Coronavirus: les Français d'Italie témoignent !

Coronavirus: les Français d'Italie témoignent !

L’Italie est désormais en zone rouge suite à l’épidémie du coronavirus. Toute la péninsule et ses 60 millions d’habitants sont en état d’alerte maximale.

Les rassemblements sont interdits, les déplacements sont strictement limités. Les musées, les églises, les théâtres, les cinémas sont fermés. La Place St Marc est vide, les cafés doivent fermer à 18 heures, ils sont de toute façon largement vides, tout comme les hôtels, les restaurants, les magasins. Seuls les supermarchés sont pris d’assaut par des habitants inquiets qui constituent des stocks.

La Lombardie fut la première zone touchée

« Io resto a casa », je reste à la maison, c’est le mot d’ordre donné par le Premier Ministre italien Giuseppe Conte. Dans la péninsule, l’épidémie a tout d’abord touché le nord du pays et notamment la très riche Lombardie et sa capitale Milan, paralysant ce poumon économique.

« Io resto a casa » - Je reste à la maison. L'appel du Premier Ministre italien

Télétravail et certificats pour faire ses courses

Patricia, retraitée française dans un petit village sans supermarché bénéficie d’une auto-certification pour pouvoir se rendre dans la ville voisine afin de s’approvisionner. Le gouvernement a confirmé que les supermarchés et épiceries resteront ouverts et seront approvisionnés.

Franck, qui est franco-italien et qui était en déplacement en France hésite à rentrer dans la capitale italienne. Son vol au départ de Roissy est maintenu mais il nous l’a confié : « nous sommes de toute façon en télétravail de fait, le faire depuis Paris ou Rome ne change rien ».

Les écoles et universités fermées

Autre conséquence, toutes les écoles et universités du pays sont fermées et les concours sont suspendus. Cela sera d’application jusqu’au 3 avril et est évidemment d’application dans les lycées français de Naples, Rome , Milan .

« Notre quotidien est bouleversé par les mesures de précaution qui sont imposées par les autorités italiennes. Face à une crise de cette ampleur, les Français sont solidaires des décisions et respectent ces consignes » nous indiquait Alexandre Bezardin élu consulaire des Français d’Italie du nord et suppléant du député Meyer Habib.

"Face à une crise de cette ampleur, les Français sont solidaires des décisions et respectent ces consignes " Alexandre Bezardin

les déplacements en France.

Nadine, Française installée avec son mari italien dans le nord de l’Italie, nous indique certes remercier Air France pour lui avoir permis de demander l’annulation et le remboursement de son vol Venise-Paris-Venise sans conditions mais fait aussi preuve d’une certaine inquiétude concernant … l’Hexagone.

Opinion partagée par de nombreux Français installés en Italie : « si la France n’adopte pas des mesures énergiques, ce que nous subissons en Italie s’’y passera aussi » préviennent-ils. Céline, résidente elle aussi en Italie, n’hésite pas à nous en parler comme d’une « catastrophe annoncée ».

Le consulat en fait-il assez?

Résultat de recherche d'images pour "Charlène Lardy Vella"
Charlène Lardy Vella

Charlène Lardy Vella, entrepreneuse et blogueuse globe-trotteuse et qui réside à Parme nous décrit son quotidien depuis les mesures de confinement : « Au départ, mon mari continuait à travailler au bureau et demandait des permeso ou du télétravail pour que je puisse également gérer mon entreprise (en effet j'ai une activité en ligne). Nous nous relayions comme nous pouvions avec les 2 enfants à la maison (5 ans et 2 ans et demi...) Il est passé en télétravail obligatoire il y a 1 semaine mais cela n'enlève en rien la problématique des enfants ».

"Nous nous attendons donc à des ruptures de stock" - Charlène, blogueuse française à Parme

L’achat de nourriture est également complexe : « jusque là nous n'avions pas de problème vu que tout était ouvert normalement. À présent, il faut présenter une autocertification justifiant que l'on fait bien ses courses, si la police nous arrête et tout va fermer tous les week-ends. Nous avons essayé de nous faire livrer mais les prochains créneaux disponibles sont dans 20 jours ! Nous nous attendons donc à des ruptures de stock ».

Si elle salue globalement le souci d’information des autorités italiennes, Mme Lardy Vella est en revanche beaucoup plus critique vis-à-vis des services français : « le site de l'ambassade a toujours au moins deux jours de retard et le consulat est quasi muet […] On ne sait pas quelles sont les consignes, s'il vaut mieux pour nous rentrer et nous mettre en quarantaine ».

Dans ce contexte exceptionnel qui évolue d’heures en heures, nul doute que tous les yeux seront braqués sur les autorités et leurs mesures. Affaire loin d’être finie.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire