La Premier League menacée par le Brexit

La Premier League menacée par le Brexit

Le football anglais est le plus coté au monde,  le plus cher, le plus regardé, le plus riche. Le plus international aussi.  Quatre clubs sur huit qualifiés pour les quarts de finale de la ligue des champions. Avec ou sans accord sur le Brexit, à quelle sauce vont être mis les stars de la Premier League ? Ils devront suivre les règles de tous les joueurs dits « extra communautaires ». Pas si simple.

Avant le referendum de 2016, tous les clubs de la League avaient fait campagne contre le Brexit. Sans la libre circulation des personnes, des travailleurs et des biens en Europe, joueurs et supporteurs peuvent avoir des problèmes.  Il faudra des permis de travail pour les joueurs européens , et démontrer qu’aucun joueur anglais ne saurait les remplacer … Selon Gary Lineker, l’ancien attaquant vedette qui fit campagne contre le Brexit,  65 % des joueurs européens n’auraient pas obtenu de permis de travail si les règles extra communautaires s’étaient appliquées pour les joueurs européens dans les années précédentes.  Une approximation qui se fonde sur le nombre de joueurs venant hors d’Europe. Car il en vient, ce qui rassure. Mais il faudra aussi des visas pour les clubs visiteurs et les supporters du continent.  A moins d’un accord de dispense de visas, qui n’existe pas encore. Il en sera de même pour les joueurs et supporters d’outre Manche qui viendraient en Europe.

Le bon sens voudrait qu’il y ait un accord. Mais pour le moment, il n’y a rien, et les footballeurs, clubs et supporters ne seront pas un cas à part. Les Autorités britanniques pourraient maintenir  la libre circulation, au moins provisoirement, ou accorder systématiquement  visas et permis de travail. Mais personne  n’en sait rien, pour le foot comme pour le reste.

Avec une question particulière pour le foot anglais et ce qui le fait vivre, la diffusion des droits télé : comment les Britanniques vont-ils protéger leurs droits télé et lutter sur le piratage dans les différents pays européens ?  Sans accord global avec l’UE, ils devront poursuivre pays par pays. Comme ils le font, avec des succès relatifs, hors d’Europe. Sauf que là, le pirate sera dans le plus grand marché intérieur du monde.

 

Laisser un commentaire