Versailles au cœur de la Cité Interdite

Versailles au cœur de la Cité Interdite

Stéphane SÉJOURNÉ, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est rendu en Chine ce lundi 1er avril 2024. Premier déplacement officiel du Ministre en Chine, cette visite intervient dans le cadre du 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques franco-chinoises.

Accompagné de M. WANG Yi, ministre des Affaires étrangères chinois, il a inauguré l’exposition « Versailles à la Cité interdite », l’un des projets phares de l’Année franco-chinoise du tourisme culturel. Le Ministre a aussi participé à la Cérémonie d’inauguration du Festival Croisements 60, en présence de Mme Michelle YEOH et de M. Jean TODT, ambassadeurs de cette édition.

Une exposition dédiée aux échanges entre la France et la Chine aux XVIIe et XVIIIe siècles

Cette exposition réunit près de 150 œuvres principalement issues des collections des deux musées et offre un nouveau regard sur une histoire méconnue entremêlant sciences, diplomatie, commerce, esthétique de l’époque, artisanat et création artistique.

L’orchestre de l’Opéra Royal du château de Versailles a donné le concert inaugural de l’exposition à la Cité Interdite. Cette performance exceptionnelle sera suivie d’une tournée dans neuf villes de Chine, dirigée par le chef d’orchestre Stefan Plewniak, et réunissant plus de 20 artistes qui se produiront pour la première fois dans ces lieux.

Cité Interdite
©Stockadobe

En 2014, pour célébrer le cinquantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine, une première exposition avait été organisée au château de Versailles. L’exposition de 2024 à la Cité Interdite constituera une version enrichie, offrant l’opportunité de présenter certaines des acquisitions prestigieuses réalisées par le château de Versailles au cours des dix dernières années. “La singularité de cette nouvelle exposition résidera également dans la mise en regard des œuvres des collections chinoises et françaises. Ce dialogue permettra de rendre compte de l’intérêt réciproque des deux cultures”, précise le Château.

La Chine, une passion royale

L’exposition met en lumière la politique diplomatique initiée par Louis XIV envers son contemporain, l’empereur Kangxi, notamment marquée par l’envoi en Chine, en 1685, de pères jésuites français qui furent accueillis à la cour de Pékin en tant que mathématiciens du Roi. Cette démarche a permis aux deux nations d’établir des relations de confiance et de respect mutuel, souvent méconnues, qui perdurèrent jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Cette situation diplomatique singulière et cet intérêt réciproque ont joué un rôle crucial dans l’émergence de la sinologie moderne en France.

Cité Interdite
© Didier Saulnier

À la cour de France, l’engouement pour la Chine et l’art chinois se manifestait à travers quatre principaux phénomènes : l’importation d’objets d’art chinois, la modification de certaines de ces importations, notamment par l’ajout de montures en bronze doré sur des porcelaines ou l’utilisation de panneaux de laque sur des meubles français, l’imitation des produits chinois, avec par exemple la quête effrénée du secret de fabrication de la porcelaine kaolinique et enfin, l’influence très marquée de l’art chinois sur l’art français, particulièrement dans le domaine des arts décoratifs.

L’exposition illustrera ainsi l’inépuisable source d’inspiration que constitua l’art chinois pour les artistes et les intellectuels français, que ce soit dans le domaine de la peinture, des objets d’art, du décor intérieur, de l’architecture, de l’art des jardins, de la littérature, de la musique ou des sciences”, décrit le Château, avant de préciser que les œuvres rassemblées à Pékin témoigneront de la “véritable fascination éprouvée par la cour de Versailles mais aussi par les grands amateurs français pour toutes les productions chinoises”.

Si vous êtes en Chine, vous avez jusqu’à la fin de l’été pour profiter de cette exposition exceptionnelle.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire