Le gouvernement et les écologistes d'accord pour "réguler" les vols en jet privé

Le gouvernement et les écologistes d'accord pour "réguler" les vols en jet privé

Alors que le temps est à la sobriété énergétique, le secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Julien Bayou a annoncé vouloir « bannir les jets privés » vendredi (19 août). Le gouvernement s’empare du sujet et souhaite une action européenne.

M. Bayou veut en faire un sujet de société : « certaines personnes sont totalement déconnectées et prennent l’avion comme d’autres prennent le métro », explique-t-il dans les colonnes de Libération.

Selon lui, il est aujourd’hui temps de « bannir les jets privés. C’est la mesure qui pénalise le moins de monde pour l’impact le plus grand et le plus immédiat en faveur du climat ».

Le patron des Verts a donc annoncé vendredi vouloir déposer dès l’automne une proposition de loi transpartisane allant dans ce sens.

Depuis plusieurs semaines, les comptes Twitter suivant les allers-retours des jets privés des milliardaires français se multiplient.

Le compte « I Fly Bernard » dénonce par exemple « le mode de vie et la gestion climaticide » du capital des plus riches : le 19 août, il révélait l’existence d’un triple vol en une journée pour l’avion du groupe Bolloré, émettant 22 tonnes de CO2, soit « l’équivalent de 10 ans d’utilisation moyenne d’une voiture en France ».

« Quand le gouvernement refuse de taxer les superprofits de Total, il envoie un message : impunité pour les plus grands pollueurs. Or, la transition ne peut être écologique et possible que si elle est juste », analyse M. Bayou. « Comment demander des efforts à la population, si les plus riches sont exonérés de tout ? » lance-t-il sur Twitter.

Clément Beaune, le ministre délégué aux Transports, en faveur de porter la restriction des jets-privés au niveau européen

Le gouvernement veut une action européenne

Au gouvernement, tout est fait pour ne pas laisser s’installer un sentiment d’une action « à deux vitesses » entre les plus riches et le reste de la population.

Si l’interdiction sèche n’est pas une option, le ministre délégué aux Transports Clément Beaune se dit prêt à « agir et réguler les vols en jet privé. Cela devient le symbole d’un effort à deux vitesses ».

M. Beaune, anciennement chargé de l’Europe, insiste cependant sur l’importance d’une réponse européenne « pour avoir les mêmes règles et plus d’impact ». Il compte mettre le sujet à l’agenda de la prochaine réunion des ministres des Transports européens en octobre.

Le flou reste entier sur la meilleure approche à suivre. Clément Beaune se dit prêt à intégrer les vols en jets privés « dans le système de la taxe carbone, en train d’être mise en place dans le paquet climat européen », dit Fit for 55, selon Le Parisien.

Des options moins contraignantes, comme rendre publics les vols en jet privé des entreprises, sont aussi à l’étude.

Laisser un commentaire