« Trois femmes aidantes, ou les débuts de l’association Mazette en Espagne »

« Trois femmes aidantes, ou les débuts de l’association Mazette en Espagne »

Elles se prénomment Circé, Caroline et Natalia. Ce sont trois Françaises d’Espagne. Trois résidentes de Madrid. Mais ce sont surtout trois personnes aidantes et entreprenantes. Le 26 avril elles lanceront officiellement l’association Mazette. Un projet conçu et bâti à la lumière de leurs expériences professionnelles antérieures et forgé grâce à leurs personnalités rayonnantes et tournées vers les autres.

Un projet né de la rencontre entre trois femmes : 

Circé de Lylle a travaillé dans une filière bancaire d’un groupe français. En 2017 elle rejoint l’Espagne au service de ce groupe. Mais pendant la pandémie elle va opérer, comme beaucoup, une introspection l’amenant à faire le point sur son devenir professionnel. Elle ressent alors l’appel de  l’entrepreneuriat comme un désir d’autonomie et de liberté d’agir. Et perçoit le besoin de créer une association  qui proposera du lien humain autour de projets concrets.

Circé de Lylle

Le projet Mazette naît alors de rencontres féminines : Caroline Poisneau vient aussi de l’univers de l’entreprise. Elle a travaillé à New-York, Paris et Londres dans le design d’intérieur et l’hôtellerie. Elle est madrilène depuis un peu plus d’un an et travaille en tant que Country manager pour une grande marque française qui souhaite s’implanter sur le marché espagnol. Elle sera le deuxième pilier du trio comme trésorière de l’association.

Natalia Rivas vient compléter l’équipe. Elle est franco-espagnole. Née à Madrid, c’est l’enfant du pays. Elle apporte la connection directe avec le pays d’accueil, l’enracinement culturel et le regard mixte de la binationale qui a connu l’ailleurs : 12 ans de relations gouvernementales et internationales passées à Bruxelles à oeuvrer pour la  communication et le marketing pour des projets de recherche et d’innovation de l’Union Européenne. Loin d’être une pure citadine active elle revendique aussi un attachement à la ruralité et a pour projet d’ouvrir une maison d’hôte pour des retraites linguistiques en Estrémadure. Elle est la secrétaire générale de Mazette.

En toile de fond, un idéal féministe : 

Si Mazette s’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes, ses fondatrices assument aussi leur idéal féministe pour un monde plus égalitaire. Comme l’affirme, lucide, Circé avec qui nous avons pu échanger, « Il y a encore beaucoup à faire pour vivre dans un monde égalitaire ». C’est le plafond de verre que subissent les femmes qui donne à ce trio « une envie et une énergie » pour promouvoir l’ambition professionnelle des femmes, être à leurs côtés et développer concrètement le fameux « empowerment » qui génère prise de responsabilité et assertivité chez les femmes qui travaillent les unes avec les autres en se serrant les coudes.

Mazette est donc avant tout un forum qui va permettre la mise en contact des talents francophones et un lieu de formation où le coaching et le développement personnel vont irriguer des moments d’échange et d’addition des énergies. Des « parcours formants » devraient amener des porteurs de projet à mieux les réaliser. Le fonctionnement se fera en réseau et favorisera l’entraide et une approche résolument collaboratrice.

Une association qui devra trouver sa place en jouant de sa vocation d’aide à l’entrepreneuriat :

Circé De Lylle évoque la capacité des Français de l’étranger à se constituer en communauté. Mais le souhait de Mazette est de décloisonner en créant des passerelles avec les francophiles d’Espagne comme avec le réseau institutionnel des Alliances et Instituts français ou des écoles et lycées français d’Espagne.

Mazette devra trouver sa place dans l’univers déjà constitué des associations reconnues d’utilité publique comme Français du Monde ou l’Union des Français de l’Etranger. Pour Circé « il y a un trou dans la raquette dans le paysage associatif ». « Ce qui nous distingue c’est l’ambition professionnelle qui peut prendre plusieurs formes comme celle de réunir ensemble des personnes qui ont l’ambition d’entreprendre ».

Image d’illustration du site ©Mazette

Retenez la date : lancement le 26 avril.

Le Cocktail d’inauguration aura lieu le 26 avril à Madrid. Vous pouvez contacter les organisatrices via les boutons ci-dessous pour vous inscrire. 

Le lancement se fait grâce au partenariat avec le journal Elle Education qui met à disposition ses locaux. Un partenariat avec un entrepreneur français « Le brie Alto »  permet aussi de convoquer les produits du terroir à cette soirée qui sera aussi bien aux couleurs bleu blanc rouge qu’aux couleurs de l’Espagne. « On compte sur la générosité et l’altruisme pour progressivement nouer des partenariats nombreux  ».

L’association se veut complètement neutre vis à vis du politique. « On s’adresse à chaque personne individuellement, sans étiquette, pour participer au bien de l’association. L’emploi et le développement de l’entrepreneuriat sont dans les priorités politiques de tous », sans affichage partisan.

Co-construire l’association avec les premiers membres :

Sur la méthode pour accompagner les premiers pas de l’association, Circé se réclame de l’écoute et de la co-construction avec les premières personnes intéressées. 

« Après la phase d’écoute, en septembre nous devrions être en mesure de proposer un membership. Créer des ateliers formants, de la mise en relation directe pour provoquer le succès. Créer des Mastermind et des connections avec l’Espagne pour provoquer des événements biculturels avec des associations agissant dans le même champ ».

Circé de Lylle

La fondatrice est consciente que la recherche de subventions prendra du temps « puisqu’il faut avoir un an d’existence en général ». « On va compter sur des partenariats d’entreprises et certaines activités seront payantes ». 

Une ambition qui dépasse Madrid : 

L’ambition de long terme est d’aller dans les villes où la communauté française est présente. Valence, Malaga, Barcelone ou Alicante sont ainsi évoqués comme potentiels caps futurs.

L’équipe du site Lesfrançais.press souhaite bonne chance à ces trois entrepreneuses qui apporteront leur énergie au service de la francophonie et de la francophilie.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire