Européens chagrins

Erdogan et Poutine ont topé sur le dos des Kurdes

Erdogan et Poutine ont topé sur le dos des Kurdes, comme «press» l'avait annoncé la semaine dernière. On peut se demander pourquoi la presse française ne l'avait pas écrit avant nous. Plus grave:pourquoi personne n'a réussi à dissuader Macron de faire ses offres de trêve, aussitôt repoussées par Erdogan, puisque l'accord était avec Poutine. Si je connaissais l'existence de cet accord, d'autres le savaient mieux que moi! La question reste ouverte: Pourquoi Macron a-t-il tendu la joue à Erdogan comme il l'avait tendue à Rohani aux Nations Unies? Ou le Quai d'Orsay est sur la touche, ou il est enrhumé.

Trump se retire de Syrie parce c'est loin, c'est cher, il n'y comprend rien

Trump se retire de Syrie parce qu'il n'y voit pas d'interêt. C'est loin, c'est cher, il n'y comprend rien. Les Etats-Unis produisent leur propre pétrole. Il ne sait pas ce que trahir veut dire. Il a pris l'habitude de copiner avec ses ennemis et de s'essuyer les pieds sur ses alliés. Bonne chance Boris. Les Britanniques vont gouter leur nouvelle dépendance.

Le Président français propose une armée européenne, l'Allemagne est réticente

Le Président français a eu le mérite de proposer à l'Allemagne la constitution d'une force d'intervention européenne. Pour l'instant, l'Allemagne reste réticente. Elle y viendra. Après elle les autres Européens. Grâce à Trump, les Européens savent qu'ils sont seuls. Comme Poutine a choisi d'être contre l'Europe, il n'y a d'autre choix que de faire front, ou se coucher. Évidement on peut se coucher, mais c'est plus cher. Et immoral. Il n'est pas mauvais de constater que l'immoralité coûte cher, à terme.

Se défendre seul, ce n'est pas défendre ses frontières. C'est être capable d'intervenir, économiquement, voire militairement, ici et là dans le monde. La France le fait. L'Allemagne le peut, même si elle craint pour son commerce. Dans le tête à tête avec l'Allemagne, la France perd du poids. Elle doit retrouver une indépendance financière, sinon les Luxembourgeois et les Irlandais vont se moquer de nous.

La Commission européenne s'inquiète pour les finances

La Commission européenne fait observer que le gouvernement ne fait aucun effort sur les dépenses publiques. Elle a raison. La réforme des retraites est repoussée, son entrée en vigueur se projette en 2025 pour des nouveaux entrants, qui prendront leur retraite en 2065. Quelle audace! La génération actuelle paie les dettes de celle d'avant, au lieu de financer l'investissement nécessaire à la la transition économique et écologique. Le gouvernement profite des taux d’intérêts négatifs, il s'enfonce dans la dépendance. Quelle est l'indépendance d'un pays qui dépend de ses créanciers?Quel sera le prix, le moment venu, du remboursement de la dette? Des émeutes. N'y est on pas déjà un peu? Plus on attend, plus le remède est insupportable.

Le modèle européen et l'Amérique du Sud

L'Argentine le sait. Trop dur. Au Chili, les émeutes ont été provoquées par la hausse du ticket de métro. Les peuples sont patients, à la longue ils se révoltent contre trois jougs: la corruption, les taxes excessives, l'injustice. C'est le cas en Algérie, à Barcelone, au Chili, à Saint Petersbourg, à Hong Kong, à Tegucigalpa. A Paris aussi, on sourit jaune.

On parle de crise démocratique, c'est l'inverse.Là où il n'y a pas de démocratie, on la réclame. Là où elle existe, on la juge insuffisante. A Tegucigalpa, l'armée refuse de faire un coup d'état contre un gouvernement lié aux narcotrafiquants. Une tradition se perd, tant mieux. Le vote reste la meilleur arme, quand il n'est pas faussé, comme en Russie ou en Algérie. Les Européens doivent tirer leur modèle par le haut. Existe-il un autre modèle enviable?

Thierry Breton est proposé par la France pour être le prochain Commissaire européen

Thierry Breton est proposé par la France pour être le prochain Commissaire européen. Quand il était ministre des Finances de Jacques Chirac,la dette française était la moitié de ce qu'elle est aujourd'hui. Il la jugeait excessive. Thierry Breton expliquait que les impôts et les taxes françaises étaient un handicap pour les entreprises et l'emploi. Que les réglementations tuaient l'innovation et le dynamisme. Le futur Commissaire aiderait l'Europe en limitant l'avidité réglementaire bruxelloise, et en incitant le gouvernement français à se défaire de sa dépendance à la dette. Il se veut le champion d'une Europe puissante dans les nouvelles technologies, chiche!

Emprunter pour payer l'ancien système des retraites, l'école bachoteuse, l'ancienne agriculture, les vieux canards industriels, c'est stagner. Emprunter pour financer les nouveaux savoirs, les nouvelles façons d'apprendre, les nouvelles solidarités, les nouveaux systèmes d'assurance, c'est une chance avec des taux d’intérêt négatifs.

Erdogan, Poutine et Trump se moquent donc de la France et de la vieille Europe

Erdogan, Poutine et Trump se moquent donc de la France et de la vieille Europe. Il est temps de leur donner tort. La France et l'Europe n'ont pas à craindre les Russes et les Turcs, ni même les hoquets américains.Elles n'ont à craindre que leurs atermoiements. Elles doivent investir plus à l'international. Construire des universités, comme furent créées, il y a un siècle le réseau des Alliances françaises. Renforcer les réseaux européens à l'étranger, ceux de l'économie, de l'influence, du droit.

La France et l'Europe sont plus fortes qu'on ne le croit. Mais elles ne le savent pas. Se complaire dans les postures amène à ne jouer que des rôles de comparse, voire de cocus. Elles doivent investir et s'impliquer partout dans le monde. A commencer par l'Afrique, la Méditerranée, l'Amérique ignorée qui s'appelle latine parce qu'elle est européenne.

Les Européens, avec le cirque du Brexit en prime, donnent le sentiment de subir des évènements dictés par des cyniques, alors qu'ils ont les moyens et la légitimité d'épouser la cause des peuples, leur aspiration démocratique. Il serait temps, pour la vieille Europe, de dire que le nouveau monde est le sien et qu'elle n'en a pas peur.

Laurent Dominati

Editeur de lesfrancais.press.

Ancien Ambassadeur de France

Ancien Député de Paris.

PS: Une lectrice, qu'elle en soit remercié, signale: "L’article "L’Espagne divisée contre elle-même” contient une importante erreur: Tejero a d'abord fait 7 mois de prison en 1979 pour un essai de coup d’état. Mais pour celui de 1981 à la Chambre des Députés il a été condamné à 30 ans de prison dont il en a fait 16". Pour moi il n'y a pas d'erreur. J'avais bien écrit "7 mois de prison pour le premier coup d'Etat". Mais c'était imprécis. Tejero n'eut pas le temps de passer à l'acte, son premier projet fut éventé. Pour son deuxième essai, il prit trente ans. Mais les crises politiques appellent d'abord des réponses politiques. La réponse à Tejero, donnée par le Roi et les chefs militaires, fut la démocratie. Sic semper.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire