UE : l’Ukraine et la Moldavie bientôt candidats ?

UE : l’Ukraine et la Moldavie bientôt candidats ?

L’Union européenne devrait accorder le statut de candidat à l’Ukraine et à la Moldavie, ce qui les rapprocherait de l’adhésion à l’Union, tandis que la Géorgie devrait encore faire des efforts, a déclaré vendredi (17 juin) la Commission européenne dans un avis très attendu sur le futur élargissement de l’Union.

L’Ukraine a déposé une demande d’adhésion à l’UE quelques jours seulement après l’invasion russe qui a débuté le 24 février. La Géorgie et la Moldavie ont suivi le mouvement par crainte d’une agression et de l’influence de Moscou.

« L’Ukraine a clairement démontré l’aspiration du pays et sa détermination à se conformer aux valeurs et aux normes européennes », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à Bruxelles.

« Nous avons un message important à faire passer : oui, l’Ukraine mérite une perspective européenne. Elle doit être accueillie comme un pays candidat, étant entendu qu’un effort important reste à faire », a déclaré Mme Von der Leyen.

Elle a fait cette annonce en portant les couleurs de l’Ukraine, un blazer jaune sur une chemise bleue.

Cette décision intervient à l’issue d’un débat très symbolique qui aura duré un mois et au cours duquel plusieurs hauts fonctionnaires et dirigeants de l’UE se sont prononcés en faveur du lancement des procédures permettant à l’Ukraine de rejoindre un jour le bloc en tant que membre à part entière.

« Dans le même temps, nous savons qu’il reste du travail à faire », a déclaré Mme von der Leyen, en exposant quatre domaines de réforme dans lesquels l’Ukraine devra remplir certaines conditions pour poursuivre le processus d’adhésion.

Il s’agit de l’État de droit, de la « mise en place des institutions nécessaires au bon fonctionnement du système judiciaire », de l’accélération de la sélection des juges de la Cour constitutionnelle et des membres des systèmes judiciaires, de la législation sur les oligarques et des efforts de lutte contre la corruption.

En ce qui concerne les droits fondamentaux, Mme von der Leyen a souligné que l’Ukraine a réalisé 80 % des recommandations de la Commission de Venise, mais qu’il lui manque encore l’adoption de la loi sur les minorités nationales.

« L’ensemble du processus est basé sur le mérite. Il se déroule selon les règles et, par conséquent, les progrès dépendent entièrement de l’Ukraine », a expliqué Mme Von der Leyen, comme un message aux États membres qui sont en général plus sceptiques à l’égard de l’élargissement de l’UE.

« Les Ukrainiens sont prêts à mourir, et nous voulons qu’ils vivent le rêve européen », a-t-elle poursuivi.

Jamais auparavant un avis n’avait été rendu aussi rapidement sur une candidature à l’Union européenne, ce qui laisse aux dirigeants de l’UE environ une semaine pour étudier le document avant de se prononcer sur la question lors d’un sommet européen crucial les 23 et 24 juin prochains.

L’avis doit servir de base aux dirigeants européens, qui devraient approuver le statut de candidat de Kiev sous réserve de conditions strictes, même si l’adhésion peut prendre des années, voire des décennies.

Le lancement des négociations d’adhésion nécessite l’approbation unanime de tous les États membres du bloc.

L’Ukraine ouvre la marche

Les décisions de la Commission européenne interviennent également après que la France, l’Allemagne, l’Italie et la Roumanie ont déclaré jeudi (16 juin) qu’elles étaient favorables à ce que l’Ukraine obtienne « immédiatement » le statut de candidat, ce qui a été considéré comme une indication significative de l’issue de la discussion des dirigeants européens la semaine prochaine.

Leur rhétorique, cependant, a révélé le fossé entre les mots et les actions, chacun des trois dirigeants ayant été critiqué ces dernières semaines pour son engagement.

