Européennes : la stratégie des listes auprès des Français de l’étranger

Européennes : la stratégie des listes auprès des Français de l’étranger

Les listes sont désormais publiées, et elles sont nombreuses, 33. Parmi celles-ci, deux favoris : la liste Renaissance qui soutient la majorité présidentielle (LREM – Modem – Agir) et la liste du Rassemblement National. Derrière, la campagne de François-Xavier Bellamy commence à porter ses fruits avec une dynamique et une progression dans les sondages.

Les listes de gauche, divisées, n’ont pas pour le moment eu la possibilité de percer un plafond de verre en dessous de 10%. A noter également, la présence de très nombreuses « petites » listes dont plusieurs qui prétendent représenter les Gilets Jaunes, une liste royaliste ou encore plusieurs listes en faveur du « Frexit », le départ de l’Union européenne.

Les questions liées aux Français de l’étranger peu mises en avant

Nathalie Loiseau

Après la longue séquence du Grand débat qui a notamment fortement mobilisé les Français résidant hors de France,
les problématiques les concernant sont à l’heure actuelle assez peu mises en avant. Nathalie Loiseau, tête de liste Renaissance avec qui nous avons récemment échangé nous a cependant indiqué quelques éléments qu’elle revendique. Parmi ceux-ci, la possibilité de soutenir l’enseignement Français à l’étranger avec des associations et fondations privées, et également la confirmation de l’objectif présidentiel de doubler le nombre d’élèves dans le réseau des Lycées français à l’étranger.

Un Français de l’étranger à la 40ème place seulement de la liste Renaissance

Pierre Marc

Lors de la rencontre entre les Français de l’étranger à Bruxelles avec Pascal Canfin, le député des Français du Benelux Pieyre-Alexandre Anglade a souligné la présence sur la liste Renaissance de 7 candidats de différents pays de l’Union européenne. Nous constatons cependant que le seul candidat Français de l’étranger, l’avocat à Londres Pierre Marc, est 40ème, en position à priori non éligible.

Le député a souligné d’une part la volonté de représenter les territoires de l’Hexagone, d’où la faible présence de Français résidant hors de France, mais également le fait que les Français de l’étranger sont représentés à l’Assemblée Nationale, ce qui est parfaitement normal puisque nos compatriotes à l’étranger ont 11 députés et 12 Sénateurs pour les représenter.

Laurence Saillet

Sur les autres listes, soulignons la présence de deux personnes en position éligible qui ont une longue expérience hors de France. La porte-parole des Républicains Laurence Saillet qui fut candidate, malheureuse, aux législatives dans la péninsule ibérique, et l’intellectuel Hervé Juvin qui a rejoint la liste du Rassemblement National à la 5ème place.

Notons également la présence sur les listes La France Insoumise et EELV de Sophie Rauszer, candidate aux législatives au Benelux, et Mélanie Vogel qui travaille à Bruxelles au Parlement européen. Cécilia Gondard, responsable de la
section des Français de l’étranger, sera par ailleurs sur la liste socialiste / place publique de Raphael Glucksmann, tout comme Michael Vincent, économiste auprès des institutions européennes qui enseigne par ailleurs à la Sorbonne.

Une participation historiquement faible des Français de l’étranger à ce scrutin

Les élections européennes mobilisent peu, c’est le cas dans l’Hexagone mais plus encore parmi les Français hors de France. L’absence de propositions concrètes les concernant risque de ne pas favoriser l’engouement pour cette élection pourtant cruciale. Le Parlement européen, outre son rôle central dans la rédaction des Règlements et Directives européennes, est également celui qui vote pour le nouveau Président de la Commission européenne en accordant sa confiance à ce dernier et à chaque commissaire après de multiples auditions officielles.

Un enjeu majeur alors que Jean-Claude Juncker, l’actuel Président de la Commission, a annoncé son intention de ne pas se présenter à un nouveau mandat.

Laisser un commentaire