Emmanuel Macron aux USA : bilan avec l'élu consulaire Olivier Piton

Emmanuel Macron aux USA : bilan avec l'élu consulaire Olivier Piton

On fait le point avec Olivier Piton, conseiller des Français de l’étranger à Washington D.C. et membre de l’AFE pour la zone Amérique du Nord, sur la communauté française aux USA à l’occasion de la visite d’Etat d’Emmanuel Macron qui s’est achevée la semaine dernière.

Ecoutez le podcast avec Olivier Piton

Les Américains ont mis les « petits plats dans les grands »

Opposés sur à peu près tout, et peut-être à nouveau dans les urnes en 2024, Donald Trump et Joe Biden conserveront dans les archives diplomatiques américaines un improbable point commun : avoir réservé la première visite d’Etat de leur mandat à Emmanuel Macron.

Arrivé dans la nuit du mardi 29 novembre à la base aérienne de Andrews, dans le Maryland, où l’attendaient tapis rouge, salut militaire, Marseillaise et comité d’accueil de rigueur, ce dernier devient le premier président français à recevoir à deux reprises les honneurs d’une visite d’Etat à Washington. Un succès de prestige et une marque d’amitié indéniable !

La communauté française aux USA

Chaque année, des milliers de Français tentent l’aventure de l’expatriation aux Etats-Unis. En 20 ans, les Français des Etats-Unis d’Amérique sont passés de 80 000 en 2001 à près de 160 000 en 2019. Et il y a de nombreuses compatriote qui ne sont pas inscrits au registre. On estime donc le nombre de Français installés aux USA à 250 000 personnes.

New-York, la plus cosmopolite des villes américaines, reste la ville de destination privilégiée des expatriés français. Deuxième pôle d’attraction, la Côte Ouest, qui attire surtout pour sa qualité de vie, si proche de notre climat méditerranéen, et ses perspectives économiques comme professionnelles, en particulier à Los Angeles et San Francisco.

Autre port d’attache des Français, San Francisco ! La communauté française y est composée principalement d’expatriés travaillant dans les innombrables start-up de la Silicon Valley. La bonne réputation de nos écoles permet à nos ingénieurs français de trouver rapidement un emploi.

Mais d’autres régions commencent à attirer le regard des candidats français à l’expatriation aux USA, ils sont attirés par le dynamisme de villes comme la Nouvelle-Orléans, Détroit, Chicago, Houston ou Denver.

Une rencontre avec la communauté française

Comme pour la plupart des voyages du Président de la République, Emmanuel Macron est allé à la rencontre de la communauté française. L’échange prit la forme d’une réception qui eut lieu le mercredi 30 novembre 2022 à l’Ambassade de France (Maison Française) et qui a réuni un millier de personnes venues de la région de Washington et de tous les États-Unis.

©Ambassade de France à Washington D.C

Dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion, le Président de la République a présenté les principaux objectifs de sa visite d’État, souligné le rôle important de la communauté française pour la relation entre la France et les États-Unis et salué la solidarité dont celle-ci a fait preuve durant la période de Covid-19.

Le président de la République a également évoqué plusieurs sujets essentiels pour la relation bilatérale, comme le développement de l’apprentissage du français, le renforcement des mobilités universitaires et scientifiques, le renouveau des échanges culturels à travers la Villa Albertine, ainsi que la facilitation de la délivrance des visas pour développer les échanges. Il a enfin célébré l’inscription de la baguette de pain française, annoncée le même jour par l’UNESCO, au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, symbole du savoir-faire français.

Après avoir remis la Légion d’Honneur à cinq vétérans américains de la Seconde Guerre mondiale en reconnaissance de leur participation à la libération de la France, le Président de la République a salué les conseillers des Français de l’étranger présents ainsi que les Parlementaires membres de la délégation.

Pas de réunions de travail

Au cours de ce moment, chaque élu a pu exprimer les problématiques qu’il ou elle souhaitait communiquer à la plus haute autorité de l’Etat. Malgré la présence de ministres et de collaborateurs, aucune réunion de travail n’a pu être tenue.

« C’est bien dommage, d’ailleurs il n’y avait déjà pas eu de réunions de travail en 2018 »

Olivier Piton, conseiller des Français de l’étranger à Washington D.

Certains comme Olivier Piton, notre invité, avaient anticipé cette situation et donc en conséquence, avaient préparé une note. Pour constituer la sienne, l’élu consulaire de Washington D.C a, de son propre chef, tenu des téléconférences avec les concitoyens de sa circonscription. Une dynamique qu »il aurait voulu voir se propager dans les 9 circonscriptions consulaires aux Etats Unis d’Amérique.

CSG/CRDS

Parmi les thèmes qui ont émergé de ses rendez-vous avec les Français de l’étranger, Olivier Piton en a sélectionné 3 :

  • Les visas d’entrepreneurs
  • Le maintien de la CSG/CRDS
  • La couverture santé lors des voyages en France

Olivier Piton, dans le podcast, revient sur la CSG/CRDS, opposant l’inégalité de traitement fiscal de citoyens français, ce qui est inconstitutionnel, à l’argument comptable de Bercy. En effet, le ministère, comme nous l’a rappelé le sénateur Olivier Cadic dans sa dernière interview, exige une compensation en termes de recettes avant d’accepter la fin de la soumission à la CSG/CRDS des revenus issus de France pour les non-résidents hors de l’UE (ceux dans l’UE grâce à la Cour de justice européenne en sont déjà exemptés).

Le visa E1/E2

L’autre grand thème qu’Olivier Piton a voulu porter à la connaissance du Président de la République, c’est les conditions qui encadrent le visa « investisseur » pour les Français, les fameux visas E1/E2.

Le visas E1/E2, visa investisseur, est un visa non-immigrants permettant à un individu de venir aux Etats-Unis, avec son conjoint et ses enfants non mariés de moins de 21 ans, dans le but de diriger et développer aux Etats-Unis une entreprise qu’il ou elle y crée ou acquiert. Depuis Donald Trump, le délai de mise en oeuvre du projet entrepreneurial d’un(e) Français(e) a été réduit de 60 mois à 25 mois et le renouvellement du visa est complexifié. Une situation d’inégalité face aux autres Européens qui disposent eux de 44 mois.

Olivier Piton, plutôt qu’opposer les administrations, dans sa note rédigée avec nos compatriotes sur place, met en exergue le principe de réciprocité. En effet, les Etats-Unis se basent sur celui-ci pour définir la durée de ces visas, or durant l’été 2019 ils ont fait une erreur d’analyse en révisant la situation de réciprocité. En effet, ils ont vu que la France ne délivre de son côté que des visas de 12 mois aux investisseurs. Ils ont oublié de prendre en compte que… ensuite la France offre un « titre de séjour » (alors qu’aux USA les visas sont renouvelés).

Une analyse bien reçue par le Président de la République et qui a porté ses fruits puisque dans une déclaration commune avec Joe Biden, le Président américain, une remise à plat de la politique des visas a été annoncée.

« Afin d’approfondir encore leur relation bilatérale en matière de commerce et d’investissement, ils ont l’intention de lancer des discussions sur une simplification mutuelle des procédures d’octroi et de renouvellement des visas ainsi que des autorisations de séjour. »

Déclaration commune d’Emmanuel Macron et Joe Biden

Réformer l’AFE

Olivier Piton
Olivier Piton

Dans la dernière partie de notre podcast avec Olivier Piton, nous avons voulu revenir sur la relation entre les élus consulaires et l’Etat français et en particulier son premier représentant, le Président de la République.

L’occasion pour Olivier Piton de rappeler une promesse d’Emmanuel Macron faite en 2017, celle de réformer l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE). L’élu de Washington D.C espère qu’une évolution des textes permettra une simplification du tissu politique des Français de l’étranger en supprimant la différence entre élus des circonscriptions consulaires et ceux membres de l’AFE.

Auteur

  • Jérémy Michel

    Jérémy Michel a travaillé de nombreuses années pour des élus et a coordonné les affaires publiques européennes d'une grande entreprise française. Installé à Bruxelles depuis 2000, il est actuellement coach, consultant et élu consulaire

Laisser un commentaire