La Hongrie prétexte la covid-19 et s'enferme

La Hongrie prétexte la covid-19 et s'enferme

La Hongrie est membre de l'Union européenne depuis 2004. Économie dynamique, le pays, au patrimoine culturel spectaculaire, est aussi une "démocratie illibérale" selon les mots de son très autoritaire Premier ministre, Viktor Orbán. La Hongrie ferme ses frontières, prétextant la pandémie. Elle se ferme tout court. Qu'arrive-t-il au pays de Franz Liszt?

Des frontières qui se ferment y compris aux Européens

Viktor Orban, Premier Ministre de Hongrie
Viktor Orban, Premier Ministre de Hongrie

"Nous n'y comprenons plus rien". Balynt, Hongrois naturalisé français en 2016 a du mal à s'ajuster à la politique aux frontières de son pays d'origine. "Moi j'ai un passeport hongrois mais Marie [sa compagne française NDLR] peut-elle venir? Aucune certitude. Les règles changent toutes les heures".

"C'est n'importe quoi, l'aéroport est ouvert, ils font des tests de température mais il n'y a aucune clarté" Balynt, franco-hongrois

En l'état, la situation est confuse. Les étrangers qui entrent dans le territoire ne peuvent pas rester plus de 24 heures. C'est une première historique au sein de l'espace Schengen.

Il y a des exceptions. Les routiers, la Hongrie est un carrefour majeur, les voisins du groupe de Visegrád après tests (Polonais, Slovaques, Tchèques), les sportifs en compétition, les diplomates...

"C'est n'importe quoi, l'aéroport est ouvert, ils font des tests de température mais il n'y a aucune clarté" rajoute Balynt. Pour autant, la fréquentation est passée de 50 000 par jour à 3 000.

Une communauté française modeste mais soudée

L'ambassade de France à Budapest
L'ambassade de France à Budapest

La communauté française en Hongrie est modeste. Moins de 3000 personnes inscrites au Consulat, 5000 personnes estimées en tout. Pour autant, la présence économique est réelle. Il y a 400 entreprises françaises sur le sol hongrois dont de nombreuses sociétés du CAC 40 (Danone, EDF, Auchan, AXA...).

"La France et la culture française existent en Hongrie" nous explique Balynt, qui passa lui-même par l'Alliance française de Pécs. "Mais elle est vue comme un peu caricaturale" nous précise-t-il.

Pour autant, le lycée français de Budapest, au cœur de la capitale hongroise, compte 700 élèves et opère depuis 50 ans. La rentrée s'est déroulée en présentiel avec les mesures sanitaires qui s'imposent.

Quel avenir pour la Hongrie?

Depuis l'arrivée de Viktor Orbán à la présidence et son virage "illibéral", la Hongrie est à la croisée des chemins. Prétexte pour s'attaquer à ses opposants et à son ennemi le milliardaire américain d'origine hongroise Georges Soros, l'illibéralisme du Président est aussi une façon de fermer le pays à ses partenaires européens.

Les 5 premiers partenaires économiques de la Hongrie sont des pays de l'Union européenne. La Hongrie reçoit bien plus de fonds européens qu'elle n'en envoie à Bruxelles. Pour autant cette fermeture, inédite, d'un pays Schengen, dernier signe du verrouillage du pays, va dans le sens inverse de la construction européenne.

"Orbán ne sera pas Premier ministre pour toujours, certaines élections locales ont montré son recul" indique Balynt. De fait, l'opposition a remporté en 2019 la mairie de Budapest et 10 des 23 principales villes du pays.

Il reste que les rapports avec Bruxelles sont exécrables. Or, les fonds européens dépendent du respect de l'état de droit. La fermeture des frontières aux citoyens UE n'aidera pas à apaiser les choses...

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire