Cambodge : la campagne de vaccination des expatriés se termine

Cambodge : la campagne de vaccination des expatriés se termine

Comme de nombreux pays en Asie, le Cambodge avait injecté en masse le Sinovac à sa population et aux expatriés de toutes nationalités qui le désiraient. Un vaccin chinois qui n’est pas reconnu par l’Union européenne et qui donc ne donne pas accès aux différents passes ou aux allégements des procédures pour accéder au territoire français. Depuis le 14 février, l’ambassade de France et le gouvernement cambodgien ont ouvert une campagne de vaccination des expatriés avec le vaccin produit par Pfizer et bien connu en Europe.

Double vaccination

Les Français, qui désiraient rejoindre la France, n’avaient qu’une seule option : la double vaccination. Pour circuler en Asie, et rentrer au Cambodge, la seule option pendant des mois était donc d’être impérativement vacciné par celui commercialisé par Sinonpharm, puis pour rejoindre le territoire national, d’effectuer de complexes et coûteux tests PCR, et une fois en France, recommencer un parcours vaccinal afin d’obtenir les 3 doses d’un vaccin reconnu par l’UE et nécessaires pour obtenir ses passes.

Covax au chevet du Cambodge

L’Organisation mondiale de la Santé, l’Unicef, la Banque mondiale et les fabricants de vaccins ont signé un partenariat public-privé, Covax. Tous lèvent des fonds et orchestrent la distribution des vaccins. La France finance Covax à hauteur de 100 millions d’euros, l’UE octroie 850 millions au programme et les Etats-Unis donnent 1,6 milliard. Les bénéficiaires sont Madagascar, le Cambodge ou le Ghana. L’objectif était de livrer deux milliards de doses avant la fin 2021. Un seuil que le programme de l’OMS n’atteindra qu’à la mi-2022.

Cependant, le Cambodge a bénéficié rapidement d’un approvisionnement stable et a pu constituer des stocks. Ainsi, le royaume niché au coeur de l’ancienne Indochine française, peut désormais, à la requête de la France, procéder à une campagne spécifique dédiée aux expatriés de l’ancienne métropole.

Dernière injection de moins de 4 mois

Mais pourquoi donc, alors que la plupart des Français ont déjà effectué des voyages vers la France et acquis ainsi un parcours vaccinal reconnu par l’administration française, l’ambassade de France et les autorités cambodgienne lancent-elles cette campagne ?

Ambassade de France à Phnom Penh (Cambodge) ©AFP

Car pour continuer à accéder sans test PCR au sol français et à profiter des animations et autres activités sociales, il faut depuis le 15 février avoir reçu sa dernière dose de vaccination depuis moins de 4 mois au lieu de 7 auparavant. La plupart de nos compatriotes ayant été vaccinés en France l’été dernier, ne pouvaient plus se prévaloir d’un parcours vaccinal complet.

Jacques Pellet

C’est ainsi que depuis le 14 février et jusqu’à la fin du mois, les Français peuvent accéder à une vaccination Pfizer. Et ce quel que soit le schéma vaccinal et sous réserve que la dernière injection remonte à plus de quatre mois, l’ambassadeur Jacques PELLET, invite donc les expatriés présents au Cambodge à se présenter sans rendez-vous à l’hôpital Calmette de Phnom Penh, du lundi au vendredi, de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 15h30, munis du passeport, ainsi que de la carte de vaccination cambodgienne ou du passe sanitaire européen ou de tout autre justificatif du parcours vaccinal. Attention, la campagne s’achève le 28 février 2022.

Auteur

  • Loic Pautou est un jeune français parti en VIE au Vietnam et qui n'est jamais revenu. Propriétaire d'une agence de tourisme à Hanoi, il écrit aussi pour Lesfrancais.press et le Guide du Routard

Laisser un commentaire