La décarbonation de l’énergie en Europe est en marche

La décarbonation de l’énergie en Europe est en marche

Au sein de l’Union européenne, en 2020, les combustibles fossiles représentaient 70 % de l’énergie brute disponible. Ce pourcentage a diminué de 13 points au cours des vingt dernières années en lien avec la montée en puissance des énergies renouvelables.

En 2020, Malte (97 %) était l’État membre de l’Union avec la part la plus élevée de combustibles fossiles dans l’énergie brute disponible, suivi des Pays-Bas (90 %) et de Chypre (89 %). La plupart des autres États membres avaient des parts comprises entre 60 % et 85 %. Seuls la Suède (31 %), la Finlande (41 %), la France (48 %), la Lettonie (57 %) et le Danemark (59 %) avaient des parts inférieures à 60 %.

Au cours de la dernière décennie, tous les États membres de l’Union ont enregistré une diminution de leur part de combustibles fossiles dans l’énergie brute disponible. La plus forte baisse a été mesurée en Estonie (de 91 % en 2010 à 66 % en 2020), suivie du Danemark (de 81 % à 59 %) et de la Finlande (de 57 % à 41 %). En revanche, la plus faible baisse a été mesurée en Belgique (de 78 % à 76 %), suivie de l’Allemagne (de 81 % à 78 %) et de Malte (de 100 % à 97 %).

Une pompe à chaleur

Les énergies renouvelables représentent 23 % de l’énergie totale utilisée pour le chauffage et la climatisation

En 2020, les énergies renouvelables représentaient 23 % de l’énergie totale utilisée pour le chauffage et la climatisation au sein de l’Union européenne. Ce ratio était de 12 % en 2004. Cette croissance est similaire à celle observée pour la part globale des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie au sein de l’Union. Cette part est, en effet passée de 10 % en 2004 à 22 % en 2020.

L’évolution du secteur industriel, des services et des ménages (dont l’électrification du chauffage par l’utilisation de pompes à chaleur) a contribué à la croissance des énergies renouvelables dans le chauffage et le refroidissement. Les sources d’énergie renouvelables utilisées pour le chauffage et le refroidissement comprennent le solaire thermique, la géothermie, la chaleur ambiante captée par les pompes à chaleur, les biocarburants solides, liquides et gazeux et la part renouvelable des déchets.

Parmi les États membres, la Suède arrive en tête pour l’utilisation des énergies renouvelables pour le chauffage et la climatisation, avec un ratio de 66 % en 2020 (principalement la biomasse et les pompes à chaleur). L’Estonie et la Finlande (chacun 58 %), la Lettonie (57 %), le Danemark (51 %) et la Lituanie (50 %) suivent avec plus de la moitié de l’énergie utilisée à ces fins provenant d’énergies renouvelables. La France avec un taux de 23 % se situe dans la moyenne européenne. En revanche, en Irlande (6 %), aux Pays-Bas et en Belgique (8 % chacun), les sources renouvelables ont le moins contribué au chauffage et à la climatisation.

Auteur

  • Philippe Crevel est un spécialiste des questions macroéconomiques. Fondateur de la société d’études et de stratégies économiques, Lorello Ecodata, il dirige, par ailleurs, le Cercle de l’Epargne qui est un centre d’études et d’information consacré à l’épargne et à la retraite en plus d'être notre spécialiste économie.

Laisser un commentaire