groupe Odyssey est aussi à ranger dans cette catégorie, leurs écoles ont elles aussi signé des conventions. Elles sont aussi éligibles aux bourses scolaires comme les deux autres catégories.

©AEFE

Auteur

  • Samir Kahred a suivi ses parents dont le père était ingénieur dans une succursale du groupe Bouygues. Après une scolarité au Lycée français et des études au Caire, il devient journaliste pour des médias locaux et correspond pour lesfrancais.press

Laisser un commentaire