Le classement 2023 de l’expatriation ! Quels pays ? Quelles villes ?

Le classement 2023 de l’expatriation ! Quels pays ? Quelles villes ?

Quelles sont les meilleures villes pour vivre dans le monde ? InterNations, la plus grande communauté mondiale de personnes qui vivent et travaillent à l’étranger, vient de publier son classement annuel des villes expatriées, un rapport sur les meilleurs endroits où vivre dans le monde en 2024. 

La liste a classé 49 villes et 53 pays, en fonction de ce que les expatriés pensent de la vie et du travail à l’étranger au cours de la dernière année. Pour dresser la liste, InterNations a interrogé plus de 12000 expatriés dans le monde, représentant 177 nationalités et vivant dans 181 pays ou territoires. Le rapport a tenu compte de facteurs comme la qualité de vie, la facilité d’établissement, les finances personnelles et plus encore.

Viva Mexico

La meilleure destination pour vivre en tant qu’expatrié en 2023 est le Mexique qui remporte la palme pour la deuxième année consécutive, 91 % des expatriés se déclarant satisfaits de leur vie.

Ce pays est depuis longtemps l’un des préférés des expatriés. « Le Mexique a obtenu d’excellents résultats depuis notre toute première enquête Expat Insider, il y a dix ans. Il a toujours figuré parmi les cinq premiers », explique Malte Zeeck, fondateur d’InterNations. Selon lui, la popularité constante du Mexique auprès des expatriés est largement due à ses excellents résultats en matière de finances personnelles et de facilité d’installation. « Par exemple, c’est là que les expatriés du monde entier trouvent qu’il est le plus facile de s’habituer à la culture locale, qu’ils se sentent les mieux accueillis. Par ailleurs, ils décrivent les habitants comme la population la plus amicale au monde. Si l’on ajoute à cela le coût de la vie relativement bas et le climat agréable, le Mexique devient un pôle d’attraction pour les expatriés. »

Cependant, il y a aussi des inconvénients. « La sécurité personnelle reste l’un des principaux problèmes au Mexique, tant pour les locaux que pour les expatriés », indique Malte Zeeck. En 2022, le Mexique se classait 49e sur 52 destinations en matière de sécurité. Cette année, il se classe 49e sur 53 pays. Parmi les expatriés interrogés en 2023, 18 % déclarent ne pas se sentir en sécurité au Mexique (contre 8 % au niveau mondial).

La meilleure ville du monde à vivre

classement 2023 de l’expatriation
Mexico ©AFP

Cette année, Malaga, en Espagne, s’est classée première, ce qui en fait la meilleure ville au monde pour vivre et travailler. Malaga, l’une des plus anciennes villes du monde, est située en Andalousie sur la Costa del Sol (« Côte du Soleil »). Cette ville méditerranéenne est connue pour sa riche histoire, ses arts et sa culture (Picasso est né ici), son climat agréable et sa bonne cuisine.

Malaga a non seulement été hissée en tête de liste, mais elle s’est également classée numéro un pour la convivialité locale, le climat et la météo; elle s’est également classée première dans les sous-catégories travail et loisirs et équilibre travail-vie personnelle. Les expatriés ont également adoré la sécurité de Malaga, les transports en commun abordables, de nombreux sports de loisirs et une bonne vie sociale. Un gros inconvénient : Malaga est arrivée au numéro 41 pour le marché du travail local.

En fait, l’Espagne a été une grande gagnante cette année, avec un total de cinq villes dans le top 20. Deux autres villes espagnoles sont arrivées en deuxième et troisième place : Alicante et Valence (qui se sont classées premières l’an dernier). 

Selon InterNations, Malaga, Alicante et Valence ont plusieurs choses en commun, notamment la facilité d’installation, une qualité de vie élevée et un classement solide pour les finances personnelles. « Cela se traduit par des cultures accueillantes qui permettent une vie agréable et abordable », a déclaré InterNations.

Madrid s’est classée sixième, grâce à sa vie numérique solide, son faible coût et sa haute qualité de vie. Barcelone est également apparue dans le top 20, arrivant au numéro 13.

Classement des États-Unis

Cette année, les expatriés n’étaient pas aussi heureux aux États-Unis. L’an dernier, Miami et New York figuraient parmi les 20 premières villes. Cette année, aucune ville américaine ne figurait parmi les 20 premières. New York est passée de la 16e à la 39e place. En raison du nombre de réponses, Miami ne figurait pas sur la liste cette année.

Selon InterNations, la ville de New York a chuté parce que les expatriés sont aux prises avec de nombreux aspects de la vie, en particulier le coût élevé de la vie. « Et tandis que le marché du travail prospère, l’équilibre entre le travail et la vie personnelle en souffrent », a déclaré InterNations. « La qualité de vie laisse également beaucoup à désirer, mais de grandes options de loisirs offrent au moins de nombreuses occasions de sortir et de se déplacer. »

Mais ce n’était pas si mal : Expats a classé New York City sixième dans la sous-catégorie des options de loisirs et deuxième pour la variété culinaire et les options de restauration.

classement 2023 de l’expatriation
Malaga ©AFP

Les pays les moins bien classés

Milan, en Italie, au 49e rang, s’est classée au dernier rang. Rome, en Italie, au 48e rang, suivie de Vancouver, au Canada, au 47e.

« Les expatriés des deux hubs italiens partagent de nombreux problèmes », a déclaré InterNations. « Ils se classent parmi les 10 premiers dans quatre des cinq indices du sondage. Les expatriés sont particulièrement déçus par la mauvaise qualité de vie et les mauvaises conditions de travail. Vancouver, par contre, est l’endroit où les expatriés sont les plus malheureux (49e) et où ils ont le plus de difficultés financières (49e). »

Lisez la suite pour obtenir la liste des 20 meilleurs endroits au monde pour vivre et les 10 endroits les moins bien classés pour vivre. Vous pouvez également consulter la liste complète ici, ainsi que les commentaires des répondants au sondage.

Le paradoxe nordique

Il est intéressant de noter que la Norvège est régulièrement désignée comme l’endroit le plus heureux de la planète, mais que dans ce classement, elle se situe près du bas de l’échelle, à la 52e place sur 53 pays. D’où vient ce décalage ?

C’est le « paradoxe nordique ». « La Norvège ainsi que les autres pays nordiques figurant dans l’enquête d’Internation obtiennent de très bons résultats dans d’autres classements tels que l’indice mondial du bonheur, mais cela ne se reflète généralement pas dans nos résultats », affirme Malte Zeeck.

Comment cela se fait-il ? « Tout d’abord, l’indice mondial du bonheur est basé sur une série de faits concrets, c’est-à-dire des données statistiques provenant de sources officielles », explique Malte Zeeck, qui souligne que les données de l’indice mondial du bonheur couvrent des dimensions telles que la paix, la démocratie, les droits humains et l’accès à l’Internet.

« Il repose sur l’hypothèse implicite qu’une bonne performance dans ces domaines rendra automatiquement la population locale du pays plus heureuse », indique Malte Zeeck.

L’enquête Expat Insider, en revanche, ne mesure pas de données provenant de sources externes. « Nous interrogeons simplement les gens sur leur satisfaction personnelle à l’égard de certains aspects de la vie quotidienne à l’étranger », souligne Malte Zeeck. Certains de ces facteurs sont assez similaires à ceux couverts par le Rapport mondial sur le bonheur, comme la qualité de l’air, la facilité d’accès à l’Internet à haut débit et la sécurité personnelle. « Les opinions subjectives des expatriés concordent donc souvent avec les statistiques objectives de tierces parties », ajoute Malte Zeeck.

