Un guide pour voyager vers la France ! Mis à jour au 4 décembre

Le Ministère de l’Intérieur français a édité dans un guide pour voyager vers la France (disponible ci-dessous) les différentes modalités qui régissent les allers et retours vers la France en fonction de la classification des pays. En fonction du statut vaccinal, cinq mesures sont possibles : preuve de vaccination, motif impérieux, test à l’embarquement, test à l’arrivée, quarantaine.

Des règles par un classement de vert à écarlate

Ainsi, un voyageur vacciné arrivant d’un pays classé rouge devra présenter à l’embarquement un test de moins de 48 heures, et pourra à son arrivée en France devoir se soumettre à un test aléatoire. Un voyageur non-vacciné voulant aller en France à partir d’un pays classé rouge devra avoir un motif impérieux, présenter un test de moins de 48 heures à l’embarquement, passer un test à l’arrivée et observer une quarantaine obligatoire de 10 jours, contrôlée par les autorités. On revient en détails sur les différentes mesures couleur par couleur.

Carte émise par le Ministère des Affaires étrangères français ce samedi 04 décembre 2021

Les pays « verts »

Dans cette liste vous retrouvez les pays où il n’y a pas de circulation active du virus. Il s’agit notamment d’une grande partie de l’espace européen (même si le virus y circule…), ainsi que l’Arabie Saoudite, l’Argentine, l’Australie, le Bahreïn, le Canada, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, Hong Kong, le Japon, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Nouvelle-Zélande, le Qatar, le Rwanda, le Sénégal, Taïwan, Union des Comores, l’Uruguay, Vanuatu.

Les pays « oranges »

Dans ce classement, vous retrouverez la grande majorité des lieux de résidence. Ce sont des pays où on observe une circulation importante du virus dans des proportions maîtrisées, sans diffusion de variants préoccupants. On y retrouve tous les pays qui n’ont été classés ni vert ni rouge.

Les pays « rouges »

Il s’agit des pays dans lesquels le virus circule activement avec une présence de variants préoccupants. Au 4 décembre figurent sur cette liste 14 pays : Afghanistan, Biélorussie, Brésil, Costa Rica, Cuba, Géorgie, Moldavie, Monténégro, Pakistan, Russie, Serbie, Suriname, Turquie et Ukraine.

Les pays « écarlates »

Ce sont, au 4 décembre, les 10 pays où est relevée une circulation particulièrement active du virus parfois couplée à la découverte d’un variant susceptible de présenter un risque de transmissibilité accrue ou d’échappement immunitaire. Les pays inclus dans cette liste sont : Afrique du Sud, Botswana, Eswatini, Île Maurice, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Zambie, Zimbabwe.

Ne pas oublier les règles de votre pays de résidence

Outre ces règles établies par le gouvernement français, chaque expatrié doit se soumettre aux conditions posées par son pays de résidence. Celles-ci sont très variables, et s’appliquent désormais en plus différemment selon le statut vaccinal.

Il est beaucoup plus aisé de voyager avec une vaccination complète. Une douzaine de pays refusent purement et simplement l’entrée aux voyageurs non vaccinés, même résidents, notamment l’Argentine, le Chili, le Canada, l’Australie…

Il faut donc être vigilant et s’assurer qu’on pourra rentrer dans son lieu de résidence après les vacances en France, et vérifier qu’au retour qu’une quarantaine ou qu’une autre mesure contraignante ne s’appliquera pas et si oui les anticiper. Dans certains pays, vous pouvez être contraint à une période sans rémunération si vous avez quitté le territoire à destination de la France et que celle-ci est déconseillée aux résidents de l’Etat de résidence.

Les mesures sont susceptibles d’évoluer très rapidement, on l’a vu cette semaine avec le variant Omicron, et il convient de veiller à d’éventuels changements avant de faire ses valises.

Consulter ou télécharger le guide émis par le gouvernement français

Auteur

  • L'AFP est, avec l'Associated Press et Reuters, une des trois agences de presse qui se partagent un quasi-monopole de l'information dans le monde. Elles ont en commun, à la différence de son prédécesseur Havas, de ne pas avoir d'actionnaire mais un conseil d'administration composé majoritairement d'éditeurs de presse.

Laisser un commentaire