French Bashing : Pourquoi les français sont-ils pris pour cible ?

French Bashing : Pourquoi les français sont-ils pris pour cible ?

« Arrogants », « fainéants », « malpolis », les français sont régulièrement la cible de moqueries de leurs voisins internationaux. Le terme pour désigner cette pratique est le French Bashing. Les histoires qui en découlent sont nombreuses et certaines sont même au niveau international.

Alors pourquoi les français sont-ils la cible des moqueries ? Comment le French Bashing se manifeste aujourd’hui ? Voici les tenants et les aboutissants de cette pratique qui persiste.

 

Le French Bashing, c’est quoi ?

 

Le « dénigrement français » ou French Bashing est une pratique essentiellement anglo-saxonne qui consiste à avoir un ressentiment anti-français basé sur des croyances, des stéréotypes ou encore des caricatures concernant les français.

Le French Bashing est avant-tout une spécialité américaine mais aujourd’hui, le terme s’emploie de manière plus globale lorsqu’on se moque, on dénigre ou on juge les français.

 

Origines et faits marquants

 

L’origine même du French Bashing est assez floue. Certains estiment les prémices du terme à la fin de la seconde guerre mondiale, avec la distribution de tracts aux combattants américains. Mais le terme a vraiment fait son apparition au début des années 2000. Deux événements majeurs ont ainsi ancrés définitivement le terme de French Bashing dans le conscient collectif.

 

2003 : Les Freedom Fries sur fond de guerre

 

Après les attentats du 11 septembre, la scène internationale assiste à de grandes déclarations d’amour entre J. Chirac et G.W Bush, tous deux alors présidents. Cependant, deux ans plus tard, la France ne soutient pas l’assaut militaire qui se prépare en Irak. Les américains ne comprennent pas cette décision, notamment après le renfort qu’ils ont apportés pendant la seconde guerre mondiale. S’ensuit une grande vague d’indignation aux États-Unis, les français étant traités de « lâches » à cause de leur refus de s’engager. Les produits français ou assimilés français étaient ainsi boycottés. Les frites en sont un exemple. Communément appelé « French Fries » aux États-Unis, certains restaurants décident de les renommées les « Freedom Fries ».

Des scènes semblent elles aussi surréalistes, la colère des américains se matérialisant contre tout produit d’origine française. Des manifestants déversaient des bouteilles de vin dans les caniveaux ou encore des voitures Peugeot étaient saccagées par des concessionnaires. Le French Bashing est lancé, les moqueries et parodies envers les français ne cesseront pas de sitôt.

 

 

2011 : Quand la réalité rattrape le dessin animé

 

En 2011, une autre histoire a ravivé le French Bashing aux États-Unis. Dominique Strauss Khan, alors en lice pour l’élection présidentielle française, est arrêté par les autorités américaines suite à une plainte pour agression sexuelle.

Les américains, qui avaient alors déjà une image négative de la sexualité des français, sont aussi bien passionnés qu’outrés. Cette histoire fait écho à un personnage de la pop culture américaine « Pépé le putois ».

 

Il s’agit tout simplement d’un putois, français, qui drague constamment son amie, non intéressée par ses avances.

Ce personnage est un élément important dans la construction des clichés envers les français. En effet,  l’odeur nauséabonde du putois fait référence au « problème d’hygiène » des français et le côté dragueur rappelle l’esprit libertin français, peu apprécié des américains. Il faut savoir que Pepe the Pew, de la famille des Looney Toons, est un personnage important et très connu dans la culture américaine.

Alors, quand Dominique Strauss Khan se fait arrêté pour agression sexuelle, c’est tout une génération d’américains qui voit le fictif devenir réalité. Les moqueries reprennent de plus belle et l’image des français aux USA est une nouvelle fois entachée.

 

Le French Bashing aujourd’hui

 

Le French Bashing ne se limite pas à ces deux faits qui se sont déroulés aux États-Unis. Aujourd’hui, les clichés envers les français ont la vie rude, quelque soit le pays.

Sur Facebook, certains témoignent des préjugés récurrents envers les français. « Arrogants », « fiers », autant de terme qui nous sont attribués régulièrement.

 

 

Les anglais ont également toujours été moqueurs envers les français.Cependant, le Brexit a accentué les agressions envers les français par les anglais les plus virulents. Des groupes Facebook se sont également créés pour que les expats puissent parler librement de ce problème.

 

Le cas de l’Australie

 

En Australie, le French Bashing est également très présent. Avec l’ouverture des frontières accessible aux détenteurs d’un PVT, chaque année, des jeunes français rejoignent le pays.

Mais certains ne respectent pas les règles établies. Les australiens, honnêtes et à cheval sur les lois, sont en inadéquation avec ces pratiques.

Ainsi, plusieurs faits divers ont amené les australiens à se méfier du comportement des français.  Il n’est pas rare de voir des enseignes affichant « No French shopping » (signifiant vol à l’étalage), ou même des avertissements directement en français.

 

Bien évidemment, les pratiques des français sont frauduleuses et méritent un traitement particulier. En revanche, c’est à cause d’une petite partie de la population que les français se retrouvent stigmatisés et subissent le French Bashing. Un racisme ambiant se créé, pénalisant l’ensemble des français vivant sur le territoire. Heureusement, tous les australiens ne sont vindicatifs envers les français. Cependant, il est courant de voir des français regretter cette amertume des australiens dans des groupes privés sur Facebook.

 

Ainsi, le French Bashing a eu des impacts forts, notamment dans les années 2000, avec un rejet de tout ce qui était assimilé à la France de manière générale. Le French Bashing ne s’est pas arrêté aux portes des États-unis et les clichés ont la vie dure.

Cependant, malgré ces clichés, la France et sa culture plaisent. De nombreux internationaux viennent découvrir la France et apprécier la culture. Ces quelques moqueries ponctuelles sont à relativiser dans l’ensemble. Cela nous permet également de nous rappeler que nous ne sommes pas les meilleurs, ce que nous aurions tendance à oublier, en bons français que nous sommes 😉

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire