Retour sur l’actualité du Lycée français international d’Alicante

Retour sur l’actualité du Lycée français international d’Alicante

À la suite de notre article du 27 novembre 2022, la Mission laïque française a souhaité apporter quelques lumières sur cet événement. Contexte du litige, moyen mis en place par la Mlf durant le confinement, portée juridique de cette décision, notre invité Jean-Marc Merriaux aborde pour vous tous les points clés afin de mieux appréhender les faits.

Ecoutez le podcast avec Jean-Marc Merriaux

La Mlf, un réseau international au service de vos enfants

La Mission laïque française (Mlf) est Association à but non lucratif reconnue d’utilité publique. Son réseau de 108 établissements d’enseignement français à l’étranger compte plus de 61 000 élèves dans 37 pays. Chacune de ses écoles fait partie intégrante des 543 établissements qui composent le réseau d’enseignement français à l’étranger. Elle intervient également en tant qu’opérateur de l’État ou d’entreprises dans le cadre d’actions de coopération éducative. La Mlf mène également 23 actions de coopération éducative dans 11 pays. Les enseignements proposés dans les établissements du réseau mlfmonde respectent les programmes définis par le ministère français de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. La procédure d’homologation atteste de la fidélité des enseignements aux programmes, mais aussi aux valeurs fondamentales de l’école française.

La culture commune des établissements de la Mission laïque française, c’est celle de l’enseignement français, dans ses principes philosophiques et moraux, dans ses contenus et leurs caractéristiques propres. Chaque établissement s’attache à la mettre en pratique et l’adapter dans ses contextes linguistiques et cultuels les plus variés.

Mission laïque française
Situé au cœur du lycée international Jean-Mermoz, le Centre de développement professionnel d’Abidjan ambitionne de former plus de 10 000 enseignants pour l’Afrique francophone.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Jean-Marc Merriaux, un haut fonctionnaire d’expérience

Jean-Marc Merriaux

Jean-Marc Merriaux est le directeur général de la Mission laïque française. Diplômé d’un DEA d’Économie, de l’Industrie et des Services de l’Université Paris 1 — Panthéon Sorbonne, il débute sa carrière chez France 5 en tant que régisseur. Il évolue rapidement au sein de la chaîne et passe de poste de direction en poste de direction pour être nommé, en 2008, à la direction éducation de France Télévisions. Un parcours qui commence alors à faire sens avec la Mlf. En 2010, il rejoint Universcience — établissement public issu du rapprochement entre le Palais de la Découverte et la Cité des sciences et de l’industrie — en tant que directeur de l’édition et du transmédia. Il sera nommé directeur général du Centre National de Documentation Pédagogique (devenu réseau Canopé) en novembre 2011. Six années plus tard, il intègre l’Inspection Générale de l’Administration de l’Éducation Nationale et de la Recherche. Enfin, en mai 2018, il monte à la tête de la direction du numérique pour l’éducation des Ministères de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche avant d’être promu délégué ministériel.

Un litige locale

Un contentieux opposait le lycée français international Pierre Deschamps d’Alicante aux parents d’un ancien élève pendant plus d’un an maintenant. Les parents de l’élève refusaient de payer les frais de scolarité de l’année 2019/2020, car pour eux, la mise en place du distanciel était une rupture du service. L’établissement scolaire a donc adressé une demande de paiement solidaire à l’avis des parents. Le litige entre les deux parties a dû être jugé devant un tribunal, et le 23 novembre 2022, le juge a condamné le lycée français à appliquer 35 % de réduction sur la somme demandée, estimant que l’entreprise n’avait pas rempli ses obligations de prestations de service. Merriaux revient dans notre podcast sur les conséquences de cette affaire.

Auteur

Laisser un commentaire