La communication en politique, les pièges à éviter ! Rencontre avec l'auteur Serge Hercek

Communicant Belge de 55 ans marié à une française, fin connaisseur de la vie politique hexagonale, Serge Hercek nous livre dans son ouvrage « Ne soyez pas un pigeon de la communication » une analyse savoureuse sur ce thème ô combien d’actualité et notamment avec de nombreux exemples français.

Lesfrancais.press : Serge Hercek, vous êtes un expert de la communication, notamment politique. Avec cet ouvrage, qu’avez-vous cherchez à nous dire ?

Serge Hercek : Mon objectif principal est de donner des clés d’interprétation. Je donne mon avis mais il n’est jamais dogmatique. Je ne prétends pas détenir la vérité absolue. L’objectif est de montrer qu’il y a moyen de prendre de la distance, de ne pas acheter sans trop savoir cette information "fast-food".

Il faut restaurer son libre arbitre, et l’important est d’avoir du respect, de l’intelligence et une volonté de partager.

LFP : les dernières élections en France, présidentielle et législative, ont vu un bouleversement de la vie politique nationale, comment analysez-vous cela ?

SH : Jean-Louis Debré, ancien Président du Conseil Constitutionnel, a dit que les partis traditionnels ont perdu leur idéologie. C’est assez vrai, nous avons tendance à penser que l’électeur fait son marché.

Un exemple d’actualité, les gilets jaunes, ils pourraient bouleverser le quinquennat, en tout cas leur action marquera celui-ci.

Ils sont arrivés sur quelques thèmes, les 80 km/h, la taxe sur le carburant, mais il s’agissait de groupes existant avant et que certaines formations, le Rassemblement National et Nicolas Dupont-Aignan notamment, ont tenté de récupérer.

"Si nous, Belges, sommes dans le compromis, les Français sont plus révolutionnaires, mais je suis convaincu que les gilets jaunes ne sont pas représentatifs de la population française"

Une tentative de récupération par l’extrême droite d’un groupe qui est beaucoup trop hétéroclite. Il est impossible pour eux d’avoir un porte-parole. Si nous, Belges, sommes dans le compromis, vous,  les Français êtes plus révolutionnaires. Je suis convaincu que les gilets jaunes ne sont pas représentatifs de la population française. La profanation de l’Arc de Triomphe est un exemple du déni de l’histoire et de la démocratie. Je crois en effet que le modèle démocratique doit être adapté, y compris en France, mais que cela ne passe évidemment pas par des guérillas urbaines.

LFP : Mais tout de même, les mouvements populaires ont des revendications légitimes, non ?

SH : Bien sûr, mais pourquoi risquer par exemple de participer à des manifestations interdites ? La France est une démocratie qui autorise bien sûr le droit à la contestation, mais qui se prémunit contre les destructions.

Et il faut se méfier de la récupération. Prenons l’exemple récent de l’incendie de Notre Dame, Nicolas Dupont-Aignan a immédiatement agité la thèse complotiste. Un bel exemple de fake news.

LFP : Parlons des Fake News, on se souvient de celle pendant les présidentielles sur le suicide de Pénélope Fillon. Est-ce un phénomène récent ?

SH : Il s’est accentué récemment car, en particulier avec les réseaux sociaux, tout le monde peut croire être un journaliste. Son information est immédiatement diffusée, non vérifiée, et amplifiée. Cela peut donner des résultats terrifiants. Beaucoup de personnalités ont été données décédées à tort, Michel Sardou par exemple. Et parfois l’information se révèle exact. Comme le décès de Michael Jackson qui fut révélé par des fans qui campaient devant sa propriété. Mais aucune vérification n’avait été faite avant que cela soit diffusé dans les médias, qui ont, pour ceux qui l’ont relayé, pris un risque certain et fait preuve de peu de déontologie.

En tout cas et concernant les fake news, les mouvements extrémistes en profitent. C’est dans leur ADN, ils veulent déstabiliser le système. C’est un phénomène véritablement destructeur, les personnes publiques doivent être vigilantes à tous moments.

LFP : le poison de la rumeur est-il toujours négatif ? Nous pouvons aussi en bénéficier, non ?

SH : Je suis totalement en désaccord avec l’adage « que l’on parle de moi, en bien où en mal, tant qu’on parle de moi ». Mais c’est un sujet de débat parmi les spécialistes en communication.

En tout cas quand la rumeur frappe, je pense que ne pas communiquer, est déjà communiquer, et que c’est une erreur. En matière de communication il faut anticiper et maitriser l'émotionnel bien plus que le contenu.

LFP : cela est lié à la règle des 10 % / 90%, n’est-ce pas ?

SH : il faut que les 10 % du fond, ce que vous voulez dire, soient reflétés par les 90% de communciation emmotionnelle restants. En clair, si par exemple nous sommes attaqués, nous devns être capables de rester sereins et de parler par évidences. Le verbal et le non verbal doivent être en permanence cohérents. C'est l'émotionnel qui permet de l'emporter.

LFP : un exemple à ne pas suivre ?

SH : La prestation de Marine Le Pen entre les deux tours. Quand elle arrive avec sa pile de dossiers, elle donne une image désastreuse. Quand elle est agressive, elle montre avant tout son stress. Et quand elle ne connait pas ses dossiers, elle montre qu’elle ne maitrise pas le fond non plus. D’autant plus que le fond est particulièrement important dans ce type de formats.

LFP : un exemple parfait d’adéquation entre les deux ?

Winston Churchill fut indéniablement brillant en la matière pendant le second conflit mondial. Il croyait en ce qu’il disait, et c’était des mots terribles, et il avait, avec son charisme, la possibilité de le partager avec la population britannique. Une des raisons de la victoire des alliés.

 

Serge Hercek est spécialiste en stratégies de communication. Il est également coach.

Après une carrière de 10 ans dans le top management de grands groupes, il intervient à présent auprès d’institutions publiques, de particuliers et d’enseignants pour la gestion de communication en classe.

Il est également chroniqueur en radio et télévision sur ces thèmes.

Son livre est disponible en librairie et sur la Fnac et sur Amazon

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire