Une ville française rompt ses relations avec sa jumelle polonaise après ses arrêtés homophobes

Comme d’autres communes polonaises, Tuchow a adopté des textes homophobes visant à discriminer les personnes LGBT+. Lors de son dernier conseil municipal, sa jumelle Saint-Jean-de-Braye a décidé à l’unanimité de suspendre leurs relations. Un article de notre partenaire, Euractiv.

Encouragées par le parti d’extrême droite au pouvoir Loi et Justice, plus de quatre-vingts communes polonaises ont adopté des « zones sans idéologie LGBT ». C’est le cas de Tuchow, à plus de 90 kilomètres de Cracovie.

Cette nouvelle législation incite les élus à « s’abstenir de toute action visant à encourager la tolérance à l’égard des personnes LGBT+ et à ne pas fournir d’aide financière aux ONG qui œuvrent en faveur de l’égalité des droits », a déploré le Parlement européen en décembre.

Dans ces communes parmi les plus conservatrices du pays, principalement situées dans le sud-est de la Pologne, n’importe qui peut refuser de servir ou recruter une personne LGBT+ sous prétexte que cela limiterait leur « liberté religieuse » et mettrait en danger les valeurs traditionnelles polonaises

« L’histoire se répète »

En réaction, la ville de Saint-Jean-de-Braye, dans le Loiret, a voté à l’unanimité la suspension des relations avec Tuchow, avec qui elle a signé un accord de jumelage en 2000. Les échanges ou stages ne sont pas concernés.

« On a tout de suite réalisé la gravité de cette prise de position, en se disant que l’histoire, hélas, se répétait », a expliqué la maire Colette Martin-Chabbert à France 3 Centre Val-de-Loire, soulignant que des homosexuels avaient été internés dans des camps dans le Loiret pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les Polonais surpris et offusqués

Christophe Desportes, secrétaire du Groupe Action Gay et Lesbien du Loiret, s’est félicité d’un tel vote. Le jumelage doit aussi être porteur de valeurs, qui ne peuvent pas être qu’économiques ou culturelles. La question des droits humains nous semble absolument indispensable, a-t-il soutenu.  Selon l’édile, les autorités de Tuchow n’ont pas très bien réagi. […] Ils étaient surpris, offusqués, de notre prise de position.

Laisser un commentaire