En effet, on reproche à Paris d’avoir été trop indulgente à l’égard des exigences du président russe Vladimir Poutine, et à Berlin d’avoir été trop lent pour fournir à l’Ukraine les armes lourdes dont elle a besoin de toute urgence.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, s’exprimant aux côtés des quatre dirigeants jeudi, a promis que l’Ukraine était prête à faire le nécessaire pour devenir un membre à part entière de l’Union européenne.

« C’est le premier pas sur le chemin de l’adhésion à l’UE qui nous rapprochera certainement de notre victoire », a écrit M. Zelensky sur les réseaux sociaux vendredi, ajoutant qu’il était « reconnaissant » à la présidente de la Commission européenne, et à « chaque membre de la Commission pour cette décision historique ».

Certains États membres de l’UE, dont les Pays-Bas et le Danemark, restent sceptiques quant à la possibilité que davantage de pays voisins deviennent des candidats à l’adhésion à l’UE.

Dans le même temps, trois des quatre pays des Balkans occidentaux candidats à l’adhésion à l’Union européenne ont signé une déclaration commune avec l’Ukraine pour soutenir sa candidature à l’Union européenne.

Cette déclaration de soutien intervient alors que les dirigeants européens doivent rencontrer leurs homologues des Balkans occidentaux le 23 juin, juste avant de discuter de la recommandation de la Commission européenne.

Drapeau moldave

La Moldavie maintenant, la Géorgie « plus tard »

Dans le même temps, la Commission européenne a également recommandé d’accorder à la Moldavie le statut de candidat à l’adhésion à l’UE, le pays devant toutefois procéder à des réformes.

« Pour la première fois depuis l’indépendance, elle est véritablement sur une voie favorable aux réformes, à la lutte contre la corruption et à l’Europe », a déclaré Mme Von der Leyen.

« Bien sûr, la Moldavie a encore un long chemin à parcourir […], mais nous pensons que le pays a le potentiel pour être à la hauteur des exigences », a-t-elle ajouté, précisant que cela nécessiterait des« améliorations majeures » dans l’économie et l’administration publique, sur l’État de droit, la lutte contre la corruption et la lutte contre le crime organisé.

La Moldavie, pays de 2,6 millions d’habitants, est l’un des pays les plus pauvres d’Europe et a accueilli quelques centaines de milliers de réfugiés en provenance d’Ukraine.

La Présidente moldave Maia Sandu a salué la décision de la Commission européenne sur Telegram comme un « moment important pour l’avenir de la République de Moldavie », qui serait « l’espoir dont nos citoyens ont besoin », ajoutant que « nous savons que le processus sera difficile, mais nous sommes déterminés à suivre cette voie ».

Tant pour l’Ukraine que pour la Moldavie, la poursuite des progrès en matière d’adhésion sera conditionnée par le respect des engagements pris dans divers domaines politiques.

L’exécutif européen devrait évaluer la situation d’ici la fin de l’année, selon de hauts fonctionnaires de l’Union.

Le pays s’est vu accorder la « perspective » européenne jusqu’à ce qu’il remplisse les conditions énoncées par la Commission pour obtenir le statut de candidat à l’UE.

« Nous aimerions voir la fin de la polarisation politique dans le pays, […] nous avons besoin de la coopération de toutes les parties dans le pays et de l’exécution de l’accord qui a été conclu avec la collaboration de l’Union européenne », a déclaré Oliver Varhely, commissaire européen chargé de l’Élargissement.

Sur le plan interne, le parti au pouvoir en Géorgie a été soumis à une pression intense de la part des partis d’opposition pour qu’il suive l’exemple de l’Ukraine, considérée comme une occasion de faire avancer ses propres aspirations européennes, un objectif inscrit dans la constitution du pays.

Toutefois, ce pays aspirant à un avenir européen a été en proie à une crise politique au cours des dernières années, l’Occident s’inquiétant du recul de la Géorgie par rapport à ses engagements en faveur de la démocratie et des discussions entre partis menées par le président du Conseil européen Charles Michel l’année dernière.

La Commission a déclaré qu’elle suivrait les progrès de la Géorgie et qu’elle évaluerait la situation d’ici la fin de l’année.

Laisser un commentaire