Cependant, selon lui, l’une des raisons du « malheur » des expatriés en Norvège et dans d’autres pays nordiques pourrait être un élément qui n’est pas mesuré dans l’indice mondial du bonheur : la facilité d’installation. « Essayer de se faire des amis à l’âge adulte et de construire un réseau de soutien personnel en tant qu’étranger dans une société souvent décrite comme introvertie, distante ou fermée peut s’avérer extrêmement difficile », déclare Malte Zeeck. « Et si vous vous sentez isolé socialement et seul, vous n’apprécierez probablement pas la qualité de l’air ou le PIB élevé par habitant d’un pays. »

« C’est tout simplement génial! »

La qualité de vie française plaît aussi aux expatriés. Dans l’ensemble, les expatriés adorent le style de vie français. Bien qu’il soit loin du top 10 dans la qualité de vie

Index (14ème). Les expatriés apprécient aussi en France l’environnement et le climat (15ème), ainsi que la richesse de la nature. Comme l’explique un expatrié letton : « J’adore le fait que

les gens passent beaucoup de temps à l’extérieur, ainsi que la nourriture et le vin, les gens en général, et la qualité de vie ».

Elle n’est pas la seule dans cette situation : 84 % sont satisfaits de la variété culinaire et des options de restauration (contre 77 %).

La barrière de la langue

Cette année, plus de la moitié des consultés (59%) indiquent avoir du mal à vivre en France sans parler la langue, à comparer à la moyenne de 32% au niveau mondial.

Et c’est un problème, puisque seulement 35 % disent qu’il est facile d’apprendre le français (contre 40 % à l’échelle mondiale). Ainsi, il semble que les expatriés en France travaillent plus dur que les autres pour apprendre la langue de leur pays de résidence, alors que 70 % pensent qu’ils maîtrisent assez bien, voire très bien, celle-ci. Pourtant les frustrations de ne pas être compris demeurent.

L’administration française parmi les pires

Outre les problèmes de langue, les expatriés rencontrent également des obstacles bureaucratiques, car la France se trouve parmi les 10 derniers pays pour les sujets administratifs (45e). Plus de la moitié (53 %) disent qu’il est difficile de traiter avec la bureaucratie locale (contre 38 % à l’échelle mondiale). Et seulement 49% disent qu’il est facile d’ouvrir un compte bancaire local, soit 13 points de pourcentage de moins que la moyenne mondiale (62%). Le pays fait mieux pour sa Vie Digitale (24ème) et son Logement (33ème), mais il est toujours classé parmi les 5 derniers de l’Expat.

« Les sites Web du gouvernement ne sont pas conviviaux. Traiter avec la préfecture pour renouveler son visa prend du temps et est frustrant »

Classement des 53 pays où vivre en 2023

  1. Mexique
  2. Espagne
  3. Panama
  4. Malaisie
  5. Taïwan
  6. Thaïlande
  7. Costa Rica
  8. Philippines
  9. Bahreïn
  10. Portugal
  11. Émirats arabes unis
  12. Oman
  13. Indonésie
  14. Vietnam
  15. Brésil
  16. Finlande
  17. Colombie
  18. Kenya
  19. Luxembourg
  20. Australie
  21. République tchèque
  22. Pays-Bas
  23. Suisse
  24. Suède
  25. Grèce
  26. Chine
  27. Canada
  28. Arabie Saoudite
  29. Estonie
  30. États-Unis
  31. Qatar
  32. Chypre
  33. France
  34. Hongrie
  35. Pologne
  36. Inde
  37. Singapour
  38. Belgique
  39. Irlande
  40. Hong Kong
  41. Danemark
  42. Autriche
  43. Royaume-Uni
  44. Japon
  45. Nouvelle-Zélande
  46. Malte
  47. Italie
  48. Afrique du Sud
  49. Allemagne
  50. Corée du Sud
  51. Turquie
  52. Norvège
  53. Koweït
Laisser un commentaire

1 Comment

Laisser un commentaire