Les grands débats continuent pour les Français de l’étranger

Alors que les Français de Belgique ont assisté au débat organisé par les élus consulaires et l’Alliance Française le 15 février, les Français de l’étranger de partout dans le monde sont également sollicités pour cet exercice démocratique voulu par le Président de la République.

Dubai, Singapour, Madrid et San Francisco ont eu leur grand débat  

Outre Bruxelles, Dubai ce 17 février a également eu son grand débat sous l’égide de l’élu consulaire Laurent Rigaud. Avant cela, Madrid recevait, devant un public épars, la députée Samantha Cazebonne au sein du Lycée Français. San Francisco, Singapour ont aussi vu des réunions s’organiser.

Plusieurs revendications communes – Des spécificités locales également

Parmi les Français de l’étranger, une série de préoccupations communes ressortent. Naturellement, celles liées aux Lycées français sont très présentes. La question de leur gratuité, évaluée à un coût de 2,5 milliards par Mme Cazebonne, est évoquée. Les contrastes en termes de coûts selon les lycées sont aussi présents dans les échanges.

La transition écologique est aussi un sujet de débats, et d’inquiétude. La taxe carbone est un des aspects particulièrement repris. La fin du nucléaire suscite parfois des interrogations, notamment sur la pertinence de son remplacement.

Concernant les institutions et leur évolution, plusieurs éléments régulièrement repris : celui de la réduction du nombre d’élus, notamment à l’Assemblée nationale et au Sénat, celui de l’introduction d’une dose de proportionnelle également.

D’autres aspects sont spécifiquement liés aux problématiques locales. Les Français de Singapour ont soulignés l’existence dans la cité-Etat de portiques payants pour les véhicules et de la promotion de logements de grande hauteur. Les Français de Belgique ont pu souligner les particularités de la scène politique locale faite de coalitions et de consensus comme un exemple à suivre, ou au contraire à fuir. Nul doute que les Français résidant dans des zones de conflit auront aussi des revendications spécifiques. Au Gabon, certains intervenants ont affirmé avoir l'impression d'être des citoyens de seconde zone. Une quarantaine de Français s'étaient réunis à Fort-Dauphin sous l'égide de l'élu consulaire Jean-Hervé Fraslin.

Très forte implication des Instituts Français en Allemagne

La participation des entités françaises à l’étranger varie selon les pays. Le modèle du Grand Débat, fluide, permet en effet à chacun d’organiser le sien. A New-York par exemple, deux débats auront lieu à quelques jours d’intervalle le 21 février, à l’école NYFACS, et le 25 février au Consulat.

En Allemagne, les Instituts Français se sont impliqués permettant 5 réunions dans tout le pays (voir liste ci-dessous). En Belgique, nous l’avons vu, l’Alliance Française a été sollicitée par les élus consulaires. Ailleurs dans le monde, les Français de l’étranger sont parfois laissés seul pour l’organisation des échanges. Cette diversité et l’absence d’un listing complet sur le site du grand débat, associé au manque de place face à la demande, risquent de créer des frustrations parmi nos compatriotes.

Rendez-vous à Montréal et partout dans le monde

Les consultations continuent. Elles se dérouleront jusqu’au 15 mars avant un résumé et une conclusion. Un référendum, qui se combinerait avec les élections européennes, pourrait être envisagé.

Ci-dessous une liste non-exhaustive des prochaines réunions. Vous êtes informé d’une réunion supplémentaire ? N’hésitez pas à nous le faire savoir en écrivant à info@lesfrancais.press

18 février : Institut Français de Stuttgart

21 février : Ecole NYFACTS de New-York

25 février : Consulat de France à New-York

25 février : Institut Français de Hambourg

26 février : Institut Français de Cologne

27 février : Lycée International Winston Churchill de Londres

28 février : Institut Français de Munich

3 mars : 429 Viger Est à Montréal

7 mars : Institut Français de Berlin

 

La rédaction

17 février 2019

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire