3 semaines avant les élections consulaires : quelles tendances ?

3 semaines avant les élections consulaires : quelles tendances ?

Lesfrancais.press ont lancé de nombreuses consultations auprès des Français de l’étranger au cours du mois d’avril. Nous en avons publié les résultats au fil de l’eau ces dernières semaines (pour les retrouver cliquez ICI). Ce dimanche, avant de lancer une nouvelle vague de consultation, à 3 semaines du samedi 29 (les Amériques) et du dimanche 30 mai (reste du monde), date des élections des Conseillers de plus de 2 millions de Français de l’étranger, les élus locaux des expatriés, nous vous proposons d’analyser les tendances.

La participation, cette inconnue

Dans nos consultations, auxquelles la participation est volontaire et non soumise à un panel à la différence d’un sondage, 10 123 personnes ont validé leurs réponses. Parmi ces individus, par essence intéressés par ces élections locales, ils étaient plus de 70% en moyenne à répondre vouloir voter.

Au sein de ces potentiels électeurs, ils étaient, en moyenne, 80% à indiquer préférer le vote en ligne, du 21 mai à 12h (heure de Paris) au 26 mai à 12h (heure de Paris).

On ne peut évidemment pas en tirer de tendance générale, car les participants représentent tout juste 1% des électeurs appelés à s’exprimer. Cependant, on constate que le vote électronique semble remporter les suffrages en centre période de pandémie. Peut-être qu’avec cet outil, et malgré les difficiles campagnes, handicapées par les mesures anti-covid dans le monde, le taux de participation restera égal à celui de la dernière élection en 2014 soit 16%.

Encore un taux de participation décevant, cependant la réforme des fonctions “consulaires” initiée par Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat aux Français établis hors de France, qui sera appliquée à partir de la prise de fonction des nouveaux élus, permettra une meilleure exposition des élus et de leurs missions. De quoi espérer une prise d’intérêt des expatriés pour leurs élus aux élections de 2026 ? A suivre..

LREM en tête partout ?

Le nouvel arrivant sur l’échiquier politique des Conseillers et délégués des Français de l’étranger, c’est bien sur, La République En Marche (LREM), le parti d’Emmanuel Macron. Confiants, arrogants pour certains, les candidats de la majorité présidentielle comptent sur la vague de 2017 pour remporter les élections partout où ils se seront présentés. Car la surprise, c’est la faible présence de La République En Marche, le parti n’ a pu déposer des listes que dans un gros tiers des circonscriptions.

Signe d’un difficile enracinement, à l’image de la situation rencontrée par le parti présidentielle lors des municipales ? En tout cas dans nos consultations, les fidèles de la “macronie” sont toujours là.. En moyenne, les listes sont créditées par les participants à nos consultations de 22% à 27% des votes, ce qui correspond au score d’Emmanuel Macron au premier tour des élections présidentielles, malgré la fermeture des frontières et les promesses non tenues.

Résultat de la consultation menée en Belgique

Les Républicains font de la résistance

Les “LR”, premier parti d’opposition en France, premier parti d’opposition chez les expatriés, c’est la leçon de nos consultations. Les électeurs historiques du parti de droite, déçus ou lassés par la présidence Macron, ont décidé de revoter pour les “Les Républicains”.

Dans la grande majorité des consultations que nous avons menées de Genève à Manille, les Républicains cristallisent entre 18% et 20% des intentions de vote. Inespéré pour ce parti dont la fédération n’est plus que l’ombre d’elle même, ayant perdu plus de la moitié de ses adhérents dans le monde.

Cependant la connexion entre la France et ses enfants hors de son territoire reste toujours forte et les événements nationaux entrainent, finalement, les mêmes tendances chez les expatriés.

La gauche désunie ?

Du coté de la Gauche, là aussi, ce sont les mêmes tendances qu’en France. Unis, les partis, PS, EELV, et La France Insoumise, caracolent en tête, avec plus de 30% des intentions de vote, à Madrid ils frôlent les 50%.

Résultat de la consultation sur la circonscription de Madrid

Mais là aussi, comme en France, les rapprochements ont été difficiles et au final très peu nombreux. En plus des “conflits” importés du paysage politique national, deux “clans” de la Fédération Socialiste des Français établis hors de France s’opposent avec en ligne de mir les sénatoriales qui découleront des élections consulaires et qui auront lieu à la rentrée 2021.

Les circos à surveiller

Les élections consulaires vont-elles donner les mêmes résultats qu’en France aux élections municipales ? Cela y ressemble en tout cas : un manque d’ancrage local pour le parti présidentiel, une droite revigorée, et une gauche qui se cherche encore… comme en France.

En plus des résultats bruts des élections, l’autre enjeu ce sont les présidences des Conseils consulaires. Le rôle est actuellement confié au chef de poste (soit le Consul ou l’Ambassadeur s’il n’y a pas de consulat). En juin, les conseils éliront donc leurs présidents pour la première fois. Est ce que La République En Marche arrivera à fédérer les forces en place pour obtenir les présidence où est ce que les partis adverses s’uniront pour empêcher une victoire indirecte d’Emmanuel Macron au niveau local ?

Lesfrancais.press détailleront les résultats au fil des élections. Mais nous serons aussi attentif à certaines circonscriptions dont les enjeux dépassent l’échelon local.

Comme à Genève, où le député actuel, Joacquim Son-forget se présente aux élections consulaires, un testing en conditions réelles pour les élections législatives de juin 2022 ? En effet, le député, qui a perdu l’étiquette LREM, hésite à se représenter comme indépendant.

Résultat de la consultation sur la circonscription de Genève

Deux autres circonscriptions sont à suivre pour connaitre l’avenir du Parti Socialiste à l’étranger. La Belgique où la Présidente de la fédération, Cecilia Gondard, a fait le choix de refuser l’union des Gauches, pour se présenter seule, avec l’objectif de renouveler sa légitimité alors qu’elle s’oppose à Ségolène Royal pour l’investiture aux sénatoriales de l’ancien parti de François Mitterand. Le résultat du N°2 de la future liste de l’ancienne ministre pour le Sénat, Mehdi Benlahcen, est aussi à surveiller. Actuel chef du groupe Solidarité et Ecologie – Français du Monde à l’Assemblée des Français de l’étranger, il doit aussi renouveler sa légitimité, il se représente, donc, au Portugal.

Plus que 3 semaines pour répondre à toutes ces questions… Les réponses seront entendues si le taux de participation dépasse les pronostics. Ça ne dépend que des expatriés mais ils sont nombreux, encore à ce jour, à ne pas connaitre ces élections.

Laisser un commentaire