La muséification n’est pas une fin en soi

La muséification n’est pas une fin en soi

En  Europe  et,  tout  particulièrement,  en  France,  l’époque  est  à  la  muséification.  Il  en  va des  idées  comme  de  l’architecture.  En  réaction  aux  Trente  Glorieuses,  au  nom  de  la protection  de  l’environnement,  au  nom  d’un  conservatisme  qui  se  nourrit  peut-être  du vieillissement  de  la  population,  les  constructions  du  passé  deviennent  intouchables  ou presque.  La  moindre  relique  devient  un  ouvrage  d’art  ou  un  droit  acquis.  La  décision  de reconstruire  la  cathédrale  de  Paris  s’est  imposée  naturellement.  Après  la  Première Guerre  mondiale,  la  reconstruction  de  celle  de  Reims  se  fit  en  recourant  aux  techniques de  pointe  du  moment.  La  construction  même  des  cathédrales  donnait  lieu  à  des changements  de  techniques,  les  compagnons  bâtisseurs  intégrant  au  fur  et  à  mesure  les innovations  de  leur  temps.  Par  ailleurs,  les  monuments  que  nous  vénérons  aujourd’hui ont  remplacé  d’autres  qui  avaient  également  leur  histoire.

Nous  donnons  plus  de  crédit  au  passé  qu’au  présent  ou  au  futur 

Notre  propension  au conservatisme  ne  traduit-elle  pas  un  manque  cruel  de  confiance  dans  nos  qualités  et  nos compétences  ?  Nous  donnons  plus  de  crédit  au  passé  qu’au  présent  ou  au  futur.  Cette muséification  ne  constituerait-elle  pas  plutôt  la  réponse  à  nos  peurs  face  aux  importantes mutations  et  aux  multiples  menaces  auxquelles  nous  sommes  confrontés  ?  N’est-elle  pas une  réelle  perte  de  confiance  envers  nos  compétences  ou  nos  jugements  de  valeur  ? Tous  les  domaines  de  notre  vie,  culturelle,  institutionnelle,  économique  ou  sociale, n’échappent  pas  à  cette  frénésie  de  statu  quo,  d’arrêt  sur  image.  Quand  tout  bouge, feignons  de  rester  immobiles.

Les  institutions  et  l’organisation  administrative  de  notre  pays sont  marquées  par  l’époque  révolutionnaire  et    le  1er  Empire  ainsi  que  par  la  IIIe République.  L’intégration  européenne,  l’élévation  du  niveau  scolaire  de  la  population,  la mondialisation,  la  digitalisation  ont  modifié  les  modes  de  vie  et  le  fonctionnement  de l’économie  mais  peu  les  institutions. 

Dans  une  société  tertiarisée  de  plus  en  plus individualiste,  les  concepts  de  parti  politique  et  de  syndicat  sont  mis  à  rude  épreuve.  Ils sont  conduits  à  rechercher  de  nouveaux  modèles  pour  ne  pas  disparaître.  La  protection sociale  qui  a  été  une  importante  conquête  de  l’après  Deuxième Guerre  mondiale  doit également  se  renouveler  pour  s’adapter  à  la  mutation  du  monde  du  travail  ainsi  qu’aux nouveaux  besoins  des  actifs.

L’aversion  aux  risques  augmente

Si  l’aversion  aux  risques  demeure  forte  voire  augmente dans  un  monde  plus  instable  que  dans  le  passé,  elle  est  de  nature  plus  complexe.  Le besoin  de  couverture  ne  se  limite  plus  à  la  maladie,  au  chômage,  aux  accidents  du  travail ou  à  la  vieillesse.  La  formation,  le  logement,  les  transports,  la  non-discrimination,  la  prise en  compte  de  l’histoire  des  individus  sont  devenus  des  thèmes  moteurs  de  la  vie  sociale.

Le  terrain  diplomatique ne  fait  pas  exception.  Les  règles  issues  des  accords  de  Yalta  et de  Bretton  Woods  ainsi  que  de  la  Charte  des  Nations  Unies  de  1945  continuent  de  régir le  cadre  des  relations  internationales.  Or,  en  plus  de  75  ans,  le  monde  a  profondément changé.  La  Chine  est  devenue  la  deuxième  voire  –  selon  certains  classements  –  la première  puissance  économique,  la  troisième  puissance  étant  le  Japon.  En  Europe, l’Allemagne  est  le  pays  le  plus  puissant.

Renouer  avec  l’audace  et  l’imagination 

Dans  l’histoire,  il  est  rare  qu’un  ordre international  bâti  sur  les  décombres  d’une  guerre,  dure  ainsi  plus  de  quatre  générations sans  remise  en  cause.  Il  sera  dans  le  futur  difficile  à  faire  comprendre  à  un  Chinois pourquoi  il  a  moins  de  pouvoir  qu’un  Américain  ou  un  Européen  au  FMI  et  pourquoi l’Allemagne,  l’Inde  ou  le  Brésil  ne  sont  pas  membres  du  Conseil  de  Sécurité. 

Au  nom  de la  théorie  des  plaques  et  de  la  tectonique,  tout  blocage,  tout  refus  d’adaptation,  risque  de provoquer  un  tremblement  de  terre  brutal  qu’il  vaudrait  mieux  chercher  à  éviter  en renouant  avec  l’audace  et  l’imagination.

Laisser un commentaire