Espagne et Portugal à l'heure du déconfinement: frontières, écoles, économie.

Espagne et Portugal à l'heure du déconfinement: frontières, écoles, économie.

Le confinement c’est fini !

Pas tout à fait , pas dans tous les pays, pas de la même manière, mais le continent européen se dirige vers un retour à la normale.

Dans la péninsule ibérique, Espagne et Portugal, les situations sont différentes mais les inquiétudes sont encore nombreuses. Nous avons rencontré à cet égard Stéphane Vojetta, basé à Madrid, il est le suppléant de la députée Samantha Cazebonne, et Mehdi Benlahcen, conseiller AFE et conseiller consulaire au Portugal (PS).

Le Portugal moins touché que l’Espagne

Le Portugal a été moins touché que l’Espagne, et ce de manière significative. Avec « seulement » 1500 morts de la Covid-19, le Portugal a procédé à un déconfinement relativement tôt, par phases et ce dès le 11 mai.

Mehdi Benlahcen, conseiller consulaire au Portugal

Un bémol cependant, qui nous a été rappelé par M. Benlahcen, le déconfinement est freiné à Lisbonne car le nombre de cas est reparti à la hausse. Samedi, le Lycée Charles Pierre, à Lisbonne, a été informé d'un cas de Covid-19 parmi le personnel. Il est donc fermé ce lundi, dans l'attente des consignes des autorités sanitaires locales et de l'Ambassade.

Le volume de vols par jour reste très réduit : 10 en moyenne au départ de l’aéroport de Lisbonne et une ouverture partielle des frontières (Transavia, Air France, TAP, ont repris quelques créneaux horaires). Dont celle avec l'Espagne qui fut longtemps problématique et le sera jusqu'au premier juillet, date de réouverture annoncée ce jour. Et ce alors qu'elle sera ouverte avec la France dès le 21 juin (pourtant plus touchée que le Portugal par la Covid 19). Cette annonce a provoqué une vague d'indignation de nos compatriotes sur les réseaux sociaux. L'incompréhension est totale.

la situation des Français du Portugal est problématique.

M. Benlahcen nous l’a confirmée, ceux-ci, et en particulier les derniers arrivants travaillent essentiellement dans le tourisme et l'entreprenariat individuel, ont beaucoup souffert. Plusieurs restaurateurs français ont déjà annoncé qu’ils n’allaient pas rouvrir. Au fils des jours, ils seront de plus en plus nombreux dans ce cas. Pour autant, en ce qui concerne les réservations dans l’hôtellerie, la situation est plus encourageante : les nouvelles réservations sont faibles mais les annulations de réservations pré-confinement sont quasi inexistantes. Les touristes attendent sans doute de voir l'évolution de la situation dans les prochaines semaines.

Enfin en ce qui concerne les lycées Français au Portugal, les nouvelles demandes de bourses ont été étonnamment peu nombreuses. Pour M. Benlahcen (élu socialiste et professeur au Lycée Français de Lisbonne), la cause est à chercher principalement auprès des parents.  Eux-mêmes ne savent pas encore bien souvent quel sera l'impact de cette crise dans leur quotidien. Certaines associations indiquent que les éventuels bénéficiaires sont finalement peu informés de ces dispositions.

Une situation très compliquée en Espagne

En Espagne, par contre, la situation est complexe malgré les évolutions positives de ces dernières heures. Un des pays les plus touchés en terme de morts, qui fut totalement cloisonné pendant des semaines, avec le confinement le plus strict du continent, l’Espagne est marquée en profondeur par cette épreuve. Ce pays pour lequel, le secteur touristique est majeur, est, donc, particulièrement inquiet pour la reprise de son économie. 

Stéphane Vojetta, suppléant de Samantha Cazebonne

Comme nous l’a expliqué Stéphane Vojetta, suppléant de la députée Samantha Cazebonne (LREM),  le déconfinement se fait par phase et le passage d’une à l’autre est régionalisé, voir se gère par provinces dans certains cas. Il s’agit d’un déconfinement progressif rétablissant peu à peu les libertés, notamment celle de circuler, même si jusque la phase 4, il n’est pas possible de quitter la province où l'on réside. 

Ce lundi 15,  certains territoires sont en phase 4 mais ce sont de tous petits territoires, la grande majorité du pays est toujours sous le coup des restrictions liées au niveau 3 du plan.

Concernant les frontières : l’Espagne ne va pas permettre aux étrangers de rentrer sur le territoire sans raison de force majeure avant le 21 juin. Au niveau terrestre comme nous l'indiquions plus haut, le Portugal reste isolé du reste de l'Europe jusqu'au premier juillet. 

M. Vojetta, très impliquée dans les questions scolaires, comme la députée dont il est le suppléant, Mme Cazebonne qui fut la directrice du lycée de la capitale espagnole, a voulu apporter des précisions. En effet, comme dans les autres établissements dans le monde, la notation du baccalauréat sur base exclusive du contrôle continu réalisé en classe de Terminale est un vraiment sujet de polémique. M. Vojetta nous a souligné que les lycées français, prestigieux dans la péninsule, comme ceux de Madrid et de Barcelone, notent plus sévèrement en contrôle continu et, lors des années précédentes, les élèves, logiquement, "surperformaient" au baccalauréat.

Quel sera donc l'impact de ce type de notation dans les résultats du Bac ? M. Benlahcen apporte des réponses :

"Des commissions d'ajustement ont été mises en place dans tous les établissements. Les professeurs disposeront des statistiques sur plusieurs années pour comparer les notes de CCF et du bac afin d essayer de remonter les résultats en fonction des moyennes constatées. Un vrai jury pour la délivrance du bac sera mis en place, avec des enseignants issus d'autres établissements."

Certains parents et élèves s'élèvent contre le risque de notation "à la gueule" ! Les élèves seront-ils pénalisés ? Le corps professoral comme l'administration dans la péninsule ibérique, comme ailleurs, semble veiller à une équité.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire