La France, le pays le plus généreux matière de santé

La France, le pays le plus généreux matière de santé

septembre 23, 2019 0 Par Philippe Crevel

Selon le Ministère des Solidarité et de la Santé, les dépenses de santé en France (évaluées à travers la consommation de soins et de biens médicaux – CSBM) ont atteint 203,5 milliards d’euros en 2018 (8,6 % du PIB). La consommation par habitant est de 3037 euros par habitant en moyenne. La consommation de soins a augmenté de 1,5 % en 2018, soit moins qu’en 2017 (+1,7 %) et qu’en 2016 (+2,1 %), notamment en raison du ralentissement de la consommation des soins hospitaliers. Les soins de ville ont été le premier contributeur à la croissance des dépenses de santé.

En France, les dépenses de santé sont élevées 

Les parts prises en charge par la Sécurité sociale et organismes complémentaires augmentent respectivement, diminuant ainsi la participation des ménages. La consommation de soins hospitaliers, qui représente 46% des dépenses de santé, a augmenté de 0,8% (après +1,6% en 2017), tandis que la consommation de soins de ville a progressé de +2,9%, après +2,6 % en 2017. Cette dernière explique plus de la moitié de la croissance de la CSBM alors qu’elle n’en représente qu’un quart du total. La consommation de médicaments délivrés en ville (16% de la CSBM) a baissé de 0,2% tandis que celle des autres postes de dépenses (transports sanitaires, optique, etc.) a augmenté de 3,9%.

Mais le reste à charge pour les ménages est faible

En 2018, la participation des ménages aux dépenses de santé continue de diminuer. Leur reste à charge a été de 7,0% de la CSBM en 2018, après 7,5% en 2017 et 7,7% en 2016. Cette baisse résulte à la fois de la progression de la part des dépenses prises en charge par la Sécurité sociale (78,1%) et de celle des organismes complémentaires (13,4%). L’évolution de la part de la Sécurité sociale qui a progressé de 0,2% en moyenne par an entre 2009 et 2018 est principalement liée à la forte progression du nombre de patients pris en charge à 100% au titre des affections de longues durées (ALD). La hausse de la part prise en charge par les organismes complémentaires (+0,3% en 2018) s’explique notamment par une meilleure prise en charge de l’optique et des soins dentaires à la suite de la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise depuis 2016.

200 milliards dont 14 milliards payés direcetment

En définitive, la participation directe des ménages aux dépenses de santé s’élève à 14,3 milliards d’euros en 2018, soit 214 euros par habitant et par an. Ce montant moyen varie selon le profil des personnes (âge, état de santé, etc.).

La France fait partie des pays de l’Union européenne où la dépense courante de santé est la plus élevée (11,3 % du PIB) tandis que la part de reste à charge des ménages est la plus faible des pays de l’OCDE (9 % de la DSCi).

La dépense courante de santé au sens international (DSCi) recouvre la CSBM majorée notamment des dépenses de soins de longue durée et des subventions au système de soins. Ce concept, harmonisé entre pays de l’OCDE, est utilisé pour établir des comparaisons internationales en matière de dépenses de santé.

Au cours de la période récente, la croissance des dépenses de santé en France est restée stable (+1,4 % en moyenne entre 2009 et 2017) alors qu’au sein des pays de l’UE-15 les dépenses ont accéléré (+2,0 % en moyenne entre 2013 à 2017, après -0,1 % en moyenne entre 2009 et 2013).

Publicités