L'Institut français de Londres a accueilli le débat du second tour des législatives 2022

L'Institut français de Londres a accueilli le débat du second tour des législatives 2022

Ce lundi 13 juin 2022, le Grand Débat a eu lieu à l’Institut Français de Londres entre les deux candidats du 2ème tour de la législative de la circonscription Royaume-Uni-Scandinavie-Pays Baltes, Alexandre Holroyd (Ensemble) et Charlotte Minvielle (NUPES). Il a été animé par Bénédicte Paviot, correspondante de France 24 et Éric Albert, correspondant du Monde. Nous l’avons diffusé sur YouTube et il sera rediffusé en radio. 

Le débat était divisé en plusieurs thèmes. La société française, l’économie, l’environnement, l’Europe, la relation franco-britannique et les Français de l’étranger. 

Des différences sur les sujets nationaux

Pendant le débat nous avons pu voir que les deux candidats avaient des divergences sur les différents thèmes. La candidate de la NUPES, Charlotte Minvielle, a évoqué “l’inaction climatique du quinquennat précédent” en disant que la France a été condamnée sur ce sujet-là. Les violences faites aux femmes ont également été mentionnées. “Sur les violences sexistes, une lycéenne a interpellé le Président de la République qui a refusé de lui répondre. Elle a ensuite reçu une visite de la police. Cela démontre la place que LREM donne à la parole des femmes et des jeunes.”

Le candidat d’ Ensemble, Alexandre Holroyd, a critiqué le fait que le leader de la France Insoumise soit anti européen. “Jean-Luc Mélenchon, c’est un eurosceptique assumé, et vous, Charlotte Minvielle, voulez le porter à Matignon. Peu importe la forme de mon engagement, je continuerai de me battre pour une Europe plus forte. Cette Europe, elle coule dans mes veines.”

Les Français de l’étranger, un terrain d’entente ?

Au cours du débat on a pu voir des similitudes sur les Français de l’Etranger. Pour Alexandre Holroyd, son objectif, depuis cinq ans, est clair et intangible : protéger les droits des Françaises et Français établis en Europe du Nord, et faciliter leur quotidien. 

Quant à Charlotte Minvielle, “il faut également renforcer le soutien aux écoles FLAM et leur apporter une aide plus flexible qui corresponde mieux à leurs besoins.” Les deux candidats sont d’accord sur les services consulaires. La candidate de la NUPES estime que “sur les services consulaires, la dématérialisation est urgente et tarde trop. Il faut qu’elle s’accompagne aussi de soutien humain notamment pour les démarches administratives et fiscales compliquées. » Pour le candidat d’Ensemble, “pour le renouvellement des titres d’identité et des passeports on ne sera plus obligé d’aller au Consulat.” 

Les deux candidats estiment au sujet de la relation franco-britannique qu’il faut plus de dialogue entre les dirigeants afin d’améliorer les choses. 

Les réactions des candidats sur le débat ?

Après le débat qui a duré deux heures, Charlotte Minvielle a pensé que c’était “super qu’on ait pu avoir ce débat. Je pense que c’est un exercice démocratique important. On a pu montrer deux projets différents qu’on porte, et celui que je porte c’est un projet écologique, social et solidaire tourné vers l’avenir. On a eu le temps de rentrer dans plusieurs thèmes qui me tiennent à cœur comme l’égalité femmes-hommes, et aussi la question des migrants, la question européenne qui est parfois caricaturée par mon opposant politique, celle des Français de l’étranger et dire de façon concrète comment on va répondre à leurs préoccupations. Donc je pense que c’était un débat essentiel pour parler d’environnement et d’économie. J’espère qu’on a réussi à convaincre certaines personnes indécises ou certaines personnes qui ne vont pas voter car il y a un fort taux d’abstention, et même si la participation est en hausse par rapport au premier tour au bout de trois jours, on a près de 5 000 votants en plus donc c’est vraiment positif et il faut que ça continue.”

Pour Alexandre Holroyd, le débat “était un exercice extrêmement important. Il faut que les électeurs soient très clairs sur les projets qui leurs sont proposés pour l’avenir du pays. Il y a un projet sur l’explosion des dépenses publiques sans financement, anti européen. C’est le projet porté par mon adversaire. Il y a un projet que nous portons qui est un projet pro européen. Un projet qui croit à la prospérité et c’est le choix que les électeurs vont faire dimanche prochain. Ce que je constate c’est qu’il y a eu des ralliements entre les deux tours. La réalité c’est que la majorité de ces ralliements sont en ma faveur. Laurence Helaili-Chapuis m’a apporté son soutien.” 

“C’était indispensable d’avoir ce débat” 

Pour Patricia Connell, Conseillère des Français de l’Etranger en Europe du Nord (Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord) c’était “indispensable de débattre entre Charlotte Minvielle et Alexandre Holroyd, même si leurs programmes sont complètement opposés, mais d’un autre côté on a plus d’idées en commun que des choses contre, surtout sur les Français de l’Etranger. Il faut qu’on trouve des terrains d’entente pour travailler ensemble et je crois que c’est comme ça qu’on va avancer.” 

À la fin du débat, Bénédicte Paviot a lancé un appel au Français et Françaises dans la salle et qui regardaient sur YouTube. De faire leur devoir citoyen et d’aller voter en ligne ou à l’urne. 

Regardez le débat du second tour à Londres

Attention, le débat commence après les 30 premières minutes qui sont dédiées à l’attente.

Auteur

  • Alexander Seale est franco-britannique. Né et habitant au Royaume-Uni, il est correspondant pour lesfrancais.press, LCI (France) et LN24 (Belgique) à Londres.

Laisser un commentaire